Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

Bonheur de construire, Le blog de la tranquillité.La récompense, c'est le Voyage ! Espace de mutualisation des connaissances, carrefour de rencontres, un « Internet universel » se diffusant par innovations successives dans toutes les activités humaines.

older | 1 | .... | 13 | 14 | (Page 15) | 16 | 17 | .... | 20 | newer

    0 0

    FRANCE WEB MEDIA DIGITAL: Choisir entre qualité et visibilité,C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !Un rapport de la Columbia Journalism Review fait un état des lieux des enjeux soulevés par l’intrusion des grandes entreprises de l’économie numérique

    Davos,Vers un accaparement de la vie par l’économie ?

    FRANCE WEB MEDIA DIGITAL: Choisir entre qualité et visibilité

    La Vie, La Vie ! , La Vie? La planète est mon village ! 

     C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

    La méthode FranceWebAsso consiste à faire découvrir et acquérir à une personne la compréhension des enjeux, des opportunités et des solutions à travers une attentive observation des faits au lieu de l’abreuver de concepts savants ou de théories préconçues.

    Lac Bleu Tania,Courchevel.jpg FRANCE WEB : POUR VOUS ET AVEC VOUS ! Parlez-nous de vous! Créer et partager... La méthode FranceWebAsso, La nouvelle société du Savoir comme le support des connaissances humaines et des communications dans les domaines techniques, économiques et sociaux ».

    StefanV.Raducanu.jpgStefan V.Raducanu et son temps -> "Pure" est le mot-clé de cette journée

    son nouveau monde du travail qui consistera à digérer une information devenue nourriture émotionnelle et cognitive, à traiter en permanence une somme de données toujours plus pléthorique, à gérer le simultanéité et tisser des liens en permanence, à mobiliser dans le cadre de son travail ses amis et les amis de ses amis... Bref, un nouvel état des lieux où l’environnement physique, social et juridique du travail aura totalement transmuté sous l’effet des nouvelles technologies.

    L’information et les données ne connaissent pas de barrage, les smartphones traversent les murs, et les réseaux infiltrent les organisations. La transparence devient un dogme et une forme de maelström qui emporte tout sur son passage.

    C'est grâce à vos abonnements que vous construirez votre fil d'actualité. Construire un bon fil est au cœur du fonctionnement de FranceWeb. En construisant un fil qui vous reflète ainsi que vos intérêts, vous verrez avec quelle rapidité FranceWeb devient une partie inestimable de votre vie.

    La planète est mon village !

    Ing.Stefan V.Raducanu, l'inconnu le plus puissant du monde, « aider la société à faire des choix aussi éclairés que possible grâce à la réflexion collective »

    « Le pouvoir de l’imagination nous rend éternel »

    Les jours du monde tel que nous le connaissons sont comptés.

    “Fouille en dedans. C'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir sans cesse si tu fouilles toujours.”

    Aux miens,Unique,Bonheur en un clic de souris, Ing.StefanV.Raducanu,Ce que j’entreprends doit me survivre. Culture, Style, et Moi, Tout a sa beauté, mais tout le monde ne le voit pas,«Regardez le cadeau que ce pays m'a offert!»

    Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble.

    Ne me regardez pas ! Regardez avec moi ! bonheur,tranquillité,sagesse,sérénité,art de vivre,srweb,rsweb,sruelectronics,francewebasso,rstefandefrance,articles,agregator,stefanraducanublogueur

    Ma vie se digitalise !

    La « digitalisation du monde » va révolutionner nos vies et obliger les entreprises à revoir complètement leur façon de travailler et de s'organiser. Dans ce blog sont analysés de nombreux secteurs d'activité (la santé, l'éducation, l'industrie, la banque, l'automobile, le sport, l'assurance ...) et les impacts pour le monde économique et les gouvernements, mais aussi pour les clients, les salariés et les citoyens que nous sommes.

    Ma vision est qu'il s'agit d'un rôle temporaire : avoir une stratégie digitale n'est pas le but, il faut avoir une stratégie de leader dans un monde qui se digitalise.

    Ce blog permet, avec des exemples concrets, d'aborder les thèmes clés liés à cette révolution : les nouveaux marchés qu'elle va créer et les dangers qu'elle laisse planer. Mon blog vous offre des clés pour comprendre ce nouveau monde, tirer profit de ces nouvelles opportunités et anticiper cette révolution à laquelle nous ne pourrons pas échapper.

    Un blog pour changer d'époque !!!!!

    “C'est la personne humaine, libre et créatrice qui façonne le beau et le sublime, alors que les masses restent entraînées dans une ronde infernale d'imbécillité et d'abrutissement.”

    Pas besoin d’être un mastodonte pour réussir sa transition numérique. En Suède, le journal de la ville de Skellefteå (35 000 habitants) s’est repensé en pilier de la communauté et organise désormais des évènements en plus de son activité purement média. Médiapart ou Valeurs Actuelles sont différents en tout, sauf dans leur modèle d’affaire: les deux montrent que l’on peut vendre du contenu et en dégager un bénéfice si l’acte d’abonnement devient un acte d’adhésion à une vision politique.

    Comment une industrie a raté le virage des données et du numérique

    Des métiers contradictoires.pdf

    Dipl.Ing.StefanV.Raducanu»Webpiculteur»

    Dipl.Ing.StefanV.Raducanu - MyNewsCenterNavigator

    Un noble bénevole->Dipl.Ing.StefanV.Raducanu ->Collaborer...

    Parlez-vous digital?>>eCitoyen>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu ...

    Dipl.Ing.Stefan V.Raducanu : FranceWebAsso > Société du Savoir .

    Dipl.Ing.StefanV.Raducanu, Le Pisciacais, avec le blog de lDF

    PoissySmartCity.Stefan Raducanu, coach de votre destin numérique ...

    MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance"

    Dipl.Ing.StefanV.Raducanu >Suivez la voie du cœur! Soyez aimable .

    Ing.StefanV.Raducanu - RSSing.com

    Poissy Web - Google+

    « Eduquer autrement et créer une école idéale »C’est une première en France ! PoissySmartCity&FranceWebAsso,Yvelines Numériques,MyNewsCenterNavigator;Ces actualités peuvent vous intéresser

    Presse

    Snapchat, Facebook, Google… que font-ils au journalisme ?

    Article par  Benjamin LAGUES •  Publié le 18.01.2018  •  Mis à jour le 18.01.2018
     
     
    Snapchat, Facebook, Google… que font-ils au journalisme ? Yann Bastard
    Un rapport de la Columbia Journalism Review fait un état des lieux des enjeux soulevés par l’intrusion des grandes entreprises de l’économie numérique (Facebook, Google…) dans le journalisme. Nous avons confronté les rédactions des médias français aux conclusions de ce rapport.

    Sommaire

    Égoutiers de l’Internet ?

    Deux témoins

    La guerre fondamentale qui ne date pas d’hier — Victor Hugo en parlait —, entre les tenants de la quantité et ceux de la valeur symbolique, domaine qui recouvre l’univers de la pensée, de l’éducation et du geste artistique, se joue de plus en plus à découvert...

    Thriller d’espionnage

    La focalisation sur Moscou ne joue pas seulement en faveur du camp Clinton. Elle coïncide également avec les intérêts de la fraction de l’appareil d’État qui rejette la perspective, longtemps défendue par M. Trump, d’une amélioration des relations entre Moscou et Washington, et qui agite les épouvantails de la guerre froide pour y faire obstacle (4). Les enquêtes à répétition et les fuites anonymes constituent aussi un moyen de réfréner les dispositions prêtées à un président fantasque dont la rhétorique anti-interventionniste — de toute évidence une ruse électorale — a effrayé les pontes de la diplomatie américaine tout au long de la campagne présidentielle. Avide de clics et d’audience, l’industrie des médias a quant à elle flairé l’aubaine : un thriller d’espionnage digne de Hollywood, d’autant plus séduisant aux yeux d’une partie du public qu’il entretient son espoir de voir le président honni frappé de destitution.

    La combinaison de ces facteurs explique que, dans l’affaire du « Russiagate », les règles élémentaires du travail journalistique soient traitées avec une franche désinvolture. On reprend telles quelles des informations non vérifiées, on isole et dramatise les éléments qui vont dans le bon sens tandis que l’on minore ou ignore les autres. Bien souvent, les rebondissements croustillants annoncés en « une » se révèlent beaucoup moins spectaculaires, voire inexistants, sitôt qu’on lit l’article qui s’y rapporte. À défaut de sources fiables et de faits établis, on colmate alors les brèches à coups de tournures hypothétiques — « il semble que », « on ne serait pas surpris si », « sans doute », « probablement » — et de conditionnels.

    Accueillis initialement comme parole d’évangile, nombre de récits qui ont accrédité la thèse d’une collusion entre le Kremlin et l’équipe de campagne du candidat républicain mettent à présent en danger ce fragile édifice narratif. On a amplement glosé par exemple sur la lettre d’intention dans laquelle le candidat républicain, au beau milieu de sa campagne, proposait aux dirigeants russes de construire une tour Trump à Moscou. L’intermédiaire choisi pour cette négociation, le promoteur — d’origine russe — Felix Sater, eut l’imprudence de certifier à l’avocat de M. Trump, M. Michael Cohen, qu’une telle opération aiderait le milliardaire à remporter l’élection. « Je vais mobiliser Poutine sur ce projet et on va faire élire Donald Trump », plastronnait ainsi M. Sater dans un courriel, avant de préciser ce qu’il entendait par là : selon lui, les électeurs ne pourraient qu’admirer la capacité de M. Trump à conclure une affaire immobilière avec l’« adversaire le plus coriace » des États-Unis.

    Toutefois, le New York Times (28 août 2017) devra l’admettre, « rien ne prouve que les promesses de M. Sater aient été suivies d’effet. Un courriel suggère d’ailleurs qu’il a exagéré ses liens avec la Russie. En janvier 2016, M. Cohen écrit au porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri S. Peskov, pour le prier de réactiver le projet de tour Trump, resté en suspens. Mais M. Cohen ne semblait pas avoir l’adresse électronique de M. Peskov, puisqu’il a envoyé son courriel à une adresse collective destinée aux demandes de presse. Le projet n’a jamais reçu d’autorisation gouvernementale ni de financement, et fut abandonné quelques semaines plus tard ».

    De son côté, M. Peskov assure avoir fini par prendre connaissance du courriel de M. Cohen, mais ajoute qu’il n’y a pas répondu. L’histoire aurait justifié le soupçon d’un conflit d’intérêts, M. Trump étant accusé d’avoir cherché à négocier l’extension de son empire immobilier en Russie au moment précis où il chantait les louanges de M. Poutine dans ses meetings. On voit mal cependant en quoi un contrat qui n’a jamais vu le jour serait plus digne de considération que ceux, bien réels, qu’a décrochés M. Trump en Turquie, aux Philippines ou dans le golfe Arabo-Persique.


    0 0

    FRANCE WEB MEDIA DIGITAL: Choisir entre qualité et visibilité

    La Vie, La Vie ! , La Vie? La planète est mon village ! 

     C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

    La méthode FranceWebAsso consiste à faire découvrir et acquérir à une personne la compréhension des enjeux, des opportunités et des solutions à travers une attentive observation des faits au lieu de l’abreuver de concepts savants ou de théories préconçues.

    Lac Bleu Tania,Courchevel.jpg FRANCE WEB : POUR VOUS ET AVEC VOUS ! Parlez-nous de vous! Créer et partager... La méthode FranceWebAsso, La nouvelle société du Savoir comme le support des connaissances humaines et des communications dans les domaines techniques, économiques et sociaux ».

    StefanV.Raducanu.jpgStefan V.Raducanu et son temps -> "Pure" est le mot-clé de cette journée

    son nouveau monde du travail qui consistera à digérer une information devenue nourriture émotionnelle et cognitive, à traiter en permanence une somme de données toujours plus pléthorique, à gérer le simultanéité et tisser des liens en permanence, à mobiliser dans le cadre de son travail ses amis et les amis de ses amis... Bref, un nouvel état des lieux où l’environnement physique, social et juridique du travail aura totalement transmuté sous l’effet des nouvelles technologies.

    L’information et les données ne connaissent pas de barrage, les smartphones traversent les murs, et les réseaux infiltrent les organisations. La transparence devient un dogme et une forme de maelström qui emporte tout sur son passage.

    C'est grâce à vos abonnements que vous construirez votre fil d'actualité. Construire un bon fil est au cœur du fonctionnement de FranceWeb. En construisant un fil qui vous reflète ainsi que vos intérêts, vous verrez avec quelle rapidité FranceWeb devient une partie inestimable de votre vie.

    La planète est mon village !

    Ing.Stefan V.Raducanu, l'inconnu le plus puissant du monde, « aider la société à faire des choix aussi éclairés que possible grâce à la réflexion collective »

    « Le pouvoir de l’imagination nous rend éternel »

    Les jours du monde tel que nous le connaissons sont comptés.

    “Fouille en dedans. C'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir sans cesse si tu fouilles toujours.”

    Aux miens,Unique,Bonheur en un clic de souris, Ing.StefanV.Raducanu,Ce que j’entreprends doit me survivre. Culture, Style, et Moi, Tout a sa beauté, mais tout le monde ne le voit pas,«Regardez le cadeau que ce pays m'a offert!»

    Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble.

    Ne me regardez pas ! Regardez avec moi ! bonheur,tranquillité,sagesse,sérénité,art de vivre,srweb,rsweb,sruelectronics,francewebasso,rstefandefrance,articles,agregator,stefanraducanublogueur

    Ma vie se digitalise !

    La « digitalisation du monde » va révolutionner nos vies et obliger les entreprises à revoir complètement leur façon de travailler et de s'organiser. Dans ce blog sont analysés de nombreux secteurs d'activité (la santé, l'éducation, l'industrie, la banque, l'automobile, le sport, l'assurance ...) et les impacts pour le monde économique et les gouvernements, mais aussi pour les clients, les salariés et les citoyens que nous sommes.

    Ma vision est qu'il s'agit d'un rôle temporaire : avoir une stratégie digitale n'est pas le but, il faut avoir une stratégie de leader dans un monde qui se digitalise.

    Ce blog permet, avec des exemples concrets, d'aborder les thèmes clés liés à cette révolution : les nouveaux marchés qu'elle va créer et les dangers qu'elle laisse planer. Mon blog vous offre des clés pour comprendre ce nouveau monde, tirer profit de ces nouvelles opportunités et anticiper cette révolution à laquelle nous ne pourrons pas échapper.

    Un blog pour changer d'époque !!!!!

    “C'est la personne humaine, libre et créatrice qui façonne le beau et le sublime, alors que les masses restent entraînées dans une ronde infernale d'imbécillité et d'abrutissement.”

    Pas besoin d’être un mastodonte pour réussir sa transition numérique. En Suède, le journal de la ville de Skellefteå (35 000 habitants) s’est repensé en pilier de la communauté et organise désormais des évènements en plus de son activité purement média. Médiapart ou Valeurs Actuelles sont différents en tout, sauf dans leur modèle d’affaire: les deux montrent que l’on peut vendre du contenu et en dégager un bénéfice si l’acte d’abonnement devient un acte d’adhésion à une vision politique.

    Comment une industrie a raté le virage des données et du numérique

    Des métiers contradictoires.pdf

    Dipl.Ing.StefanV.Raducanu»Webpiculteur»

    Dipl.Ing.StefanV.Raducanu - MyNewsCenterNavigator

    ENQUÊTE

    Gestion des connaissances : une valeur qui n'attend pas le ROI
    La gestion des connaissances se refuse à toute mesure de retour sur investissement. Mais la valeur de tels projets existe : des indicateurs la calculent.

    Emmanuelle Delsol , 01 DSI, le 26/01/2005 à 07h00

    Peut-on maginer un seul instant de calculer le retour sur investissement (ROI) d'un abonnement à une bibliothèque, d'une visite au centre culturel ou de l'inscription d'un enfant à l'école ? Chiffrer les bénéfices de la gestion des connaissances en entreprise relèverait d'une démarche similaire. Par essence, de tels projets ne génèrent pas de bénéfices mesurables. Ils n'échappent pourtant pas aux exigences des comités directeurs des entreprises. Il est inutile de désespérer. L'incapacité à évaluer un ROI ne signifie en rien l'absence totale de valeur. Loin de là.

    Lorsqu'une entreprise entreprend un projet de gestion des connaissances, cela relève bien plus souvent d'une conviction profonde que d'un pur calcul financier. Elle se doit d'obtenir le soutien de sa direction générale, sans quoi la démarche est vouée à l'échec. Cet appui acquis, le ROI importe moins. Consultants, éditeurs et surtout entreprises utilisatrices ont identifié des moyens, sinon de chiffrer, du moins de démontrer la valeur de ces projets.

    A quoi tient la difficulté à déterminer toute rentabilité de la gestion des connaissances ? Cela commence avec la définition même du concept. De fait, celui-ci ne se réduit nullement à l'installation d'une gestion documentaire assortie d'un intranet ou d'un système collaboratif. Sans compter qu'il n'est déjà pas évident d'apprécier la rentabilité de tels environnements. La gestion des connaissances est multiforme, ses objectifs sont variés. Elle implique fortement les hommes et les femmes de l'entreprise et s'appuie seulement partiellement sur le système d'information.

    En quelques mots, elle tente d'identifier et de valoriser au mieux le capital connaissance de l'entreprise. Elle s'intéresse à deux formes de connaissance. La connaissance explicite, d'une part, qui repose sur l'ensemble des éléments tangibles que sont les documentations, ouvrages et autres tableaux de bord. La connaissance tacite, d'autre part, difficile à identifier de même qu'à« stocker », englobe les idées, les compétences, les pratiques qu'abritent nos précieux cerveaux. Mieux partager la connaissance explicite n'a rien de simple, mais identifier, extraire, exploiter et partager la connaissance tacite relève de la gageure. Quant à en calculer le ROI, cela impliquerait de trouver un outil de mesure pour l'immatériel !

    Usinor, devenue une partie du groupe Arcelor depuis sa fusion avec le Luxembourgeois Arbed et l'Espagnol Aceralia, est une entreprise plongée dans le sujet depuis plus de dix ans. Son directeur de programmes pour Arcelor University Management, Joël Frigière, insiste :« Travailler sur la connaissance, c'est modifier la connaissance. »De fait, aucun cahier des charges n'est même envisageable. Comment parvenir à mesurer l'impact de l'identification des experts dans l'entreprise et du partage de leurs savoirs ? Comment chiffrer l'apport d'une communauté de pratiques ?

    Indicateurs sans intérêt

    Pour commencer, certains indicateurs classiques exploités dans le« balanced scorecard », par exemple, conviennent à certaines situations. C'est le cas, en particulier, lorsque le projet de gestion des connaissances a un objectif précis et opérationnel tel l'amélioration de l'activité commerciale ou de la maintenance.« On peut vouloir augmenter les performances de produits financiers,explique ainsi Denis Meingan, directeur associé de Knowledge Consult.Dans ce cas de gestion des connaissances opérationnelle, on utilisera des indicateurs classiques de mesure de l'augmentation des ventes. »

    « Pour la gestion de projets,ajoute de son côté Patrick Michels, président de l'éditeur Knowings,on peut, par exemple, observer l'évolution des délais selon l'écart entre coûts prévus et coûts réalisés, le niveau d'innovation. »Ces mesures n'ont rien de miraculeux. Les difficultés demeurent. La première réside dans la distinction claire de l'impact d'un projet comme la gestion des connaissances sur ces indicateurs. La seconde est de ne pas se laisser influencer par des indicateurs qui rassurent sur le projet, sans autre intérêt.« Dire que les utilisateurs passent une heure au lieu de deux à trouver une informationn'a jamais convaincu un directeur général,confirme Jean-Louis Ermine, professeur à l'Institut national des télécommunications et président du Club gestion des connaissances.Ce qu'il faut, c'est se placer à un niveau plus global, qui fera progresser la société. »

    Chez Arcelor, la gestion des connaissances a déjà une longue histoire, ce qui lui donne le recul nécessaire pour jauger ses projets. Impulsé par Francis Mer, au début des années 90 chez Usinor, Sachem visait à améliorer le fonctionnement des hauts-fourneaux, d'abord par la capitalisation des connaissances et, plus tard, avec des communautés de pratique. Après son déploiement en 1998, l'industriel a estimé ses économies à 1,5 euro par tonne d'acier produit sur une dizaine de milliers de tonnes.

    En comparaison avec la situation avant le projet, le nombre des petits incidents avait réduit et la qualité de la fonte, comme la durée de vie des hauts-fourneaux, s'étaient améliorées. La gestion des connaissances ne représentait cependant qu'un des efforts réalisés autour des hauts-fourneaux. Difficile de discerner la proportion du bénéfice que l'on pouvait directement lui imputer. Mais le patron de la métallurgie, lui, savait assurément ce que lui coûtaient les rejets, les litiges clients... en bref, la non-qualité.

    Le coût du statu quo

    C'est plus en ces termes que s'expriment les bénéfices de la gestion des connaissances. Les entreprises mesurent instinctivement le risque qu'elles courent à conserver le statu quo. Si l'on en croit l'enquête menée en 2004 par Knowings auprès des dirigeants d'entreprise sur la gestion des connaissances(lire l'encadré p. 75), près des deux tiers estiment que leurs difficultés dans ce domaine en0traînent un manque à gagner d'au moins 2 % du chiffre d'affaires. Et 38 % déclarent même que ce taux atteint 5 %. Mais lorsque c'est l'instinct qui sous-tend la gestion des connaissances, les indicateurs chiffrés ne sont plus au rendez-vous. Il faut alors trouver d'autres outils.

    « C'est le cas des projets de gestion des connaissances non opérationnels,détaille Denis Meingan.Ceux qui impliquent non plus les commerciaux, mais la R&D ou le marketing. Certains indicateurs permettent encore de les évaluer, mais ce n'est pas simple. Il est alors possible de se fonder sur les récits traitant d'expériences semblables menées avec succès. »Comme le cas exemplaire proposé par Richard Collin, vice-président de l'Association francophone des utilisateurs du net, du e-business et de la société en réseau (Afnet), fondateur du KMForum et de l'ICCE(International Centre for Collective Efficiency),partenaire d'i-KM. Une petite société de peinture lilloise de 100 personnes, qui s'est lancée il y a sept ans dans la gestion des connaissances parce qu'elle y croyait. Et qui, aujourd'hui, est devenue leader européen de son marché...

    Le savoir non partagé, un risque industriel

    Mais, parfois, la décision s'impose d'elle-même. Tout simplement. Sans calcul, sans comparaison, sans exemple. Denis Meingan raconte comment a réagi une entreprise dont un fournisseur de composants fermait ses lignes de production. Il a fallu très vite capitaliser le savoir-faire de 50 personnes. Inutile de faire le moindre calcul avant de se lancer ! Il en est allé de même pour Mann-Hummel Automotive France, PMI de 320 personnes située à Laval. Filiale d'un grand groupe allemand, elle fabrique des produits plastiques pour les capots d'automobiles et compte parmi ses clients PSA, Renault, Ford, etc.

    Responsable de la qualité du développement et de la gestion des connaissances, Nathalie Le Bris y a été embauchée il y a deux ans. Et ce, pour une raison très concrète. Après le décès d'une personne qui occupait un poste clé, l'entreprise s'est aperçue que, la plupart du temps, cet employé travaillait seul et qu'aucune trace du savoir important qu'il détenait ne perdurait.« Mann-Hummel a compris le danger de laisser reposer certaines connaissances sur une seule personne,résume Nathalie Le Bris.Le directeur du centre technique s'est renseigné sur la gestion des connaissances et a réalisé les démarches qu'il pouvait entreprendre. »Sans calcul aucun, l'embauche d'une personne et la participation des équipes aux différentes démarches sont apparues indispensables.

    Le bât a blessé plus tard, lorsque Nathalie Le Bris a proposé d'acheter un logiciel de GED. A ce jour, la décision reste en suspens.« Pour vendre mon idée en comité de direction, j'explique plutôt le manque qui sera lié au non-investissement. »Il existe un autre cas, de plus en plus fréquent, dans lequel les entreprises s'interrogent rarement sur le ROI du KM. Il s'agit des départs massifs en retraite de la génération du baby-boom. Si une grande partie des contremaîtres d'une usine la quittent sur trois ans, une réaction est indispensable. Capitalisation minimale des connaissances, voire des échange de savoirs, de bonnes pratiques, etc. Le manque à gagner d'une non-décision est inestimable.

    Le partage des bonnes et mauvaises pratiques apparaît lui aussi très souvent rentable.« Nos clients se globalisent, et nous devons leur livrer la même qualité d'acier partout dans le monde,raconte ainsi Joël Frigière.En 2001, nous avons mis en place des communautés de pratiques pour nos usines de revêtement. Leur objectif était d'accélérer le transfert de pratiques, de permettre une résolution optimisée et plus rapide des problèmes d'exploitation et de faciliter le démarrage de nouvelles unités. »La construction d'une usine à Vega do Sul, au Brésil, a ainsi bénéficié de l'expérience acquise lors de la mise en place d'une autre usine dans le Nord de la France trois ans auparavant, puis d'une autre en Espagne.

    Bien qu'évident, le bénéfice n'est pas pour autant précisément chiffrable. En revanche, Arcelor a pleinement conscience que, sans échange de pratiques, certains problèmes seraient intervenus sur l'usine brésilienne, bien que déjà vécus sur une autre entité. Poser une question et obtenir la réponse dans les deux jours équivaut à l'économie d'au moins deux jours d'arrêt du chantier et d'un allerretour pour le Brésil.

    Il existe autant de démarches de gestion des connaissances que de contextes d'entreprise. Soit autant de façons d'en mesurer l'intérêt stratégique et la valeur. Pour Joël Frigière« l'expérience acquise avec nos usines ne peut servir d'exemple à tous les projets. Nous avons droit à l'erreur. Si une de nos bobines d'acier sort avec une qualité moindre, elle est utilisée pour un produit moins critique que l'automobile. Ce ne serait pas le cas chez Ariane ! »

    A chacun sa stratégie

    Il appartient à chaque entreprise d'inventer sa méthode. La mieux adaptée à son contexte, sa stratégie et ses objectifs.« La véritable difficulté,comme le rappelle Jean-Louis Ermine,consiste à élaborer la stratégie de gestion des connaissances qui ait le moins de chances possible de se tromper ! »Il ne s'agit pas de prouver l'intérêt de réaliser ou non un projet de gestion des connaissances, mais d'identifier la solution la plus valable pour l'entreprise. Patrick Michels rappelle à ce propos que l'on peut se lancer dans de fausses bonnes idées.« Diffuser les bonnes pratiques à reproduire au sein de la R&D peut, par exemple, améliorer le taux d'innovation. Mais il faut prendre garde à multiplier les sources d'information. Sans quoi l'on peut aboutir à l'effet inverse à celui recherché. »Et se retrouver avec une innovation répétitive.

    Mettre en place un projet de gestion des connaissances exige de choisir et de combiner système collaboratif, capitalisation des connaissances, modules de formation métier, etc., pour le meilleur résultat possible. Il doit en émerger un plan de gestion des connaissances raisonnable. Si le ROI n'est pas au rendez vous, la valeur y sera à coup sûr.

    L'avis de : Joel Frigière (Arcelor University Management)

    « L`expérience avec nos usines ne peut pas servir d'exemple à tous les projets. Nous avons le droit à l'erreur. Ce n'est pas le cas d'Ariane, par exemple. »

    Arcelor

    Activité :sidérurgie.

    PDG :Guy Dollé.

    Date de création :2000.

    Chiffre d'affaires :25 923 M d'euros.

    Effectif 2003 :98 264 personnes.

    Siège :Luxembourg.

    Site internet :www.arcelor.fr

     

    L'avis de : Nathalie Le Bris (Mann-Hummel Automotive France)

    « Pour vendre mon idée en comité de direction, j'explique plutôt le manque qui sera lié au non-investissement. »

    Mann-Hummel Automotive France

    Activité :conception et production d'architectures plastiques et de systèmes complets pour l'alimentation air-moteur.

    Président :Wilfried Lehr.

    Date de création :2002 (fusion Aceralia, Arbed, Usinor).

    Chiffre d'affaires 2003 :51,4 M euros.

    Effectifs 2003 :410 personnes.

    Siège :Laval.

    Site internet :www.mann-hummel.com/mhfr

    Les raisons d'un choix stratégique

    Un impact positif

    Un réel manque à gagner

    « Comment jugez-vous l'importance du knowledge management pour votre activité dans les deux ans qui viennent ? »,86 % des dirigeants ont répondu, taille et secteur des entreprises confondus, qu'il avait un impact positif, et 39 % le considèrent comme essentiel. Les directions générales, marketing, RH, et R&D conviennent plus facilement de l'importance des outils de gestion des connaissances que les responsables financiers. La difficulté à quantifier le ROI des projets n'est sans doute pas étrangère à un tel constat...

    Pour pallier cette difficulté rencontrée par les entreprises à démontrer la rentabilité d'un projet de gestion des connaissances, Knowings a demandé aux dirigeants d'entreprise - une première -, quels étaient selon eux les manques à gagner consécutifs à une décision de ne pas réaliser un tel projet. Et le jeu en valait la chandelle. Près de 40 % estiment qu'ils auraient pu augmenter leur chiffre d'affaires de plus de 5 %. A savoir, les petites sociétés sont plus promptes promptes à espérer une forte croissance.

    Des gains de qualité prévisibles

    Les bénéfices :

    Rapidité de l'assistance

    Réduction de la non-qualité

    Augmentation de la satisfaction client

    Réduction de la reproduction d'erreurs

    Réduction du nombre d'incidents en exploitation

    Les Indicateurs :

    Délai moyen de réponse client

    Satisfaction client

    Nombre de défauts

    Marge/chiffre d'affaires

    Les entreprises ont aussi exprimé, en réponse à une question ouverte, les bénéfices qu'elles attendaient de leur démarche et les critères d'évaluation des performances qu'elles utilisent pour les identifier. La qualité est l'une des attentes principales, avec la productivité, l'efficacité commerciale, une plus grande efficacité des projets de développement et la préservation des savoir-faire. Les indicateurs de mesure de ces bénéfices, des plus classiques, vont du temps d'élaboration d'une proposition commerciale au nombre de projets abandonnés.

    Source :enquête de l'éditeur Knowings sur la vision des dirigeants d'entreprise en matière de Knowledge Management ; mai-juin 2004 ; 124 réponses analysées.

    L'AVIS D'UN EXPERT

    Richard Collin(ICCE et KMForum)Richard Collin.jpg
    Un serpent de mer auquel il faut tordre le cou

    « Le roi de la gestion des connaissances, c'est un serpent de mer qui ressurgit régulièrement. Comme pour l'e-learning, où l'on calcule les économies d'hôtel ou de voyage. Il y a dix ans, on calculait le ROI des messageries électroniques. On estimait qu'elles faisaient gagner du temps aux secrétaires... Y songerait-on encore ? La gestion des connaissances doit être vue dans la même logique que la qualité. Elle ne se résume pas à une suite de projets. C'est un engagement stratégique de transformation compétitive et durable par les connaissances. Et lorsqu'on s'y attaque, c'est pour toujours... Alors, de la même façon qu'on analyse les effets de la non-qualité, il vaut mieux étudier le coût de l'absence de gestion des connaissances plutôt que tenter de mesurer son ROI.

    Il n'est pas possible d'appliquer à la gestion des connaissances les mesures destinées à des environnements tels que les progiciels de gestion intégrés, derniers avatars de l'ère industrielle, et les outils mesurant leur rentabilité relèvent d'un mode quasi taylorien. Alors que nous passons à ce jour d'un stade taylorien à un stade cognitif. Aujourd'hui, l'entreprise doit gérer l'anticipation, l'agilité, l'innovation. Nous sommes dans des environnements très transverses, où l'essentiel est de faire fructifier le capital intellectuel. Le ROI ne convient pas, car nous évoluons dans le domaine de l'immatériel. La gestion des connaissances n'est pas une simple gestion électronique de documents. C'est une posture, une attitude qui touche aussi l'organisation.

    Pour ces raisons, il ne faut pas tomber dans trop de rationalisme. Je préfère parler de retour sur intérêt que sur investissement. On peut trouver mille et un indicateurs pour évaluer les bénéfices de ses projets de gestion des connaissances. Ou exhiber des chiffres qui encourageront ceux qui les soutiennent. Mais j'ai la profonde conviction que si l'on regarde la situation de telle ou telle entreprise en phase de transformation par les connaissances, les responsables des départements concernés sauront dire quels problèmes ils avaient avant, et ce que ça leur a coûté. Comme ce patron de PMI lilloise qui, en sept ans de gestion des connaissances, est devenu leader européen de son marché. Il explique toujours ne pas savoir combien lui a coûté la démarche, mais très bien identifier ce que cela lui a apporté ! »

     

    Expresso News
    Par Visibrain, plateforme de veille médias nouvelle-génération
      Le top de l’info trié par les réseaux sociaux ! 27 janvier 2018  
     
     

    N°1 « David Thomson : «Il est impossible de s'assurer de la sincérité du repentir d'un djihadiste» »

     
     
      lefigaro.fr
    25/01/2018 20:02
      
    1 559
    TW shares
    1 970
    FB shares
     
     

    N°2 « http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-cinquante-babouins-echappes-le-zoo-de-vincennes-evacue-26-01-2018-7524213.php »

     
     
      leparisien.fr
    26/01/2018 14:22
      
    1 340
    TW shares
    21K
    FB shares
     
     

    N°3 « En Colombie, l’ancien président Alvaro Uribe accusé de viol »

     
     
      lemonde.fr
    26/01/2018 13:54
      
    1 160
    TW shares
    265
    FB shares
     
     

    N°4 « 12 chameaux disqualifiés d'un concours de beauté pour triche au botox »

     
     
      bfmtv.com
    25/01/2018 14:50
      
    1 110
    TW shares
    16K
    FB shares
     
     

    N°5 « Evasion fiscale: François-Henri Pinault pris la main dans le sac - Page 1 | Mediapart »

     
     
      mediapart.fr
    26/01/2018 18:00
      
    830
    TW shares
    3 582
    FB shares
     
     

    N°6 « «J'aime trop la vie, les femmes et mon fils pour héberger des terroristes», clame Jawad Bendaoud »

     
     
      20minutes.fr
    25/01/2018 20:29
      
    709
    TW shares
    1 545
    FB shares
     
     

    N°7 « A Addis-Abeba, le siège de l’Union africaine espionné par les Chinois »

     
     
      lemonde.fr
    26/01/2018 11:53
      
    676
    TW shares
    3 070
    FB shares
     
     

    N°8 « «En tant qu'homosexuels, il est de notre devoir de prendre position contre la PMA et la GPA» »

     
     
      lefigaro.fr
    26/01/2018 15:46
      
    660
    TW shares
    1 110
    FB shares
     
     

    N°9 « En Russie, un chien tue un chasseur en lui tirant dessus »

     
     
      bfmtv.com
    25/01/2018 12:05
      
    618
    TW shares
    6 001
    FB shares
     
     

    N°10 « https://www.ladepeche.fr/article/2018/01/26/2729769-est-peine-barre-jawad-bendaoud-charge-avocats-victimes.html »

     
     
      ladepeche.fr
    26/01/2018 18:51
      
    616
    TW shares
    590
    FB shares
     
     
     
      logo visibrain   Partager ce classement :

    0 0

    FRANCE WEB MEDIA DIGITAL: Choisir entre qualité et visibilité

    La Vie, La Vie ! , La Vie? La planète est mon village ! 

     C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

    La méthode FranceWebAsso consiste à faire découvrir et acquérir à une personne la compréhension des enjeux, des opportunités et des solutions à travers une attentive observation des faits au lieu de l’abreuver de concepts savants ou de théories préconçues.

    Lac Bleu Tania,Courchevel.jpg FRANCE WEB : POUR VOUS ET AVEC VOUS ! Parlez-nous de vous! Créer et partager... La méthode FranceWebAsso, La nouvelle société du Savoir comme le support des connaissances humaines et des communications dans les domaines techniques, économiques et sociaux ».

    StefanV.Raducanu.jpgStefan V.Raducanu et son temps -> "Pure" est le mot-clé de cette journée

    son nouveau monde du travail qui consistera à digérer une information devenue nourriture émotionnelle et cognitive, à traiter en permanence une somme de données toujours plus pléthorique, à gérer le simultanéité et tisser des liens en permanence, à mobiliser dans le cadre de son travail ses amis et les amis de ses amis... Bref, un nouvel état des lieux où l’environnement physique, social et juridique du travail aura totalement transmuté sous l’effet des nouvelles technologies.

    L’information et les données ne connaissent pas de barrage, les smartphones traversent les murs, et les réseaux infiltrent les organisations. La transparence devient un dogme et une forme de maelström qui emporte tout sur son passage.

    C'est grâce à vos abonnements que vous construirez votre fil d'actualité. Construire un bon fil est au cœur du fonctionnement de FranceWeb. En construisant un fil qui vous reflète ainsi que vos intérêts, vous verrez avec quelle rapidité FranceWeb devient une partie inestimable de votre vie.

    La planète est mon village !

    Ing.Stefan V.Raducanu, l'inconnu le plus puissant du monde, « aider la société à faire des choix aussi éclairés que possible grâce à la réflexion collective »

    « Le pouvoir de l’imagination nous rend éternel »

    Les jours du monde tel que nous le connaissons sont comptés.

    “Fouille en dedans. C'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir sans cesse si tu fouilles toujours.”

    Aux miens,Unique,Bonheur en un clic de souris, Ing.StefanV.Raducanu,Ce que j’entreprends doit me survivre. Culture, Style, et Moi, Tout a sa beauté, mais tout le monde ne le voit pas,«Regardez le cadeau que ce pays m'a offert!»

    Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble.

    Ne me regardez pas ! Regardez avec moi ! bonheur,tranquillité,sagesse,sérénité,art de vivre,srweb,rsweb,sruelectronics,francewebasso,rstefandefrance,articles,agregator,stefanraducanublogueur

    Ma vie se digitalise !

    La « digitalisation du monde » va révolutionner nos vies et obliger les entreprises à revoir complètement leur façon de travailler et de s'organiser. Dans ce blog sont analysés de nombreux secteurs d'activité (la santé, l'éducation, l'industrie, la banque, l'automobile, le sport, l'assurance ...) et les impacts pour le monde économique et les gouvernements, mais aussi pour les clients, les salariés et les citoyens que nous sommes.

    Ma vision est qu'il s'agit d'un rôle temporaire : avoir une stratégie digitale n'est pas le but, il faut avoir une stratégie de leader dans un monde qui se digitalise.

    Ce blog permet, avec des exemples concrets, d'aborder les thèmes clés liés à cette révolution : les nouveaux marchés qu'elle va créer et les dangers qu'elle laisse planer. Mon blog vous offre des clés pour comprendre ce nouveau monde, tirer profit de ces nouvelles opportunités et anticiper cette révolution à laquelle nous ne pourrons pas échapper.

    Un blog pour changer d'époque !!!!!

    “C'est la personne humaine, libre et créatrice qui façonne le beau et le sublime, alors que les masses restent entraînées dans une ronde infernale d'imbécillité et d'abrutissement.”

    Stefan V.Raducanu et son temps ->Il n'est pas possible d'appliquer à la gestion des connaissances les mesures destinées à des environnements tels que les progiciels de gestion intégrés, derniers avatars de l'ère industrielle,..

    Partie prenante de l’innovation, la créativité est de plus en plus présente dans les milieux professionnels. Elle est désormais reconnue par les organisations privées et publiques comme un challenge clé dans les projets d’innovation.

    Produire des idées nouvelles et réalisables

    La créativité est « la capacité de produire un travail à la fois novateur (c’est-à-dire original, inattendu) et approprié (c’est-à-dire utile, en lien avec les contraintes de la tâche) » Strernberg & Lubart, 1999. Elle consiste donc à produire des idées nouvelles (utiles pour résoudre un problème préalablement identifié) et réalisables (que l’on peut mettre concrètement en œuvre).

    La créativité est une aptitude humaine à se plonger dans un espace inconnu pour mettre en œuvre un raisonnement permettant de créer quelque chose de nouveau. Chaque individu dispose de capacités créatives plus ou moins développées. Il n’existe pas, comme on semble parfois le suggérer, d’individus non créatifs. Chacun peut à un moment ou à un autre apporter ses connaissances, mettre en œuvre des savoir-faire ou développer des savoir-être utiles au processus créatif collectif. Ainsi, dans le cadre privé ou professionnel, nous sommes tous en capacité de mobiliser des compétences permettant d’agir de manière créative et innovante.

    Lors des processus d’innovation, l’animation d’ateliers de créativité permet de faire émerger des idées nouvelles tout en identifiant les connaissances à mobiliser ou à construire pour développer un projet innovant. Une des méthodes utilisées dans le cadre de ces ateliers de créativité est la méthode du Creative Problem Solving (CPS). Développée par Alex Osborn et Sydney Parnes, CPS repose sur trois éléments clés :

    • un processus éprouvé avec des étapes définies (cf. figure ci-dessous), un équilibre entre pensée divergente et pensée convergente ;

    • l’existence de relations favorables (différer les jugements, être responsable de ses idées, encourager la génération d’idées nouvelles) ;

    • le développement d’une attitude positive (écouter, prendre des risques, être ouvert, avoir un esprit constructif).

    Le processus créatif par Bastien Wagener.Se-realiser.com

    Lors des ateliers créatifs de type CPS, les participants mettent en œuvre et développent des compétences créatives. Au début du processus et tout au long de son déroulement, une attention particulière est portée sur l’état d’esprit créatif et sur l’importance de garantir une attitude positive tout en développant des relations favorables dans le groupe.

    Les ateliers de créativité basés sur la méthode CPS sont désormais mis en œuvre dans les formations universitaires. Ils permettent d’initier les étudiants aux démarches créatives et de développer des compétences en créativité. Pour les enseignants ou animateurs de ces ateliers, deux difficultés existent : d’une part, expliciter les compétences créatives que les étudiants devront mettre en œuvre et d’autre part, les évaluer.

    Évaluer les compétences créatives

    Dans le cadre d’un projet IDEFI Promising, nous avons développé une grille d’évaluation des compétences créatives. Basée sur les travaux de Véronique Dethier sur le tableau de bord des compétences créatives, cette grille comporte 13 compétences avec trois niveaux d’évaluation.

    Grille de compétences creatives.

    Entre septembre et octobre 2017, 95 étudiants en dernière année de Licence et Master 1re année de Grenoble IAE et de l’IAE Savoie Mont-Blanc ont utilisé cette grille d’évaluation lors d’ateliers de créativité CPS.

    Avant de démarrer l’atelier, les étudiants ont fait le point sur leurs compétences créatives au moyen de la grille d’évaluation. À la fin de l’atelier, ils se sont autoévalués sur chacune des compétences créatives de cette même grille tout en les argumentant. L’enseignant a ensuite validé (ou non) les auto-évaluations des étudiants en argumentant également son évaluation.

    Les quatre étapes d’évaluation des compétences créatives.Promising.fr

    Cette auto-évaluation s’est faite en ligne sur l’outil Karuta (portefeuille de compétences en créativité). À partir de cet outil, les étudiants ont obtenu leur « profil de compétences en créativité » qu’ils peuvent valoriser dans un CV ou sur un réseau professionnel.

    Profil de compétence en créativité sous forme de toile d’araignée.

    Pour les étudiants, les compétences les plus faciles à autoévaluer sont exclusivement des savoir-être :

    Les compétences faciles à évaluer.

    Parmi les compétences les plus difficiles à autoévaluer, les étudiants désignent des savoir-être et des savoir-faire :

    Les compétences difficiles à évaluer.

    Premiers enseignements

    Cette expérimentation a permis de retirer quelques premiers enseignements. Parmi les points positifs :

    • 54 % des étudiants ont trouvé l’évaluation réalisée en début d’atelier, utile pour suivre l’atelier de créativité,

    • 82 % des étudiants ont trouvé l’échelle d’auto-évaluation (trois niveaux) facile à mobiliser,

    • 69 % des étudiants ont trouvé utile la toile de compétences pour visualiser les compétences mobilisées,

    • 63 % des étudiants trouvent que la démarche leur a apporté quelque chose.

    Les marges de progression se situent sur le feed-back des enseignants et la valorisation de la démarche dans le parcours de l’étudiant :

    • 32 % des étudiants ont trouvé très utile le feed-back des enseignants mais 58 % l’ont trouvé moyennement utile. Et 62 % d’entre eux auraient apprécié un feed-back par compétences plutôt qu’un feed-back global,

    • Seulement 18 % des étudiants pensent réutiliser cette auto-évaluation pour valoriser leurs compétences en créativité.

    Des réactions positives

    Les enseignants, tous volontaires, ont souligné l’intérêt de l’expérimentation. Elle permet de proposer aux étudiants une démarche réflexive inhabituelle mais utile pour comprendre l’intérêt des ateliers de créativité. Elle oblige les étudiants à mieux identifier leurs points forts et points faibles qui sont autant de marges de progression.

    Néanmoins, les enseignants ont tous considéré le travail d’évaluation comme un exercice difficile et chronophage. Ils se sont notamment interrogés sur la pertinence de leur critère d’évaluation (faut-il plutôt évaluer la compétence ou l’évaluation faite par l’étudiant et son argumentation ?).

    Les retours des étudiants et des enseignants permettent de valider l’expérimentation. Des marges de progression ont été identifiées pour permettre la diffusion de la grille à un ensemble plus large d’enseignants. Parmi ces pistes figure la nécessité de mieux ancrer les compétences créatives dans chacune des phases du processus de créativité et d’inciter les étudiants à travailler sur leurs compétences tout au long du processus créatif.


    0 0

    Aujourd’hui, je vous propose une communication du professeur Pierre-Marie Lledo, extraite de « Sciences et avenir ». Elle m’a paru à ce point édifiante que je la publie telle quelle. Faisons-en notre miel et suivons ses recommandations.

    La production de nouveaux neurones ne s’arrête jamais. Des chercheurs ont observé que dans une région du cerveau impliquée dans la formation des souvenirs et la gestion des émotions – l’hippocampe -, les anciens neurones étaient remplacés par d’autres, fraîchement produits à partir de cellules souches. Et chacun de nous aurait ce potentiel, quel que soit notre âge. Rassurant. Sauf que, les expériences chez les souris ont montré que cette capacité pouvait diminuer, voire même disparaître (en cas de stress) selon l’environnement. Au contraire, dans un environnement adapté, la neurogenèse chez les rongeurs a été multipliée par trois en quelques semaines. Le directeur du département de neurosciences à l’institut Pasteur nous livre six principes à respecter pour conserver un cerveau jeune jusqu’à la fin de ses jours.

    1.Fuir la routine

    Le cerveau se nourrit du changement. En effet, la stimulation provoquée par le changement entraîne les cellules souches à produire de nouveaux neurones. Il faut donc fuir la routine, « respecter la libido sciendi, c’est-à-dire la soif de comprendre et d’apprendre« .

    2.Lutter contre l’infobésité

    Le cerveau est malléable et l’information invite directement les circuits à se régénérer. En revanche, la question à se poser est : quelle information ? L’écosystème numérique dans lequel nous vivons entraîne une avalanche d’informations certes… Trop selon le médecin. « L’information qui nous fait juste savoir est absolument délétère, et n’incite pas le cerveau à produire de nouveaux neurones. Bien au contraire, ce dernier, bombardé d’informations, est alors condamné à l’anxiété« . Concrètement, il est indispensable de trier cette information : choisir l’utile, celle qui nous fait comprendre, et se débarrasser de la futile, celle qui nous fait juste savoir.

    3.Bannir anxiolytiques et somnifères

    L’objectif des anxiolytiques et des somnifères est d’empêcher le cerveau, celui qui cherche à comprendre, de fonctionner. Leur consommation permet de mettre le cerveau en « marche automatique ». Leur utilisation chronique est donc une entrave à la production de nouveaux neurones.

    4.Bouger !

    Il nous faut lutter contre la sédentarité car la science nous dit que, en cas d’activité physique, les muscles produisent des subtances chimiques (nommés facteurs trophiques) qui, par voie sanguine, viendront agir sur le cerveau et particulièrement sur la niche de cellules souches. Il existe donc une corrélation directe entre activité musculaire et production de nouveaux neurones.

    5.Cultiver l’altérité

    Certaines parties de notre cerveau, que nous ne pouvons pas contrôler, ne sont engagées que lorsque ne nous sommes exposé à autrui. « C’est ce qu’on appelle globalement le cerveau social. Plus vous allez cultiver votre altérité, et plus vous allez soigner votre cerveau car il sera enclin à produire plus de nouveaux neurones« .

    6.Soigner le microbiote

    Très récemment, les neurosciences, associées avec la microbiologie, ont montré qu’il y a une flore intestinale qui communique en permanence avec notre cerveau. Notre régime alimentaire a donc un rôle important : la consommation de fibres, un régime varié, incitent à la prolifération de certaines espèces bactériennes concourant justement à la prolifération de neurones. A l’inverse, une nourriture peu variée, riche en sucres, en graisses, favorise la prolifération d’espèces bactériennes qui ne permettront plus aux cellules de produire de nouveaux neurones, quel que soit l’âge.

    Un bon microbiote (régime alimentaire varié) favorise les nouveaux neurones.

    Si vous voulez aller plus loin, voir  vidéo de l’intervention de Pierre-Marie Lledo lors du colloque S3 Odéon en 2016 : https://www.youtube.com/watch?v=RmgGhPX-nY0

    Vous envisagez de vous faire accompagner ?

    Ecrivez-moi : alain.goetzmann@deltaintermanagement.com

    Téléphonez-moi : +33 607 552 646

    Pour la recherche, pour la santé, pour demain

    sch_info_01_full.pngContact: Ing.Stefan Raducanu, Data Scientist
    Tél: 0139655034
    Mail: franceweb@gmail.com
     


    0 0

    Phishing parfaitement calibré pour une cible, malware avec une incroyable capacité d'adaptation, robot détourné de sa fonction première pour identifier et détruire une cible, système prédictif de perturbation civile et « fake news ». Voici quelques exemples des dérives possibles de l'intelligence artificielle, mises en avant dans un (très) long rapport.

    26 chercheurs provenant de 14 institutions d'horizons variés ont publié la semaine dernière un texte commun d'une centaine de pages dans lequel ils entendent mettre en garde contre une potentielle « utilisation malveillante de l'intelligence artificielle».

    Parmi les intervenants, on retrouve des membres de plusieurs universités, notamment celle d'Oxford, de l'alliance OpenAI pour la recherche ouverte sur l'IA, du Centre pour l'étude des risques existentiels (CSER) et de l'Electronic Frontier Foundation (EFF) pour ne citer qu'eux.

    Encore un bilan sur les risques de l'intelligence artificielle

    Baptisé « L'utilisation malveillante de l'intelligence artificielle : prévision, prévention et atténuation», il distille les résultats d'un atelier du Future of Humanity Institute organisé en février de l'année dernière. Le thème principal était justement les risques potentiels de l'intelligence artificielle, un sujet anxiogène pour certains.

    On y retrouve également des recherches supplémentaires de la part des auteurs, ainsi que des contributions externes. Ils remercient par exemple des employés de Google/DeepMind, de Microsoft, des chercheurs de l'université de Carnegie-Mellon, des philosophes (Toby Ord et Nick Bostrom), le spécialiste de la nanotechnologie Kim Eric Drexler, etc.

    Ce large bilan ne veut pas uniquement alerter des potentiels dangers, mais aussi et surtout ouvrir le débat avec le public, les dirigeants, les chercheurs et les responsables politiques. Ce n'est pas le premier rapport du genre, loin de là.

    Pour rappel, au cours des derniers mois, nous nous sommes penchés sur l'épais rapport de la CNIL, les enjeux économiques et cadres légaux soulevés par le Sénat, le rapport européen sur les risques de l'intelligence artificielle, le bilan #FranceIA de France Stratégie et du CNNum, la très longue étude de 275 pages de l'OPECST et les « 23 principes d'Asilomar ».

    Une évaluation des craintes pour les prochaines années

    Concernant l'impact – surtout négatif dans le cas présent – de l'intelligence artificielle dans le monde, trois axes principaux sont développés dans ce nouveau rapport : numérique, physique et politique.

    Après une présentation générale, les chercheurs nous proposent une projection dans le futur de ce que pourraient être des cas pratiques de dérives liées ou aidées par l'intelligence artificielle. Des idées de prévention et d'atténuation des risques sont également mises en avant. 

    Après une lecture attentive de l'ensemble, voici notre bilan détaillé de ce qu'il faut en retenir.

    Notre dossier sur le rapport du Future of Humanity Institute sur l'intelligence artificielle :

    Une étude soutenue financièrement par le Future of Life Institute

     Lisez la suite : 78 % de ce contenu reste à découvrir

    Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.

    sch_web_07_full.pngContact: Ing.Stefan Raducanu, Data Scientist
    Tél: 0139655034
    Mail: franceweb@gmail.com
     

    La réforme Macron de l'université

    par Stéphane Beaud& Mathias Millet[20-02-2018]

    Alors que l'université accueille les enfants de la démocratisation scolaire, la réforme Macron permet aux établissements d'enseignement supérieur de sélectionner leurs étudiants. Défendant l'université comme lieu de formation et de recherches, S. Beaud et M. Millet invitent à s'interroger sur le sens de la


    0 0

     1500x500.jpegStefan et Lucy.jpg3smartphones.jpeg

    BUSINESS STORY / CULTURE / STYLE / ... ET MOI

    C'est la vie !

    C'est un véritable workshop sous forme de livre..

    Je partage donc j’existe

    Des connaissances partagées sur le Web ouvert

    Imaginez un monde dans lequel chaque être humain peut librement obtenir et partager des connaissances.

                              Ceci est notre engagement.

    FranceWebAsso : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

     

    C'est notre capital !

    Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

    20160312_135457.jpgDO YOU SPEAK MILLENIAL   20160420_171905.jpg

    La génération des 15-35 ans sera bientôt plus nombreuse que celle des baby-boomers. La séduire est un enjeu vital.

    Aux Etats-Unis, où ils sont en passe de dépasser les baby-boomers, on les appelle  les "millenials". En France, gération Y où Z, son existance entière a baigné dans le numérique. Pour le moment, discerner ce que cette caractéristique aura comme influence sur leur comportement de citoyens, de travailleurs ou de consommateurs relève plus du pari que de la prévision. Groupe d'intérêts.jpg

    PoissySmartCity & FranceWebSharing,La «facebookisation» rampante,L’utilisateur, lui, se trouve dans un paradoxe complet : jamais il n’a eu accès à une offre aussi pléthorique.A quand une nourriture un peu plus variée ?

    MyWorldNewsCenter,>MyNewsCenterNavigator,>Quand l’innovation ne peut plus s’exprimer,>FranceWebSharing,>Des géants de la tech devenus de gigantesques machines à photocopier.Copier… ou racheter

    5G, Mobile world congress

    Le succès de cette révolution technologique ne tiendra non pas seulement des offres d’opérateurs télécoms mais également de l’ensemble des acteurs qui déploieront des services innovants à partir de ce nouveau réseau. Startuppeurs, innovateurs, êtes-vous prêts ?

    Vous cherchez quelque chose.

    Connectez-vous, Trouvez, Lisez....

    Pour Vous et avec Vous ! chez vous ou au bureau...

    Sur internet, copier c’est gagner : la grande foire à recycler des géants de la tech

    Des géants de la tech devenus de gigantesques machines à photocopier.

    Pourquoi se fatiguer à inventer quand il suffit de piquer aux autres les recettes gagnantes ?

    Devinez la dernière invention de Google : les Stories. Une super idée inspirée de Facebook, elle-même copiée d’Instagram, qui l’avait reprise de Snapchat. On ne peut pas dire que les GAFA font preuve d’une débauche d’imagination ces derniers temps. Derrière les annonces quasi quotidiennes de «nouveautés» se cache un cruel vide d’inventivité.

    Les hashtags et les «trending topics» de Facebook ? Directement piochés dans le registre de Twitter. Les vidéos éphémères d’Instagram ? La signature de Snapchat. Les autocollants pour agrémenter les photos sur WhatsApp ? Encore puisés chez Snapchat. Les emojis intégrés dans les messages de Google Allo ? Chipés chez Messenger Et les exemples se multiplient à l’infini. Twitter a troqué ses étoiles pour des cœurs façon Instagram en 2015. Facebook s’est lancé sur les traces de LinkedIn en 2017 avec un service d’offres d’emploi. Avec «Discovery Mix», Apple Music a imité les playlists personnalisées de Spotify.

    Comme un air de ressemblance © DR

    C’est la stratégie du mouton. Quand quelque chose semble marcher, tout le monde se jette tête baissée à grand renfort de rachats et de surenchères d’investissements. Pour «rattraper Netflix», Amazon a ainsi investi 4,5 milliards de dollars dans son service vidéo Prime et vient d’acheter les droits télévisés pour décliner en série «Le Seigneur des Anneaux». Une référence directe à «Games of Thrones» (HBO) et «Stranger Things» (Netflix). Flairant le bon filon, Apple et Facebook ont à leur tour signé un chèque d’un milliard de dollars pour produire leurs propres contenus exclusifs. Mark Zuckerberg est d’ailleurs en train de faire le tour des studios à Hollywood pour obtenir des scénarios.

    Apple, longtemps considéré comme précurseur, arrive aujourd’hui largement derrière tous les autres lorsqu’il lance un nouveau produit. Le déverrouillage par empreinte digitale, inauguré sur l’iPhone 5S en 2013, était une invention de Motorola deux ans plus tôt. Et lorsqu’il lancera son HomePod au printemps, cela fera déjà trois ans qu’Amazon inonde le marché avec son enceinte connectée Echo.

    Copier… ou racheter

    D’accord, ça ne marche pas à tous les coups. Avant de cloner Snapchat sur Instagram, Facebook avait déjà tenté de l’imiter avec les applications Pole et Slingshot, qui se sont soldées par des échecs retentissants. Mais généralement, la ficelle fonctionne très bien. Si bien que l’on commence maintenant à se copier soi-même. Les «Stories» ont ainsi été successivement implémentés dans Instagram, Messenger et WhatsApp. En mars 2017, Google a copié chez Waze (qu’il a racheté en 2013) le partage de sa position avec ses contacts pour l’intégrer dans Maps.

    Et quand le petit concurrent a déjà trop grossi pour être rattrapé, on le rachète à coups de milliards. A l’instar de WhatsApp, avalé par Facebook en 2014, ou de LinkedIn, croqué par Microsoft en 2016. Et même ceux qui semblent aujourd’hui intouchables ont du souci à se faire. Apple, qui a bien conscience d’avoir beaucoup de retard dans la vidéo, aurait «40% de chance de racheter Netflix» dans les prochains temps, selon les analystes de Citigroup.

    Quand les inventeurs se font siphonner par leurs imitateurs

    Certes, le petit jeu du copier-coller n’a rien de nouveau. Apple a bien «emprunté» l’idée de la souris à Xerox en 1984. Mais aujourd’hui, le syndrome «The Winner takes all» (le vainqueur remporte tout) a décuplé la tendance. Pourquoi télécharger cinq applis différentes si je peux avoir tous mes services regroupés sur la même ? Quel intérêt pour les médias d’investir dans des formats spécialement adaptés à Snapchat s’il peuvent passer par l’interface Facebook qu’ils connaissent déjà ?

    Pas de taille à lutter contre les géants du secteur, les pionniers se font tout simplement siphonner leurs utilisateurs. Selon une étude des analystes de Cowen, 96% des annonceurs préfèrent maintenant Instagram à Snapchat pour leurs publicités. En 2017, ce dernier a péniblement gagné 21 millions de nouveaux adeptes contre 200 millions pour Instagram. Au rythme de croissance actuelle, le nombre d’utilisateurs payants d’Apple Music dépassera celui de Spotify aux Etats-Unis, selon le Wall Street Journal. Avec au bout du compte une mort à petit feu. L’application de vidéos courtes Vine a survécu à peine trois ans après le lancement de séquences vidéos sur Instagram.

    La «facebookisation» rampante

    L’ennui avec tous ces copier-coller, c’est qu’on ne saisit plus bien ce qui fait l’identité de chacun. Le designer Walter Rosada s’inquiète ainsi de la «facebookisation» de LinkedIn, qui dérive selon lui dangereusement vers un banal réseau social plutôt que de garder sa vocation professionnelle. Dans sa dernière version, LinkedIn a ainsi ajouté une fenêtre de messagerie et un fil d’actu étrangement semblables à ceux de Facebook. Mais pour le responsable du design de Linkedin, Amy Parnell, tout cela est parfaitement normal. «Facebook est un réseau social. Les types d’interaction sur les deux plateformes se ressemblent forcément un peu», justifie-t-il.«Si quelqu’un veut créer une nouvelle application d’email, l’internaute s’attend à retrouver quelque chose qui ressemble à l’email qu’il utilise déjà». L’argument peut en effet se justifier. Mais il encourage aussi à une standardisation toujours plus avancée du web.

    Google est-il encore un laboratoire à idées ? © Google

    «Google a perdu sa capacité à innover»

    L’autre problème, c’est que cette tendance rend les grands groupes paresseux. Dans un article sur Medium intitulé «Pourquoi j’ai quitté Google», Steve Yegge explique que le géant américain a «perdu sa capacité à innover». «Google est aujourd’hui 100% focalisé sur la concurrence plutôt que sur ses clients», déplore-t-il. «Sur tous les produits lancés ces dernières années, la quasi totalité sont des copies», détaille-il : Google+ (Facebook), Google Cloud (Amazon), Google Home (Amazon Echo), Allo (WhatsApp), Android Instant Apps (WeChat), Google Assistant (Siri), etc, etc. Et d’expliquer pourquoi il rejoint Grab, une startup asiatique en pleine expansion.

    Quand l’innovation ne peut plus s’exprimer

    Car si les ingénieurs de Google et consorts ont officiellement carte blanche pour plancher sur des idées «révolutionnaires», bien peu sont destinées à sortir réellement un jour et ne font office que de coup de com. Le nouveau magasin «sans caisse» d’Amazon, qui a fait le buzz partout dans le monde, n’a pour l’instant pas de petit frère de prévu. Et pour cause : vu la débauche de technologie nécessaire, on a du mal à imaginer que le concept soit réellement démocratisé. Le risque, c’est que les vrais talents n’y trouvent plus leur compte, à l’instar de Steve Yegge. Travailler dans une bulle végétale géante ou profiter de séances de yoga gratuites ne suffira pas à retenir ces inventeurs géniaux capables de développer une nouvelle appli en une nuit.

    L’utilisateur, lui, se trouve dans un paradoxe complet : jamais il n’a eu accès à une offre aussi pléthorique. Et jamais il n’a eu aussi peu de choix. Un peu comme si dix marques de fast-food se refilaient la même recette de burger en changeant juste la sauce du steak. A quand une nourriture un peu plus variée ?

     

    0 0

    Madeleine et Stefan Raducanu Chercheurs FranceWeb,>>"Community of Practice (CoP)">SRU-Electronics>Vision>Teach new behaviors by the example of the guiding coalition>Use every vehicle possible to communicate the new vision and strategies...

    Madeleine et Stefan Raducanu Chercheurs... -FranceWebAsso

    facebook.com/poissywebcitoyen/posts/33188831698622

    How we help,Coaching,We see, We invest in the engineer or scientist working on foundational technology to make that future a reality.

    FranceWebSharing> MyNewsCenterNavigator> Stefan V.Raducanu et son temps -> «Google a perdu sa capacité à innover»>

    Collaborate, Communicate, Connect...24/7/365.

    The Infinite Archive. Storing bits for 100 years.

                                           The Global Evolution

    Look to the Future, and what do you see? New life, new technology.

    This is our vision of the future: inventing a better world in which you grow up.

     Our Mission : Building Global Communication Networks.

     The World is our Workplace. Let's work togheter.

    International Communications, (Cooperation)....

    Intercultural Management ,

    Global Business Development

     To preserve our knowledge base and cultures, we must find a way to save digital content for future generation. 

    Stefan NEWS Press Reader  Personalized News Aggregator

    Know why, Know who, Know where, Know what. The know how to succeed. 

    WEB PAGES, NEWSPAPERS, ARTS, ARTICLES, NEWSGROUPS, BLOGS, BRIEFING, BUSINESS, CULTURE, ECONOMIY, ENTREPRENEURS, EDUCATION, FINANCE, IDEAS, HEALTH, MARKETS, LEADERSHIP, LIFE, MULTIMEDIA, OPINION, SPORTS, TECHNOLOGY, TECH, WORLD, POLITICS, PUBLIC DATABASES, MAILING LISTS AND MORE...

    The Need for Speedy Information Online

    Your Way to Better Search Results

    TOP Magazines ALL YOU CAN READ

    Magazines

    Animals 

    Architecture, Design

    Arts

    Auto

    Business

    Computer &Internet

    Crime &Law

    Education

    Entertainment

    Environment

    Family

    Fashion

    Food

    Gardening

    Health

    History

    Hobby&Recreation

    Humor

    Literature

    Military

    Movie&TV

    Music

    News&Politics

    Photography

    Religion

    Science

    Sports

    Technology

    Travel

     

    Internet Research & Surveys:

    Electronic Commerce Guide, Internet Business Surveys, WWW User Survey,Ixquick,Google, Looksmart,FEEDSTER, DOGPILE, MSN SEarchAsk Jeeves,BoolgumYahoo Search, FoxRef, Mozbot| TeomaLexxe,VivisimoAll the Web, A9 ,Voila,EO, Seek.fr, Deepindex,Mirago, Wisenut, Accoona, Gigablast, Excite, Voila, AOL, Lycos, Altavista, Hotbot, Brainboost, Factbites, Wikipedia, Ranking thumshots, Jux2, Releton, Open Directory, Looksmart, Turbo10, Ez2find, Search.com, Mediaveille, Objectif Grandes Ecoles, Enfin, Portail2.com, Incominglinks, Searchengine guide, Finderseeker.com, Université de Leyde, Librarian's index to the Internet, Virtual Library, Signets BNF, Guide de sites Sciences Po, BPI,Infomine, BublLink, Searchenginecolossus, Portalstotheworld, Country basedsearchengines, Indexa, Propulseur, Scirus, GoogleScholar, SciNet, Sudoc, Infomine, Google Scholar, Smealsearch , Academic Info, Tucows, ZDNet, Google news, Newsbot, Europresse, Lexis, Pressed, Factiva, Diva-press, Inboxrobot, Technorati, Google Blog Search, BLogpulse, Blogdigger, Pointblog, Globe of blogs, Blogdex, Indexa, Strategic Road, Adminet, Foreign governments , Répertoire des chefs d'États, Services diplomatiques, Termsciences, Dictionnaire de synonymes, Systran Babelfish, Reverso, Dicorama, Copernic Summarizer, Pertinence, Archive.org, Furl, Spurl, Del.icio.us, My bookmarks,Yoono, Atiki, Xenu, AM Deadlink, Ingenta, Inist, Findarticles, Eurostat, GoshMe, Clusty, Babieca, Kazzoom.com, Alexa, AnyWho,Area Code, Finder,Switchboard, Int'l Dialing Codes, 800 Directory, Yellow Pages, Zip Code Finder, Zip Code Finder (Business)Britannica, CIA World Facts, Global Network,Consumer Info Center, Encyclopedia.com, Fast Facts, RefDesk, Translation Site

     Top News Today! 20150119_111932.jpg

    BBC NEWS LONDON
    REUTERS LONDON
    FINANCIAL TIMES LONDON
    IHT LONDON
    XINHUA NEWS AGENCY BEIJING
    ASAHI SHIMBUN TOKYO
    INTERFAX MOSCOW
    NEW YORK TIMES
    WASHINGTON POST
    CNN ATLANTA
    ABC NEWS NEW YORK
    CBS NEWS NEW YORK
    MSNBC NEWS NEW YORK
    (Note: All above news links are in English)

    Business News   20141225_164000.jpg


    0 0

    « Aux États-Unis, personne ne juge celui qui arrive plus tard ou part plus tôt, la métrique est le résultat » AurelieJean_2017.jpg

    Qu’est-ce qu’une bonne qualité de vie au travail pour vous ?
    Selon moi, c’est quand on arrive à adapter son rythme de travail à son propre rythme. Je crois de plus en plus à un assouplissement des règles de travail pour s’adapter à chaque individu et permettre à chacun de performer au mieux ! Mon bonheur au travail est ma liberté. J’ai eu la chance d’avoir toujours évolué dans des milieux dans lesquels j’avais une grande liberté d’agir, de penser et de m’organiser… ça n’a pas de prix!

    Vous travaillez aux Etats-Unis, quelle(s) différences percevez-vous avec la France au quotidien ?
    Je parlerai de mon expérience, ce n’est donc pas une généralité. À mon échelle et dans ma discipline, je vois une profonde différence d’appréciation du travail. Aux États-Unis, personne ne juge celui qui arrive plus tard, ou celui qui part plus tôt, la métrique est le résultat. En France il y a cette pratique nationale du présentéisme… dont tout le monde se plaint (Rires…)! Maud Bailly dit justement que liberté et courage vont ensemble… vous voulez être libres de partir à 17h ? Ayez le courage de défier le regard des autres… cet ensemble d’actions individuelles changera les mentalités, j’en suis certaine. Un autre point qui est largement utilisé et reconnu à sa juste valeur aux États-Unis, c’est le télétravail. Largement pratiqué et encouragé dans les différentes organisations par lesquelles je suis passées (The Pennsylvania State University, MIT, Bloomberg,…), il reste peu pratiqué en France et étrangement apprécié. Tout le monde reconnaît l’intérêt du télétravail dans cette nouvelle économie et société, mais il reste peu assumé et pas assez encouragé selon moi. Travailler une fois par semaine de chez soi par exemple permet d’éviter les temps de trajet, de mieux se concentrer en étant moins dérangé le temps d’une journée, ou tout simplement de profiter davantage de sa vie de famille. Les résultats de performance sont très intéressants outre-atlantique.

    Vos conseils pour favoriser le bonheur au travail ?
    La confiance ! J’ai toujours eu des managers qui avaient confiance en moi et ai toujours eu confiance dans les gens que je manageais. Dans ma carrière, mon niveau de satisfaction et de bonheur au travail est proportionnel à la confiance que les gens placent en moi. Aussi, il faut rendre le lieu de travail comme un lieu de vie. Dans mon milieu, j’ai toujours travaillé dans des espaces de travail avec snacks à disposition, salles de repos, salles de sports, garderies pour enfants… le travail ne doit pas se résumer à notre bureau ou notre lieu d’exécution. Mon ami Arnaud Collery sort prochainement un livre intitulé Mister Happiness : Un chief happiness officer vous livre ses secrets pour vous réinventer (1), j’ai hâte de le lire car il aborde avec de nombreux arguments qui s’appuient sur sa réflexion et son expérience, les ingrédients du bonheur au travail, et l’importance d’une personne en charge de son intégration telle que le Chief Happiness Officer !

    Votre dernier kif au travail ?
    Je viens de découvrir grâce à l’un de mes développeurs le langage script Gherkin pour permettre aux personnes business non tech d’écrire des tests afin de valider nos codes… un peu long à expliquer là tout de suite… mais l’idée d’intégrer les profils non tech à notre quotidien est selon moi fondamental pour la réussite des projets.

    Votre mantra ?
    Coding for a brighter and better future for everyone! (A. Jean)

    Pour ne rater aucune actualité en matière de qualité de vie au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job et découvrez notre annuaire du bien-être au travail.

    A lire aussi :
    – Hygge : le bien-être au travail à la sauce danoise
    – Faites le plein d’astuces pour cultiver le bien-être au travail !

     


    0 0

    Vous aurez envie de jouer les séducteurs de charme, aujourd'hui, cher ! Personne ne peut résister aux yeux qui vont faire trembler Hollywood un de ces jours ! Vous serez peut-être attiré par une belle inconnue avec laquelle vous échangerez des regards évocateurs qui pourraient vite se transformer en un jeu inoffensif, à moins que cela ne soit une "sorcière" déguisée en belle pour l'occasion. Les contes de fée ont parfois de drôles de fin ! Bonne soirée !

    Vendredi 9 mars 2018
    Le Journal du Net
    Aliments : avec la blockchain, tout se transforme mais rien ne se perd
    Aliments : avec la blockchain, tout se transforme mais rien ne se perd
    Casino, Carrefour, Walmart… La grande distribution adopte la blockchain pour la traçabilité des produits. Une avancée qui améliorera à terme la gestion des scandales alimentaires. Lire
     
     
    Classement webperf sur mobile : Amazon, Groupon et L'Equipe accélèrent
    Classement webperf sur mobile : Amazon, Groupon et L'Equipe accélèrent
    Parmi les sites mobiles les plus visités en France, lesquels sont les meilleurs en termes de rapidité d'affichage en février ? Quid dans l'e-commerce, les médias et le voyage ? Réponse avec Fasterize. Lire
    Bonjour,
     
    Une dernier (r)appel : n'oubliez pas, on se voit
     ce lundi ​!
     
    24 vignerons de toute la France (et d'Italie !) venus dans la capitale, rien que pour vous faire déguster leurs meilleures bouteilles !
     
    Quand ? lundi 12 mars de 10H à 18H

    Où ? L'Atelier - 52 Ter rue des Vinaigriers - Paris 10ème
     
    Salon réservé ​aux professionnels sous réserve de présentation d'une carte de visite.
     
    Bon week-end et à lundi !
    Florence​

     

    Les dernières actualités et nouveautés annoncées sur le

    Repertoire National Bien-être Santé Beauté

    Psychanalyste/Psychopraticienne/Thérapeute/Coach personnelle et professionnelle.

    Cabinet Aurélie PSYCHé : psychanalyste/psychopraticienne/thérapeute/coach personnelle et professionnelle. Consultations/séances en ligne, par téléphone uniquement. Du lundi au samedi inclus de 13H à 22H, sur rdv. Formation : psychologie générale, psychopathologie, coach psychologie positive, praticienne thérapie brève, développement personnel/coaching, coach personnelle et professionnelle, coaching d’adolescents et jeunes adultes. Spécialités : thérapie… .

    Lire la suite

     

    IRENE GROSJEAN dans « Les acteurs du Nouveau Monde » : une naturopathe exceptionnelle

    La médecine de santé plutôt que la médecine de la maladie Irène Grosjean, une jeune fille de 87 ans, naturopathe de réputation internationale partage sa connaissance de la médecine de santé, à l’opposé de la « médecine de la maladie », (même si elle explique que dans certains cas les 2 types… .

    Lire la suite

     

    NATUROPATHE

    Naturopathe Heilpraktiker diplomée de l’école cers-ta aromathérapie phytothérapie milthérapie thérapie quantique milta-dermo prise en charge de la peau nutrition rééquilibrage alimentaire atelier de fabrication de cosmétiques naturelles maison bilan dermo-cosmétique .

    Lire la suite

     

    Hypnose et changement

    Cabinet d’hypnose à Dax et à Paris 11éme .

    Lire la suite

     

    CABINET DE SOPHROLOGIE ET D’HYPNOSE « EQUILIBRES »

    Je vous accompagne vers une meilleure qualité de vie en vous apprenant à ralentir le flot de vos pensées et à vous sentir plus apaisé(e) grâce à la Sophrologie Caycédienne ou à l’Hypnose de type éricksonienne et aux Fleurs de Bach (méthode holistique d’harmonisation de vos émotions). A partir de… .

    Lire la suite

     

    Sylvie Dalouche Yoga Thérapeute

    La yoga thérapie tire son potentiel de la science du yoga qui met l’être humain en harmonie avec la nature. En complément des médecines officielles, elle permet de prévenir et d’améliorer certaines pathologies, en donnant au corps et au mental la possibilité de mieux gérer les agressions du monde extérieur.… .

    Lire la suite

     

    Coach Bien-être sport, nutrition, Shiatsu à Paris et dans le 92

    Quel sera l’objet de mon coaching bien-être? Je vous proposerai diverses possibilités sur la manière d’améliorer durablement la qualité de votre vie. Mes étudies en psychologie du sport, nutrition,pathologies humaine et médecine chinoise sont des atouts incontournables dans l’accompagnement en vue de contribuer au bien-être physique et mental de mes… .

    Lire la suite

     

    La thérapie par les jus de fruits et de légumes

    La thérapie par le jus Grâce à la thérapie par le jus, nous apportons à notre organisme les éléments dont il a besoin pour guérir tous les petits maux qui nous affectent, et pour l’aider à mieux fonctionner. La thérapie par le jus est une méthode qui gagne de plus… .

    Lire la suite

     

    Quels traitements naturels pour les douleurs aux lombaires ?

    Les lombaires: Anatomie d’une douleur La douleur aux lombaires c’est celle qui rayonne depuis le milieu du dos (votre taille) et descend sur vos fesses. Comme pour les cervicales, il s’agit de 5 vertèbres qui vous permettent de vous pencher en avant ou en arrière et de faire un mouvement… .

    Lire la suite

     

    Conseils pour limiter et soulager les allergies aux pollens sans médicament

    Allergies aux pollens Le retour des beaux jours va malheureusement rimer avec conjonctivite et sinusite pour les millions de Français allergiques aux pollens.   Le dernier bulletin allergo-polinique du Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA), valable jusqu’au 26 mai, indique le retour en force des pollens de graminées sur le… .

    Lire la suite

     

    Comment blanchir les dents de façon efficace et naturelle ?

    Comment blanchir les dents de façon efficace et naturelle ? Il existe tout un tas de raisons pour lesquelles nos dents jaunissent. Et ça n’est pas très sexy ! En effet que l’on fume, boive du thé ou du café … Alors voici une bonne solution pour un sourire Hollywoodien… .

    Lire la suite

     

    WEEK-END DETENTE ET RESSOURCEMENT

    WEEK-END DETENTE ET RESSOURCEMENT « UN SOUFFLE DE LIBERTE » YOGA POSTURAL-YOGA DU SON ET NIDRA Le 10 et 11 JUIN 2017 YOGA PASSION VOUS PROPOSE DE VIVRE ET RESPIRER LA VIE DANS UN CADRE BUCOLIQUE ! A la « VILLA LA CHARMEUSE FLEURIE » à COLLIAS. Située non loin… .

    Lire la suite

     

    Forum Bien-être Association

    Forum Bien-être ® se veut plaque tournante de l’information et de la connaissance dans le domaine du Bien-être. Son premier objectif est la sensibilisation à des méthodes de bien-être physiques, psychologiques et environnementales à un large public. Ses secteurs d’activités sont l’information au public, les rencontres professionnelles, l’organisation d’évènements et… .

    Lire la suite

     

    LES MAINS D’ANANDA

    Mes soins prennent en compte tout votre être : je suis thérapeute holistique et praticienne en santé naturelle. Mon approche du corps est fonctionnelle, énergétique, émotionnelle et spirituelle. Je vous aide en toute simplicité et honnêteté dans votre recherche de bien être : – en soulageant vos douleurs par des… .

    Lire la suite

     

    Hypnotherapeute

    L’hypnose est une thérapie brève qui induit un état modifié de la conscience dans lequel le patient peut orienter son attention vers la solution. Cette technique, créée par le psychiatre américain Milton H.Erickson, est réputée pour son action sur l’angoisse, le stress et les dépendances….. A but thérapeutique cette méthode… .

    Lire la suite

     

    Centre Gaya

    Découvrez le nouveau Centre Gaya. Notre centre est destiné à tous les patients désireux d’améliorer leur santé avec des techniques de médecines douces. Nos thérapeutes sont spécialisés dans divers techniques de soins alternatives et médecine douce: – Naturopathie – Hydrothérapie Colon (Ou Irrigation du colon) – Réflexologie Plantaire – Cures… .

    Lire la suite

     

    Les propriétés du persil

    Plante potagère et médicinale Persil : les raisons santé Consommer du persil plat au frisé (Petroselinum crispum) est un bienfait pour la santé. En effet, les composants du persil sont bénéfiques dans le traitement de diverses affections. Le persil contient des minéraux tels que le fer, le potassium, le calcium… .

    Lire la suite

     

    Centre de formation de Qi Gong, méditation orientale, médecine traditionnelle chinoise

    Liao Yi Lin est la première personne à présenter le trésor de Qi Gong, la Bannière de Ma Wang Dui en Occident. Dans les trois années de formation, en dehors de Liao Ch’an Qi Gong, mouvements en méditation qu’elle a initié, elle sélectionne et enseigne beaucoup d’autres merveilleuses pratiques ancestrales… .

    Lire la suite

     

    Christine Biedermann – Corps et Être

    .

    Lire la suite

     

    Cabinet de Sophrologie Antibes -Sophia-Antipolis

    ROTTICCI Grégoire, Psychanalyse Jungien , Sexologue clinicien et Sophrologue humaniste 25 années d’expérience professionnelle dans les domaines suivants : Psychanalyse, Psychologie, Sexologie et Sophrologie Diplômé de l’UFR de Psychologie de la Faculté de Paris 8 et de Sophrologie de l’École Française de Sciences Humaines (EFSH) DU de l’UFR Santé – Médecine –… .

    Lire la suite

     

    Hervé Chambefaure réflexologue Loire 42

    Nouveau dans Loire 42, un reflexologue certifié par l’école A.R.F et membre praticien de la Fédération Internationale de réflexologie et des techniques naturelles des métiers du bien-être, vous accueil à son domicile, se déplace chez vous ou sur votre lieu de travail. Les séances d’environ une heure s’effectuent avec des… .

    Lire la suite

     

    Praticien en Ayurvéda – Consultation, massages et soins.

    Laurent CUSSOT thérapeute Ayurvédique depuis 2012 à Divonne les Bains. Propose des consultations avec bilan de santé ayurvédique et suivie. Mes outils sont la phytothérapie, les massages, les soins spécifiques et les cures de Panchakarma (cures de detox profondes). Je travail en collaboration avec le Dr Salil Joglekar, médecin Ayurvedique… .

    Lire la suite

     

    Acupuncture – Acupuncture Faciale Eshétique

    Acupuncture. Acupuncture Facial (ou Lifting par Acupuncture) : méthode chinoise et méthode coréenne. .

    Lire la suite

     

    La table des calories

    Calculez les calories de vos aliments : .

    Lire la suite

     

    EtioMedecine méthode Lossky, Closing the Loop (boucler la boucle)

    La méthode Lossky est basée sur la technique de l’EtioMedecine du Dr Brinette. Ici, l’échange verbal n’est plus utilisé afin que chacun puisse s’ancrer, se détacher de ses douleurs, de ses peurs, de ses colères (sans prise de pouvoir du thérapeute, d’idées ou de pensées suggérées) pour entamer un travail… .

    Lire la suite





    Vous aussi, référencez-vous et annoncez vos événements sur Bienetresantebeaute.com


    0 0

    20150119_111932.jpgGlobal4 - Copie.gifFW-pour-vous-et-avec-vous.jpgglobalpartnersnetwork - Copie.jpg

    Collaborate, Communicate, Connect...24/7/365.

    The Infinite Archive. Storing bits for 100 years.

                                         The Global Evolution

    Look to the Future, and what do you see? New life, new technology.

    This is our vision of the future: inventing a better world in which you grow up.

     Our Mission : Building Global Communication Networks.

     The World is our Workplace. Let's work togheter.

    International Communications, (Cooperation)....

    Intercultural Management ,

    Global Business Development

     To preserve our knowledge base and cultures, we must find a way to save digital content for future generation. 

    Stefan NEWS Press Reader  Personalized News Aggregator

    Know why, Know who, Know where, Know what. The know how to succeed. 

    WEB PAGES, NEWSPAPERS, ARTS, ARTICLES, NEWSGROUPS, BLOGS, BRIEFING, BUSINESS, CULTURE, ECONOMIY, ENTREPRENEURS, EDUCATION, FINANCE, IDEAS, HEALTH, MARKETS, LEADERSHIP, LIFE, MULTIMEDIA, OPINION, SPORTS, TECHNOLOGY, TECH, WORLD, POLITICS, PUBLIC DATABASES, MAILING LISTS AND MORE...

    "Live, enjoy, invest, follow the guide">The Infinite Archive>Storing bits for 100 years.

    Global4.gif

                                                   MyNewsCenterNavigator.

    NewsCenter for everyone

    A Day in the World....      Discover the World !

    News You Can Use At Your FingertipsIs Just A Click Away !

    "Live, enjoy, invest, follow the guide"

    SRU-Electronics

    DO YOU SPEAK MILLENIAL>> « nous voulons conquérir le marché américain » les deux Français sont convaincus qu'ils doivent penser « global »

    Madeleine et Stefan Raducanu Chercheurs FranceWeb,>>"Community of Practice (CoP)">SRU-Electronics>Vision>Teach new behaviors by the example of the guiding coalition>Use every vehicle possible to communicate the new vision and strategies...

    Madeleine et Stefan Raducanu Chercheurs... -FranceWebAsso

    FranceWebSharing> MyNewsCenterNavigator> Stefan V.Raducanu et son temps -> «Google a perdu sa capacité à innover»>

    Networking the World, MyNewsCenterNavigator & SRU-Ectronics,

    L'essentiel à savoir dans la Tech de ce matin

    1 . Des places de marché facturent jusqu'à 1 million de dollars pour obtenir des tokens lors des levées de fonds en crypto-monnaies. "C'est du pur capitalisme" explique à Business Insider un investisseur.
    2 . L'un des inventeurs d'Internet dit qu'il faut réguler l'activité des plateformes pour éviter la concentration du pouvoir. Dans une lettre ouverte, Sir Tim Berners-Lee estime que c'est un problème pour l'innovation.
    3 . Elon Musk veut coloniser Mars avec SpaceX — voici ce qu'il a dit sur comment serait la vie des premiers habitants.
    4 . Nintendo vient d'annoncer 13 nouveaux jeux à venir en 2018 pour sa très populaire console Switch, dont une nouvelle version de Smash Bros.
    5 . La police de Pékin utilise des lunettes de reconnaissance faciale pour identifier les passagers et les plaques d'immatriculation. La Chine pousse le recours à l'IA pour être capable de reconnaître quelqu'un en trois secondes.
    6 . Twitter a suspendu une multitude de comptes qui volent des tweets. Le réseau social pousse pour une interaction plus authentique.
    7 . 6 startups tech financées par des acteurs de la série 'Silicon Valley'.
    Vous aimerez aussi
    Facebook Twitter LinkedIn
     Si ce message ne s'affiche pas correctement, suivez ce lien
    Ajoutez news@ml.bifr-news.frà votre carnet d'adresses pour être sûr de recevoir nos newsletters ! 
    CIO Newsletter
     
    VOTRE BADGE D'ACCÈS GRATUIT

    FOCUS TOP SPEAKERS 
     
       
    ILS PRENDRONT LA PAROLE SUR LE SALON E-MARKETING PARIS !
    À 5 semaines de l'événement, le salon E-Marketing Paris,
    vous dévoile une partie de ses intervenants !
    A PROPOS DE
    WORKSPACE EXPO

     
    Workspace Expo est le seul salon national dédié au mobilier et à l'aménagement des espaces de travail. Pendant trois jours, du 10 au 12 avril 2018 dans le Pavillon 1 de la Porte de Versailles, nous serons dans l'effervescence ! 

    Découverte, innovations, tendances : tout est réuni pour une édition encore plus réussie que la précédente !

     
    BADGE D'ACCÈS GRATUIT

    Plus de 180 marques représentées !
    LISTE DES EXPOSANTS 2018

    0 0

    Le temps s'en va, le temps s'en vient,Tout est nouveau, tout est ancien.Ce qu'est le mal, ce qu'est le bien, A toi de le savoir enfin,N'aie plus d'espoir et n'aie plus peur, Ce qui est vague,vague meurt;A tout appel,à tout appât,A méditer sans modération

    La blockchain>FranceWebSharing & MyNewsCenterNavigator>FranceWebAsso>Les doctrines positives, qu'elles soient religieuses, philosophiques, de droit ou d'état, ne sont qu'autant de plaidoiries ingénieuses de l'esprit,

    poissysmartcity,francewebasso,poissyvilleconéctée,stefanv.raducanu,francewebe-globalnetwork,poissy,france,culture,mihai eminescula blockchain>francewebsharing,mynewscenternavigatorpoissysmartcity,francewebasso,poissyvilleconéctée,stefanv.raducanu,francewebe-globalnetwork,poissy,france,culture,mihai eminescula blockchain>francewebsharing,mynewscenternavigator«Regardez le cadeau que ce pays m'a offert!»

    Pour les travailleurs de l'état l'honneur, pour les soldats la gloire, pour les princes la....

    Mihai Eminescu, il est utile de le rappeler tant il est peu connu en France, est considéré en Roumanie comme le génie national, un peu comme William Shakespeare en Angleterre ou Johann Wolfgang von Goethe en Allemagne. Les diacritiques roumains ne sont pas plus respectés qu'ailleurs et pour les expressions en grec et en latin, heureusement peu nombreuses,

    Hors des vagues du temps, mon amour, tu surgis,
    Tes bras blancs sont de marbre et tes longs cheveux blonds,
    Tes joues ont la couleur de la cire jaunie
    Et de tendres douleurs y tracent leurs sillons.
    De ton sourire si doux tu caresses mes yeux,
    Femme entre les étoiles, étoile entre les femmes,

    .En 1883 Eminescu a écrit "Luceafărul" (Lucifer, ou Hypérion, ou L'étoile du Nord), poème devenu célèbre. Il était le premier écrivain roumain à publier dans toutes les provinces roumaines. Son génie littéraire, son engagement politique et l’intérêt qu'il portait aux problèmes des roumains de partout, l'ont consacré poète national de la Roumanie, de la République de Moldavie, et des roumains qui vivent en Ukraine.
    Eminescu est consideré par l'historien roumain Nicolae Iorga le parrain de la langue roumaine moderne. Ses poèmes ont été traduits dans plus de 60 langues.

    Lire la suite

    Le pauvre Dionis. suivi de Cezara de Mihai Eminescu

    Les doctrines positives, qu'elles soient religieuses, philosophiques, de droit ou d'état, ne sont qu'autant de plaidoiries ingénieuses de l'esprit, de cet advocatus diaboli forcé par le vouloir de les argumenter. Ce misérable avocat est forcé de tout mettre sous une lumière étincelante, et, l'existence étant elle-même misérable, est obligé d'orner de fleurs et d'un semblant de sagesse impénétrable la misère de l'existence, pour leurrer à l'école et à l'église ces petits toucans qui entrent à peine en scène sur la valeur de la vie réelle. Pour les travailleurs de l'état l'honneur, pour les soldats la gloire, pour les princes la magnificence, pour les savants le renom, pour les sots le ciel, et de la sorte une génération trompe celle qui suit par cet advocatus diaboli légué, par cet esclave contraint à la malice et aux sophismes, qui ici se lamente comme un pope, là prend une mine sérieuse de professeur, là-bas parlemente comme un avocat ou prend les traits misérables d'un mendiant ; le dernier pour un verre de vin dont il rêve in petto, les autres pour un titre, de l'argent, une couronne, mais tous au fond dans un moment d'ivresse.
    Voilà ce que j'apprends de mes maîtres les abeilles: dans leur école, je prends conscience que nous sommes des ombres sans volonté, des automates qui faisons ce qu'il faut que nous fassions, et que, pour que le jouet ne nous lasse pas, nous avons cette poignée de cervelle qui voudrait nous prouver qu'en vérité nous faisons ce que nous voulons, que nous pouvons faire une chose ou pas… […]
    La vie intérieure de l'histoire est instinctive; la vie extérieure, les rois, les popes, les savants, ne sont que lustre et que phrase; et, comme d'après l'habit de soie posé sur un cadavre on ne peut savoir en quel état se trouve celui-ci, de même d'après ces vêtements trompeurs on ne peut connaître le fin mot de l'histoire elle-même.
    modele modele  29 juillet 2015

    GLOSE
    Le temps s'en va, le temps s'en vient,
    Tout est nouveau, tout est ancien.
    Ce qu'est le mal, ce qu'est le bien,
    A toi de le savoir enfin;
    N'aie plus d'espoir et n'aie plus peur,
    Ce qui est vague, vague meurt;
    A tout appel, à tout appât,
    Reste insensible, reste froid.

    A méditer sans modération…

    Sylvie Modele
    Mihai Eminescu
    ISBN : 2853992454
    Éditeur : Publications de l'Université de Provence (01/01/1990)
    Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes)
    Tandarica
    Tandarica  15 février 2015  
       

    Citation de Mihai Eminescu - La vie est un bien perdu pour celui qui ...

    Mihai EMINESCU : Biographie, Tombe, Citations, Forum ...

    Mihai Eminescu - Ses 2 meilleures citations

    Toutes les citations de Mihai Eminescu - Evene - Le Figaro

    Citations et Proverbes | Mes citations et proverbes trouvés au hasard ...

    Mihai EminescuPremière Épitre, Mihai Eminescu
    in Les Cing Epitres de Mihai Eminescu

    Dans « Les pièges de l'histoire, l'élite intellectuelle roumaine (1930-1950) », la traductrice déclare dans sa note n° 2 de la page 56 : « Intraductibles, les poèmes de Mihai Eminescu ont pourtant de nombreuses traductions, toutes insuffisantes. Nous préférons ici le rendu littéral de ces quelques mots ». Il s'agit de la citation suivante : « Du Dniestr à la Tisza/Tout Roumain se plaint/De n'avoir plus de place/De tant d'étrangers/... Qui les aime tant/Que les chiens dévorent son coeur... ». Il s'agit des quatre premiers vers du poème Doïna, ainsi que de deux autres, plus éloignés : « De la Nistru pân' la Tisa/Tot Românul plânsu-mi-sa/Că nu mai poate străbate/De-atâta străinătate. » Je vous propose de comparer avec la traduction d'Elisabeta Isanos en 1993 : « De Nistrou jusqu'à Tissa/Plaintes roumaines ne cessent pas,/Car les chemins nous sont coupés/Par la foule des étrangers ». Je note que la rime est bien présente et que les différences de sens ne sautent pas aux yeux, c'est le moins que l'on puisse dire. Pour juger de la suite : « Cine-au îndragit străinii/Mânca-i-ar inima câinii » ou bien : « Qui chérit tous ces païens,/Que son coeur nourrisse les chiens ». Je suis simplement reconnaissante envers Elisabeta Isanos, dont le courage de s'attaquer à l'intraduisible et le dur labeur nous rendent accessible ce poète hors normes.
    modele modele  29 juillet 2015
    Très belle anthologie des plus beaux poèmes d'Eminescu en édition bilingue, roumain-français.
    Voilà un livre à lire absolument et à offrir à toute personne intéressée par la littérature authentique.
    Les éditions Non Lieu nous proposent sous une forme particulièrement réussie l'une des plus remarquables voix poétiques européennes, inaccessible jusque-là aux lecteurs français.
    Elles ont fait ce qu'aucune autre maison d'édition n'avait eu le courage et la lucidité de faire pour le plus emblématique des écrivains roumains.
    Sylvie Modele
     
    Francharb3
    Francharb3  05 novembre 2014  
       
    La traduction de la poésie est déjà chose suffisamment délicate (c'est-à-dire qu'entre autres, il faut que ça rime et il éventuellement compter les pieds...) mais là il s'agit pour les Roumains du génie national. S'y attaquer est donc loin d'être une mince affaire. Je me garderai donc bien d'une prise de position quelconque et me contente de constater qu'il existe une traduction, qui est en même temps une sélection de poèmes d'Eminescu et que c'est déjà un grand mérite, dans la mesure où sans cela son oeuvre me serait en grande partie inaccessible.
    Que rajouter : comme souvent dans ce type d'anthologie, c'est un peu une succession de morceaux de bravoure, l'unité n'est pas évidente. Mais il faut aussi relever que l'édition est bilingue, donc lorsque le français rend mal la musicalité originale, il est toujours possible de se référer au roumain. Pour le reste, Dieu sait que tout cela méritait en effet d'être traduit. Pour ceux qui réussiraient à trouver ce livre (car cela non plus n'est pas chose aisée), commencer par la fin :"Mai am un singur dor" (Un seul désir me reste), la dernière poésie est un si ce n'est le grand classique du génie national, à lire absolument.
     
    evemartignac evemartignac  08 août 2015
    D’ici à l’étoile qui paraît…

    D’ici à l’étoile qui paraît
    Le chemin est si long à franchir
    Qu’il a fallu bien des années
    À sa lumière pour venir.
    Elle s’est peut-être éteinte avant
    Dans le bleu profond des lointains
    Tandis que son rayon ne vient
    Briller à nos yeux qu’à l’instant.
    L’image de l’étoile entrevue
    Doucement monte au loin.
    Vivante on ne la voyait point,
    Lorsqu’on la voit, c’est qu’elle n’est plus.
    De même, lorsque notre amour meurt
    Et qu’il se perd dans la nuit,
    La lumière de notre amour mort
    Lui survit et nous poursuit.

    De ce nu-mi vii ?

    Vezi, rândunelele se duc,
    Se scutur frunzele de nuc,
    S-aşază bruma peste vii –
    De ce nu-mi vii, de ce nu-mi vii ?
    O, vino iar în al meu braţ,
    Să te privesc cu mult nesaţ,
    Să razim dulce capul meu
    De sânul tău, de sânul tău !
    Ţi-aduci aminte cum pe-atunci,
    Când ne plimbam prin văi şi lunci,
    Te ridicam de subsuori
    De-atâtea ori, de-atâtea ori ?
    În lumea asta sunt femei
    Cu ochi ce izvorăsc scântei…
    Dar, oricât ele sunt de sus,
    Ca tine nu-s, ca tine nu-s !
    Căci tu înseninezi mereu
    Viaţa sufletului meu,
    Mai mândră decât orice stea,
    Iubita mea, iubita mea!

    Tu ne viens pas, pourquoi, pourquoi ?

    Tu vois, les hirondelles fuient,
    Les feuilles tombent des noyers,
    Les vignes rousses ont gelé,
    Tu ne viens pas, pourquoi, pourquoi ?
    Reviens te glisser dans mes bras,
    Mes yeux ont tant besoin de toi,
    Et mon visage de se sentir
    Contre ton sein, de s’y blottir !
    Est-ce qu’il te souvient d’autrefois,
    Quand nous allions par champs et bois ?
    Quand je te prenais dans mes bras,
    Tout contre moi, tout contre moi ?
    Il y a des femmes ici-bas
    Dont les regards vous ensorcellent…
    Aussi séduisantes soient-elles,
    Tu es plus qu’elles, tu es toi !
    C’est toi qui éclaircis le ciel,
    Souvent troublé, de mes pensées,
    Aucune étoile n’est plus belle,
    Ô mon amour, ma bien-aimée !

    Târzie toamnă e acum,
    Se scutur frunzele pe drum,
    Şi lanurile sunt pustii…
    De ce nu-mi vii, de ce nu-mi vii ?

    L’automne doucement s’éteint,
    Les feuilles jonchent les chemins,
    Les champs brusquement se sont tus,
    Tu ne viens pas, tu ne viens plus ?

    0 0

    21CenturyWebArchive : FranceWebAsso > Société du Savoir ..numérique des lumières.FWVAG21

    La planète est mon village !

     1500x500.jpegStefan et Lucy.jpg3smartphones.jpeg

    BUSINESS STORY / CULTURE / STYLE / ... ET MOI

    SRU-Electronics >21CenturyWebArchive>WebinafewWords

    respect de mon pays>La voie de Moscou..30 ans d’histoire russe en 30 lignes.

    Global4.gifInstitut for International Research
     
     
    International Communications,..
     
    Community management

    Collaborate, Communicate, Connect...24/7/365.

    The Infinite Archive. Storing bits for 100 years.

                                           The Global Evolution

    Look to the Future, and what do you see? New life, new technology.

    This is our vision of the future: inventing a better world in which you grow up.

     Our Mission : Building Global Communication Networks.

     The World is our Workplace. Let's work togheter.

    International Communications, (Cooperation)....

    Intercultural Management ,

    Global Business Development

     To preserve our knowledge base and cultures, we must find a way to save digital content for future generation. 

     Our Vision :Promoting International links and exchange of experience

    Stefan NEWS Press Reader  Personalized News Aggregator

    People, Region, Country, Firm, Department,.., You!

    Know why, Know who, Know where, Know what. The know how to succeed. 

    WEB PAGES, NEWSPAPERS, ARTS, ARTICLES, NEWSGROUPS, BLOGS, BRIEFING, BUSINESS, CULTURE, ECONOMIY, ENTREPRENEURS, EDUCATION, FINANCE, IDEAS, HEALTH, MARKETS, LEADERSHIP, LIFE, MULTIMEDIA, OPINION, SPORTS, TECHNOLOGY, TECH, WORLD, POLITICS, PUBLIC DATABASES, MAILING LISTS AND MORE...

     
    10000 yeux vous regardent pub.gif
     An enthusiastic and patient oriented team is proud to announce the official launch of Spes Medica USA into the US Neurodiagnostic marketplace.
    NEWBURYPORT, MASSACHUSETTS, UNITED STATES, March 7, 2018 /EINPresswire.com/ -- Patrick Phelan, President of Ives EEG Solutions, LLC, makers of the Ives Electrode System, and Matteo Mistretta, CEO of Spes Medica SRL are proud to announce the official launch of Spes Medica USA, a manufacturing company developing medical devices and accessories for Neurodiagnostics and Electrostimulation
    .
    Mr. Phelan and Mr. Mistretta have been working tirelessly to create a joint partnership to meet their customers’ needs of affordable, high quality, innovative products for Intraoperative Neuromonitoring and Electroencephalography or EEG monitoring.

    Apple's first employee:Bill Fernandez

    The Apple II got there first. It was the Wright Flyer I of personal computers.

    When the Wright brothers made their historic first flight in 1903, lots of other inventors were trying to fling their own shoddy little planes into the air. And in 1977, when Steve Wozniak and Steve Jobs unveiled the Apple II, there were a zillion other nerds working on building a personal computer.

    But Woz beat them to it, and Jobs knew how to sell

    Xavier Niel dégaine en Suisse une box internet


    0 0

    SRU-Electronics >FWVAG21>21CenturyWebArchive>WebinafewWords>VirtualAgency@European Network Exchange>

    Global4.gifInstitut for International Research
     
     
    International Communications,..
     
    Community management

    Collaborate, Communicate, Connect...24/7/365.

    The Infinite Archive. Storing bits for 100 years.

                                           The Global Evolution

    Look to the Future, and what do you see? New life, new technology.

    This is our vision of the future: inventing a better world in which you grow up.

     Our Mission : Building Global Communication Networks.

     The World is our Workplace. Let's work togheter.

    International Communications, (Cooperation)....

    Intercultural Management ,

    Global Business Development

     To preserve our knowledge base and cultures, we must find a way to save digital content for future generation. 

     Our Vision :Promoting International links and exchange of experience

    Stefan NEWS Press Reader  Personalized News Aggregator

    People, Region, Country, Firm, Department,.., You!

    Know why, Know who, Know where, Know what. The know how to succeed. 

    WEB PAGES, NEWSPAPERS, ARTS, ARTICLES, NEWSGROUPS, BLOGS, BRIEFING, BUSINESS, CULTURE, ECONOMIY, ENTREPRENEURS, EDUCATION, FINANCE, IDEAS, HEALTH, MARKETS, LEADERSHIP, LIFE, MULTIMEDIA, OPINION, SPORTS, TECHNOLOGY, TECH, WORLD, POLITICS, PUBLIC DATABASES, MAILING LISTS AND MORE...

    MyNewsCenterNavigator.

    NewsCenter for everyone

    A Day in the World....Discover the World !

    News You Can Use At Your FingertipsIs Just A Click Away !

    FranceWebAsso&SRU-Electronics->Construire un numérique des lumières.« faire avec » l’humain : faire avec l’inertie des usages, faire avec les craintes, faire avec l’utilisateur-consommateur convaincu de sa maturité numérique.

    2 maini.jpg Encourager le partage de savoirs, d'être au monde et de levoir.

    Or comprendre, c’est écouter....FranceWebAsso 

    Société du Savoir Groupe d'intérêts.jpg

     20150119_111926.jpg3smartphones.jpeg

    Un univers de possibilités

     

    Imaginez un monde dans lequel chaque être humain peut librement obtenir et partager des connaissances. Ceci est notre engagement.

     

    FranceWebAsso : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

     

    C'est notre capital !

    Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

    Privilégier l'esprit d'équipe, le partage des savoir-faire et la solidarité, à la fois en interne et dans nos partenariats.
    Mettre chacun en situation de réussite. Contribuer par la qualité individuelle à la performance commune.

    Services uniques à la pointe pour que vous soyez plus compétitif.

    Entreprendre & Réussir avec les espaces de travail collaboratif E-GLOBALNETWORK. Connectez-vous au Monde!

    The Need for Speedy Information Online

    Companies,People, Products, Services& Solutions

    Your Way to Better Search Results

    Making a better Internet > I AM, YOU ARE, WE ARE HAPPY in...

    bonheur,tranquillité,sagesse,sérénité,art de vivre,srweb,rsweb,sruelectronics,francewebasso,rstefandefrance,articles,agregator,stefanraducanublogueurStefan de La Tournelle-PoissySmartCity

    Delivers what You need...

    ''NewsCenterNavigator''

    The human search engine!

    More than a company name...Encore une fois, je crois à l'approche collaborative.

    Mais un blogueur, un média qui vient de naître avec trois personnes, ont le droit aussi d'exister. Il faut trouver des mécanismes, ce qui n’est pas simple. Les réseaux sociaux ont aussi besoin de redorer leur image.

    SRU-Electronics™ is the marketing and advertising paradigm for the new century. Utilizing the latest proven technology, SRU-Electronics™ energizes its client's message by innovatively combining consumer-driven interactive advertising with multiple media channels. Products & services come to life, piquing the consumer's interest to achieve maximum impact.

     Internet Presence (Web Sites, Content Networks, HTML, E-mail, Connectivity)
    The Business Search Engine - Companies, Products, Services & Solutions

     All global sources in one app!  Newspapers, Radio, Tv, in local, regional, national , international . A quick way to browse and read Global News.

     E-GLOBALNETWORK

     LOCAL - REGIONAL - NATIONAL -  INTERNATIONAL - ACTION

    Pour Vous !  E-GLOBALNETWORK GALLERY

    European Network Exchange

    is a free global forum for all the citizens
    who are interested in having a part in building the European Union.

    France Web Virtual Agency21 (FWVA21)

    International Communications, Intercultural Management, Global Business Development.

    Any user, anywhere, any size company, on any device!

    E-GLOBAL-INTERNET/INTRANET/EXTRANET,

     

    The human search engine!

     

    Companies,People, Products, Services& Solutions

     

    "Processeur d'information " ,"Processeur de connaissance".

    Need more details or a free no obligation quote? We are here to assist you! Contact us by email franceweb@gmail.com or through our social media channels. Encore une fois, je crois à l'approche collaborative.

    Contact: Stefan Raducanu :  stefanraducanu@yahoo.fr

    Meet your connectivity, network and applications needs with one provider who can deliver and manage it all. Get ubiquitous high-speed Net in hotels, airports, McDonald's, Hertz and top brands nationwide and in Europe, Asia and Africa through E-GLOBALNETWORK.

    Travelers, Meeting Planners,Hoteliers, Airport Managers, etc.

     While the Intergovernmental Conference is working for the reform of the Maastricht Treaty, which means for the XXI century Europe, the European citizens too virtually meet together in European Network Exchange and debate the most important items for the the future European Union identity.

    Which is the Europe you are looking for?  Which are and should be the European citizens' rights and duties? Could Europe, starting from a critic awareness of its past, culture values and institutions, propose a new development model?  Can the EU citizens elaborate and propose a project for a society more equal and democratic?  Can Europe become a model and an instrument for Peace in the world?  Which is the place the Union is giving to the financial order?  Which are the relationships between North and South of the world that the European Union citizens desire, propose or accept?

    In this forum you can find debates and news about this subjects; in European Network Exchangeyou can find an increasing group of European organizations: who they are, where they act, what they want.
    The European Network Exchange  also includes the publishing of some booklets about the main issues that will be discussed in the forum. You will find an informative note in these pages as soon as they get ready.

     Have a glance to the other pages to understand better

    what kind of information you can find & give in this place.
    European Network Exchange is promoted by Stefan Raducanuin cooperation with

    e-Global, Global Network, e-GLOBALNETWORK, Cannes, Media Network Exchange, Internet Journal, Votre Ville.., Intelligent Living, Information Center, Global Business Development, Global Network Exchange, Global Interface, African Network Exchange, e-Business, FranceWeb, Electronics.

    and sustained by SRU-Electronics, e-Global, MMM, and Global Interface

    FRANCE WEB MEDIA DIGITAL->Unique->Station2->FranceWebAsso-> réseau d’intelligence collective -> Nouvelle société du savoir, un instrument d’intelligence collective ! projet architectural majeur du 21ème siècle, Making a better Internet

    Groupe d'intérêts.jpgThe More Everything  Direct to reader

    Making a better Internet

    Pour innover, puisez dans les connaissances

    « Le pouvoir de l’imagination nous rend éternel »

    FRANCE WEB MEDIA DIGITAL

     C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !


    0 0

    Loi de Metcalfe

    Une consommation plus consciente et raisonnée

    Pourquoi est-il si difficile d'abandonner les GAFA une fois qu'on y a goûté? Trois difficultés sortent du lot et reviennent fréquemment dans la bouche de ceux qui tentent de les surmonter: l'aspect pratique de ces plateformes, leur poids dans la société, et la nécessaire maîtrise des outils informatiques si on veut s'en émanciper.

    En tête de liste, Guillaume évoque le fait qu'il s'agisse de “services qu'on utilise de facto et sans se poser de questions”. Ces usages sont ancrés dans nos vies quotidiennes et paraissent incontournables, au point que nous ne nous questionnons pas toujours sur leurs conséquences et sur les alternatives existantes. Mails, espace de stockage, et agendas sont accessibles à partir d'un compte Google unique, depuis n‘importe où.“S'en passer, c'est accepter de passer d'un compte unique à une multitude” déplore Hugo. En résumé, il faut troquer son confort de navigation contre le contrôle de ses données personnelles, ce qui nécessite une bonne dose de détermination.

    L'effet réseau joue aussi en faveur des GAFA, au détriment des plateformes alternatives. “Tout le monde utilise Messenger et les grands réseaux sociaux. À moins de ne converser qu'avec d'autres initiés, c'est très compliqué d'amener nos contacts sur d'autres plateformes” constate Hugo. L'effet réseau a été théorisé par l'ingénieur américain Robert Metcalfe. Il explique que la valeur d'un réseau est définie par le nombre de personnes qui l'utilisent. Pierre-Yves Gosset, directeur de Framasoft, prend l'exemple du téléphone: “si seules deux personnes dans le monde en sont équipées, le téléphone ne sert quasiment à rien. Mais quand on a 2,3 milliards d'inscrits sur Facebook, cela lui donne une valeur beaucoup plus forte que celle des réseaux sociaux libres”. Ceux qui veulent se soustraire aux géants du Web sont confrontés à la popularité de Facebook car pour échanger sur un réseau, il faut des interlocuteurs. “Le principal écueil, c'est que quelques acteurs ont pris l'initiative de ce pouvoir” résume Stéphane Crozat, professeur d'informatique à l'université de Compiègne et fondateur de l'association Picasoft, avant d'ajouter que pour inverser la tendance, “il faudrait presque que ça bascule d'un seul coup, et c'est impossible”. On imagine mal l'ensemble des utilisateurs de Facebook se diriger soudainement et simultanément vers Diaspora*.


    0 0

    francewebeglobal-avec-vous3.gifIl y a cinq ans, Humania Assurance ne vendait aucun produit en ligne. Aujourd’hui, la stratégie numérique de cet assureur de Saint-Hyacinthe est la pierre angulaire de sa croissance. Son président et chef de la direction, Stéphane Rochon, s’entretiendra avec Diane Bérard le 18 avril, lors de la conférence de 16:30

    Qu’est-ce qui a déclenché votre transformation numérique ?

    En 2013, nous voulions lancer Assurance Sans Examen Médical, un produit d’assurance vie pour les gens qui avaient déjà eu d’importants problèmes de santé. Ces gens-là, aucun assureur ne voulait les assurer à l’époque. Notre concept était innovateur, mais risqué. Il nécessitait beaucoup de flexibilité, impossible à obtenir autrement qu’avec le Web. Offrir le produit en ligne à notre réseau de conseillers indépendants permettait de l’adapter rapidement en fonction du marché. En une heure ou deux, nous pouvions ajouter une question, modifier un taux, changer le libellé de la police. Et puis, avec le Web, le coût d’acquisition d’un client est presque nul et la police est émise automatiquement.

    Quelle a été l’autre étape marquante ?

    Utiliser le Web pour régler un problème de l’industrie ! Avec l’approche traditionnelle, acheter une assurance vie temporaire prenait jusqu’à 30 jours. Il fallait remplir des questionnaires, recevoir la visite de l’infirmière, faire une analyse de sang, etc. Nous avons remis en question et simplifié tout ce processus pour l’adapter au numérique. Et en 2016, nous avons lancé HuGO, notre plateforme d’achat d’assurance vie temporaire en ligne. Quand on passe au numérique, il ne suffit pas de numériser les vieux processus. Il faut les repenser.

    Le résultat a-t-il été à la hauteur de vos attentes ?

    C’est beaucoup moins invasif pour les clients et plus rapide. Grâce à l’analyse prédictive, la plateforme fournit une décision en moins de 45 minutes pour 65 % des demandes. Et d’ici la fin de l’année, ce sera 70 %. Pour les cas plus complexes, le processus demeure plus traditionnel. Il y a des limites à recréer le cerveau humain !

    Ce virage numérique a-t-il entraîné un choc culturel ?

    La vélocité de l’entreprise a changé. Avant, il fallait 18 mois pour lancer un produit. Maintenant, c’est 4 mois, de l’idéation à la livraison. Notre façon de travailler n’est plus la même. Nous sommes passés de « tout doit être parfait du premier coup » au « produit minimalement viable ». Nos produits sont évolutifs. Le lendemain du lancement d’un produit, l’équipe travaille déjà à l’améliorer. C’est un changement de culture qui peut créer de l’inconfort chez certains employés.

    Justement, comment susciter l’adhésion des employés ?

    D’abord, en commençant avec un petit projet précis. C’est la « small win theory ». Un petit projet qui a un grand succès, comme ç’a été notre cas, permet de gagner l’adhésion et la confiance des employés. Ils se disent que si ça a marché une fois, ça devrait marcher aussi les autres fois.

    Le développement des compétences est aussi très important. Par exemple, avec le numérique, l’entrée de données va finir par disparaître. Nous faisons beaucoup de formation continue avec les employés touchés pour les faire évoluer vers la gestion et l’analyse de données ou d’autres tâches. Une transformation numérique crée de l’insécurité. Il faut soutenir les employés.

    Quel est le rôle du PDG dans une transformation numérique ?

    Une autre clé pour que les employés adhèrent au changement, c’est la communication. Le PDG a un grand rôle dans cela. S’il reste dans sa bulle, c’est plus difficile. Pour ma part, je participe à la plupart des réunions de mise à jour des projets qui se tiennent aux deux semaines. D’ailleurs, nous fonctionnons en mode agile, une approche très inclusive. Il n’y a pas de vase clos. Les décisions se prennent en gang. De plus, je rencontre l’ensemble des employés 6 à 12 fois par année. Je parle des bons coups, des moins bons coups, des enjeux. Et je communique encore et encore notre vision qui est de devenir 100 % numérique dans l’assurance individuelle d’ici la fin de 2019.

    Votre vie quotidienne vous pèse aujourd'hui et vous avez envie de déroger aux règles imposées par la société pour voler de vos propres ailes... Mais qui s'y frotte s'y pique ! Aussi faites bien attention où vous mettez les pieds ! Il faut parfois accepter de se plier à certaines règles pour vivre en harmonie avec le monde qui nous entoure. Le comprendre et l'accepter vous évitera bien des déconvenues, pensez-y !

    Merci pour cet article: très informatif. Effectivement, l’IA va entraîner un bouleversement à tous les niveaux.
    UTILISATEURS, FOURNISSEURS, BUSINESS, TECHNOLOGIES, UNIVERSITAIRES, RÉSEAUX, SOCIÉTAL,.. Rencontrer, découvrir, entreprendre, communiquer, réunir, conseiller, agir, préparer l'avenir... « La meilleure façon de prédire l’avenir, c’est de le créer »
    Pour une république de l’innovation Comme toutes les grandes nations, la France est engagée dans une course à l’intelligence et à l’innovation. Le 21e siècle s’annonce comme un siècle de haute précision. Au cours des 150 dernières années, l’humanité a réalisé des progrès considérables dans les domaines de la santé et de l’environnement. Partout dans le monde, des forces sont à l’oeuvre pour faire avancer la connaissance. Il faut être plus efficace avec moins de ressources. Dans ce contexte, le principe de précaution, d’abord conçu comme une arme défensive est régulièrement brandi comme une arme de dissuasion. En son nom, ce n’est plus le résultat de la recherche qui est jugé mais le principe même de recherche qui est interdit. Son utilisation irrationnelle rappelle l’épisode des sorcières de Salem. Des procès en sorcellerie sont conduits sous l’égide de pseudos experts qui jugent en lieu et place de la communauté scientifique!Notre vision de la science est dynamique. Dans notre esprit, la recherche poursuit l’objectif du bien commun. C’est pourquoi notre démarche s’adosse à un principe de précaution rendu à sa vocation de départ : écarter du domaine public tout ce qui est scientifiquement avéré comme dangereux pour la vie. A cette démarche défensive, il convient selon nous d’en ajouter une autre, positive et plus enthousiaste. Pour stimuler la recherche pour sortir de la société des peurs, nous souhaitons que le principe d’innovation soit placé à égalité avec le principe de précaution dans la constitution française. L’innovation produit du progrès. Elle stimule la concurrence, elle est à l’origine des grands progrès enregistrés dans nos sociétés.
    Encourager le partage de savoir, d'être au monde et de le voir.
    FranceWeb, des espaces numériques ouverts à tous. Un cyberspace international. Un nouveau défi pour notre pays européen. Un instrument d'intelligence collective. Vers une économie des qualités humaines. C’est l’inspiration qui nous fait grandir, Venez nous rejoindre. C’est encore plus facile ensemble, la société en réseau ne se fera pas sans vous,
    Nous désirons nous faire connaître en nous adressant, prioritairement aux personnalités économiques, sociales, politiques, médiatiques, responsables et compétentes, intéressées par cette initiative. Pour Vous et avec Vous ! 
    Au plaisir de vous rencontrer pour vous présenter notre projet Vision 21 FranceWebAsso>Société du Savoir..
    Contact: Ing.Stefan Raducanu, Data Scientist
    Tél: 0139655034
    Mail: franceweb@gmail.com

    Les entrepreneurs se passent de vision pour transformer le monde

    Tout cela est d’autant plus tragique que rien n’a jamais montré qu’une vision est nécessaire pour réussir, et encore moins dans une situation de rupture. Ikea n’avait pas de vision à ses débuts; 3M non plus; ni AirBnB, ni Google, ni Facebook. Elon Musk est une exception brillante, mais on mesure les risques qu’il prend… Pas sûr que les entreprises soient nombreuses à vouloir jouer ce jeu… Si les entrepreneurs n’ont pas besoin de vision préalable pour transformer le monde, pourquoi en faudrait-il une pour transformer une organisation existante?

    On peut tirer plein d’enseignements de cette histoire, qui illustre bien les principes de l’effectuation, la logique des entrepreneurs:

    • Arrêtez de pleurer sur ce que vous n’avez pas; regardez ce que vous avez, même pas grand-chose, et demandez-vous ce que vous pouvez faire avec ça (premier principe de l’effectuation, démarrez avec ce que vous avez).
    • Faites des petites choses, parce qu’au moins vous pouvez les faire tout de suite sans demander la permission à personne (second principe, agissez en perte acceptable).
    • Appuyez-vous sur les autres plus que sur votre supposé génie: les étudiants et les chauffeurs routiers pour madame Tao (troisième principe, le patchwork fou).
    • Tirez parti des surprises (les clients veulent la sauce, pas les nouilles) plutôt que d’essayer de tout planifier (quatrième principe).
    • Enfin, ne laissez jamais les circonstances s’imposer à vous, soyez acteurs de votre environnement (cinquième principe, pilote dans l’avion).

    Un autre enseignement est que l’entrepreneuriat est un formidable outil de libération et d’émancipation, particulièrement pour les plus pauvres et les plus démunis, ceux qui sont abandonnés par le système. Ne sachant ni lire ni écrire, madame Tao n’avait aucune chance de trouver un job dans une entreprise.

    Mais l’enseignement va au-delà: j’utilise souvent l’exemple de madame Tao auprès de managers confrontés à la difficulté de transformer leur organisation et qui m’expliquent que « à leur niveau ils ne peuvent rien faire ». Si madame Tao, qui a démarré dans les pires conditions qui soient, a pu faire autant, que dire de ce que peut faire un manager disposant de ressources tangibles et symboliques? Bien-sûr les situations ne sont pas comparables, mais quand-même. L’exemple de madame Tao, et de tant d’autres individus courageux, peut peut-être nous aider à sortir de cette impuissance apprise qui étrangle les organisations aujourd’hui. Madame Tao, en substance, nous dit: « c’est pas les autres, c’est vous », et elle nous remet gentiment la balle de notre côté du filet en nous disant: « à vous de jouer. »

    Pour reprendre une belle citation de ce conte philosophique qu’est… Ratatouille, « Tout le monde ne peut pas devenir un grand chef, mais les grands chefs peuvent surgir de n’importe où ». On peut appliquer cette formule à l’entrepreneuriat, mais aussi au leadership.

    Pour un autre exemple d’entrepreneuse ‘improbable’, voir mon article sur ‘Dragon Lady’, elle aussi chinoise: La valeur d’une ressource est relative: Dragon Lady et la création de valeur entrepreneuriale. Pour en savoir plus sur l’effectuation, lire mon article introductif ici: Effectuation: Comment les entrepreneurs pensent et agissent… vraiment.

    Le troisième enseignement concerne la notion de ressource. Nous avons cette idée qu’une ressource est toujours quelque chose d’objectivement précieux, et que tout le monde s’accorde sur sa valeur. L’histoire de Cheung Yan montre qu’il n’en est rien. La valeur d’une ressource est quelque chose de très relatif, et surtout de très subjectif. Elle dépend de ce qu’on va en faire. Ici, nous avons des propriétaires de décharge qui supplient littéralement Cheung Yan de les débarrasser du papier dont ils ne savent que faire, qui la paient même pour l’emporter, tandis qu’elle transforme ces mêmes-déchets en source précieuse de revenus. Ainsi, ce qui fonde la valeur d’une ressource, c’est beaucoup plus l’usage qu’on en fait, et les entreprises qui dorment sur leurs tas de brevets dont elles ne font rien, devraient en tirer leçon. La caractéristique d’un entrepreneur est peut-être précisément d’être capable de donner une valeur à une ressource grâce à une usage inattendu de celle-ci, auquel d’autres n’ont pas pensé.

    Pour en savoir plus sur le processus entrepreneurial, lire mon article « Comment les entrepreneurs pensent et agissent… vraiment« . La source pour cet article est la note de Stuart Read et Nick Dew, « Dragon lady« .

    These Tech Giants Are Talking The Most About AI


    0 0

    megaphone-clip-art-9cp4KXRcE.jpegINVITATION>MyNewsCenter>StefanV.Raducanu>E-GlobalNetWork > I AM, YOU ARE, WE ARE HAPPY in...> The World is our Workplace>THE GLOBAL VILLAGE>Collaborate, Communicate, Connect...24/7/365.

    SRU-Electronics>MyNewsCenterNavigator>SRU Browser,NewsCenter for everyone>A Day in the World>Discover the World !> News You Can Use At Your Fingertips>

    Is Just A Click Away ! >

    Live, enjoy, invest, follow the guide">The Infinite Archive>Storing bits for 100 years.

    Global4.gif

                                                   MyNewsCenterNavigator.

    NewsCenter for everyone

    A Day in the World....      Discover the World !

    News You Can Use At Your FingertipsIs Just A Click Away !

    "Live, enjoy, invest, follow the guide"

    SRU-Electronics

    JAKARTA, Indonesia—A mobile browser rarely used in the West has outflanked Google’s Chrome in some of Asia’s fastest-growing markets, giving owner Alibaba Group Holding Ltd. an advantage in the race among technology giants to capture the next generation of internet users.

    Hundreds of millions of people in India, Indonesia and other emerging markets getting online for the first time are picking UC Browser, owned by Chinese e-commerce giant Alibaba, over ones made by U.S. rivals. Users say UC Browser works better in countries dominated by low-end smartphones and spotty mobile service.

    “It’s faster, it takes up less memory, and it looks better” than Chrome, said Rizky Ari Prasetya, a 20-year-old Jakarta resident who recently ditched Chrome for UC Browser.

    India and Indonesia are among the last, great untapped markets for internet users. Just 30% of India’s 1.3 billion people are online, and only 25% of Indonesia’s 260 million use the web, according to the International Telecommunication Union, a United Nations body.

    UC Browser, which has more than 430 million users world-wide, accounted for 51% of India’s mobile browser market over the past year, compared with 30% for Chrome, according to web analytics firm StatCounter. In Indonesia, UC Browser led Chrome by 41% to 32% during the period.

    Chrome has more than a billion users world-wide, according to Google, and it has some 47% global market share versus UC Browser’s 16%, according to StatCounter. In the U.S., Chrome has 39% market share, behind Apple Inc.’s Safari browser, which has 52%. UC Browser has less than 1% market share in the U.S.

    Chrome has a higher market share than UC Browser in some smaller but fast-growing Asian markets, such as the Philippines and Vietnam, according to StatCounter.

    UC Browser, known for its orange squirrel logo, launched in 2004, giving it a head start. Google unveiled its Chrome browser for computers in 2008, bringing it to its Android mobile operating system in 2012.

    One reason for UC Browser’s success is its tiny app size and portal-like approach to showing news, scores from sports like cricket and soccer and other content. New web surfers tend to do more through their browsers, and they prefer apps that don’t take up much space on their phones, an insight UC Browser caught onto early.

    Many smartphones in Asia’s developing markets have just 12 gigabytes of storage, half of the global average and far below the U.S. standard of 32 gigabytes, said Neil Shah, an analyst with research firm Counterpoint.

    The UC Browser app takes up 31 megabytes of space, compared with Chrome’s 125 megabytes, said Tiago Costa Alves, Asia Pacific vice president at independent Android app store Aptoide.

    While UC Browser doesn’t prohibit users from accessing Google search or services such as YouTube and Google Maps, they tend to use them less than Chrome users, analysts say, because they typically return to the browser. UC Browser also makes money through advertising.

    Mobile advertising spending in Southeast Asia is set to more than double from about $860 million in 2017 to $2.2 billion in 2021, according to research firm eMarketer. Indian mobile ad spending is projected to rise from $460 million to $1.73 billion during that time. While that is a small sum compared with the $58 billion spent in the U.S. alone in 2017, the browser could give Alibaba an advantage as it looks to tap Asia’s burgeoning markets.

    Faced with maturing growth and domestic rivals in China, Alibaba is seeking growth in India and Southeast Asia, where it increasingly sees competition from U.S. companies such as Google and Amazon.com Inc.

    Alibaba last year took a controlling stake in Singapore-based e-commerce firm Lazada Group, an online selling leader in Southeast Asia that competes with Amazon, which launched in the city-state in July. In India, where Amazon has made rapid progress after pledging to invest $5 billion in the country, Alibaba has injected cash in its local competitor Snapdeal.com.

    One potential challenge to UC Browser’s continued popularity involves concerns over how, as a Chinese firm, it handles users’ data. Chinese technology titans such as Alibaba speak openly about cooperating with authorities on security and law enforcement issues, while U.S. firms often resist U.S. government requests for information. In 2016, Citizen Lab, a Toronto-based human-rights research group known for its studies of internet censorship and surveillance, said there were privacy and security issues with how UC Browser transmitted data. Mr. Xi said UC Browser takes “security and privacy issues very seriously.”

     —Anita Rachman contributed to this article.

    Write to Newley Purnell at newley.purnell @wsj.com


    0 0

    FranceWebAsso, des espaces numériques ouverts à tous. Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne,Sun Tzu « L’art de la guerre »

    « L’art de la guerre »L’art de la guerre a été écrit par Sun Tzu vers le Vème siècle avant Jésus-Christ et est considéré comme le premier livre de stratégie au monde,Chronique et résumé

    1500x500.jpeg

    MyNewsCenterNavigator.

    NewsCenter for everyone

    A Day in the World....Discover the World !

    News You Can Use At Your FingertipsIs Just A Click Away !

    Making a better Internet > I AM, YOU ARE, WE ARE HAPPY in

    StefanV.Raducanu,Président FranceWebAsso,INVITATION,E-GlobalNetWork > I AM, YOU ARE, WE ARE HAPPY in... The World is our Workplace. THE GLOBAL VILLAGE.Collaborate, Communicate, Connect...24/7/365

    FranceWeb, des espaces numériques ouverts à tous. 

    Un cyberspace international.

    Un nouveau défi pour notre pays européen. 

    Un instrument d'intelligence collective.

    Vers une économie des qualités humaines.

    Dans l'économie du futur, le capital sera l'Homme total.

    FranceWeb, numérique des lumières, Créer un monde auquel chacun souhaite appartenir>Préparer le capital humain dans l'économie de la connaissance: changer le monde, faire avec l’inertie des usages, faire avec les craintes, faire avec l’utilisateur-consommateur convaincu de sa maturité numérique.

    L'objectif est d'informer, conseiller, former, accompagner, partager, repérer, sélectionner et préparer les usagers au 21e siècle..
    A la rencontre d'initiatives positives au niveau humain, économique, culturel et technologique.
    Pour vous aider à réaliser vos projets et vos ambition , nous mettons FranceWeb, à votre service. 

    Partagez vos informations dans un monde connecté et continuez à travailler avec vos partenaires, où que vous soyez, dans les espaces de travail colaboratif en libre service. Tous les jours, connaître , comprendre, découvrir et partager.

    FranceWeb constitue une plate forme développant la mise en place d'une société de l’information, au service des habitants de votre ville, votre région, de notre pays. La vocation de FranceWebétant d’être un lieu d’échange et de partage de l’information et de la connaissance. FranceWeb et ses Partenaires mettent à la disposition des adhérents, leurs outils et compétences nécessaires à la réalisation des objectifs ci-dessus, amenant la France, par une dynamique collective, dans l’économie du savoir et de la connaissance, l’économie du futur.

    La communication tous-tous n'en est qu'à ses premiers pas. Elle implique des mondes virtuels qui ne soient pas des simulations de lieux physiques, mais des systèmes accueillant des croissances autonomes d'espaces symboliques, des univers de significations partagées poussant des communautés fluides en voie de constitution et de désagrégation continuelle.  FranceWeb a vocation à abriter des milieux (sites) vivants, des "hypercontextes" au sein desquels chacun est effectivement impliqué, que tous contribuent à modeler et à peupler par ses agents logiciels et ses masques virtuels. Il faut reconnaître de surcroît que FranceWeb accueille et construit des subjectivités. En fait , la production continue de subjectivité pourrait bien être considérée, au 21ème siècle, comme l'activité économique principale, puisqu'elle conditionne l'ensemble des autres.

    FranceWeb: C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

     C'est notre capital !

    Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir

    FRANCE WEB  dans Le Monde : LOCAL - REGIONAL- NATIONAL- INTERNATIONAL

     

    E-GlobalNetWork > I AM, YOU ARE, WE ARE HAPPY in...

    Partagez vos connaissances dans un monde connecté. E-GLOBALNETWORK


    WEB PAGES, NEWSPAPERS, ARTS, ARTICLES, NEWSGROUPS, BLOGS, BRIEFING, BUSINESS, CULTURE, ECONOMIY, ENTREPRENEURS, EDUCATION, FINANCE, IDEAS, HEALTH, MARKETS, LEADERSHIP, LIFE, MULTIMEDIA, OPINION, SPORTS, TECHNOLOGY, TECH, WORLD, POLITICS, PUBLIC DATABASES, MAILING LISTS AND MORE...

    Collaborate, Communicate, Connect...24/7/365.

    The Infinite Archive. Storing bits for 100 years

     The Global Evolution

    Look to the Future, and what do you see? New life, new technology.

    This is our vision of the future: inventing a better world in which you grow up.

     Our Mission : Building Global Communication Networks.

     The World is our Workplace. Let's work togheter.

    International Communications, (Cooperation)....

    e-GlobalNewsCenter,Information Source, Breaking News from the World, Quick Links,

    THE  GLOBAL VILLAGE.

    Comme de Gaulle qui gardait bien en évidence “Le Prince” de Machiavel sur sa table de chevet, tout entrepreneur devrait garder “L’art de la guerre” de Sun Tzu sur la sienne. “L’art de la guerre” sert à appréhender l’entreprise à travers le prisme de la pensée chinoise. Concrètement ça donne quoi ?

    Comment établir son plan de bataille ?

    Il y a un certain nombre de similitudes entre la stratégie militaire énoncée par Sun Tzu et la stratégie compétitive des entreprises actuelles. Fonder et faire tourner une entreprise, c’est un peu comme se battre sur le champ de bataille finalement… Voici les 7 qualités nécessaires pour devenir un général entrepreneur inébranlable :

    Qualité n°1 : la bienveillance

    Un bon général aime ses hommes de manière sincère. Il en va de même pour le manager : vous devez aimer vos collaborateurs et les considérer comme des êtres humains avant de les voir comme vos collaborateurs. Cela signifie que s’ils ne vont pas bien, vous ne pouvez pas exiger d’eux qu’ils soient efficaces dans leur travail. Accordez leur un jour ou deux de repos par exemple. Pour vous aider à cultiver votre bienveillance, lisez le koob du “Management bienveillant”.

    Qualité n°2 : la connaissance du terrain

    Un bon chef de guerre ne doit lancer l’attaque qu’en cas de victoire garantie. Pour cela, il doit connaître le terrain. Il en va de même pour l’entrepreneur qui doit connaître l’état du marché afin de l’attaquer au bon moment. Vous devez analyser précisément les atouts de vos concurrents ainsi que leurs faiblesses. Le koob “Stratégie Océan Bleu" vous sera, dans ce cas, très utile. 

    Qualité n°3 : l’observation

    Vous devez observer votre ennemi (votre concurrent, en somme…) pour savoir à quel moment il vous faut intervenir. Par exemple, s’il est occupé à organiser le lancement d’un produit, c’est le moment de vous imposer sur le marché. “Quand le chat n’est pas là, les souris dansent”, c’est un peu l’idée ! Il faut attaquer au moment où il est le plus faible et lorsqu’il ne pourra pas riposter.

    Qualité n°4 : la tactique

    Si vous voulez affaiblir vos concurrents, vous devez préparer en amont plusieurs plans. En effet, il faut se préparer à tous les rebondissements possibles. Listez tout ce que votre adversaire pourrait faire et sachez rebondir. N’ayez pas peur de préparer des tactiques qui vous paraissent absurdes et peu probables, en temps de guerre tout est imprévisible !

    Pour cela, nous vous recommandons d’avoir recours à une analyse SWOT, qui vous permet d’établir un vrai business plan. Cette analyse vous présentera les atouts et les faiblesses de votre entreprise ainsi que les opportunités possibles et les menaces extérieures.

    Le site de e-marketing pourra également vous aider à élaborer votre tactique.

    Qualité n°5 : le charisme

    Vous devez cultiver votre image d’entrepreneur, surtout en interne. Ainsi, vous vous sentirez soutenu et reconnu, ce qui vous donnera force et crédibilité.

    Ce blog de coaching pourra vous y aider. 

    Koober est là aussi, bien évidemment. Jetez un coup d’oeil à ces koobs :

    Le management bienveillant

    Le leader sans titre

    Le leader positif 

    Leaders Eat Last

     

    Bienvenue sur Des Livres Pour Changer de Vie ! Si vous êtes nouveau ici, vous voudrez sans doute recevoir mon livre "Vivre la vie de vos rêves avec votre blog" : cliquez ici pour recevoir le livre gratuitement ! ߙ?

     

    Phrase-résumée de « L’art de la guerre» : L’art de faire la guerre est l’art de gagner une guerre avant qu’elle ne commence.

    Par Sun Tzu, Vème siècle av. J.-C., 75 pages.

    Note : Cette chronique est une chronique invitée écrite par Nicolas Bazard du blog Se former sur internet.

    Chronique et résumé de « L’art de la guerre » :

    L’art de la guerre a été écrit par Sun Tzu vers le Vème siècle avant Jésus-Christ et est considéré comme le premier livre de stratégie au monde. On ignore qui fut Sun Tzu : s’agit-il d’un seul auteur ou de plusieurs ? (On remarque en effet que le texte comporte parfois des : « Sun Tzu dit », et parfois des : « je dis »).

    Le livre est organisé autour de 13 articles distants. Ce ne sont pas vraiment des thèmes différents qui sont abordés à chaque fois, il semblerait que ce soit plutôt 13 réflexions, voire même 13 livres différents regroupés en un seul. Certains passages peuvent se répéter plus ou moins, et paraître très théoriques, mais ce livre, qui a plusieurs milliers d’années, reste pourtant d’actualité.

    Remplacez le mot « ennemi » par « concurrent », le mot « campement » par le mot « marché », le mot « soldat » par « salarié » et ce livre de stratégie militaire se transformera en livre de stratégie d’entreprise. Je pense d’ailleurs que tous les entrepreneurs, créateurs d’entreprise, devraient avoir lu ce livre.

    Il est assez petit : 75 pages, mais plutôt dense. J’ai essayé, dans cette chronique, de reprendre les idées importantes évoquées dans ce livre. Bien que ce livre soit très vieux, toutes les idées restent d’actualité et c’est pour cela que j’ai souhaité le partager avec vous sur ce blog.

    Article 1 : De l’évaluation

    Pour connaître le succès et la gloire dans toutes les batailles, il faut toujours avoir en tête cinq éléments : la doctrine, le temps, l’espace, le commandement, la discipline.

    • La doctrine : Il faut avoir une « unité de pensée » et s’y tenir.
    • Le temps : Il faut savoir agir au bon moment.
    • L’espace : Il faut bien choisir le terrain.
    • Le commandement : Il faut faire preuve de respect, d’amour et d’empathie envers les hommes qui nous accompagnent.
    • La discipline : Maîtriser la stratégie, savoir qui fait quoi, connaître tous les choix qui s’offrent à nous.

    En suivant votre doctrine, les peuples voisins viendront se ranger à vos côtés. En prenant en compte le temps et l’espace, vous saurez exactement les moments les plus favorables pour lancer votre offensive. Grâce au commandement, les personnes placées sous votre autorité vous serviront autant par devoir que par plaisir. Avec la discipline, vous saurez si une entreprise est vaine, si vos ennemis sont plus forts que vous, alors vous ne perdrez pas de temps dans la bataille.

    Si vous décidez de vous lancer, cachez votre supériorité, feignez le désordre, laissez croire à l’ennemi qu’il a l’avantage. Ensuite, attaquez là où il n’est pas prêt en surgissant au moment où il ne vous attend pas !

    Ne misez pas tout sur un même combat, ne faites pas dépendre votre sort d’une seule bataille.

    Article 2 : De l’engagement

    Si vous avez les armes et les hommes pour livrer bataille, alors ne la repoussez pas. Quand vous voulez gagner une bataille, commencez-la tout de suite et mobilisez toutes vos forces. Si vous attendez trop, ce sera votre ennemi qui attaquera le premier au moment où vos armes seront rouillées, vos hommes démotivés. Toute la gloire accumulée jusqu’alors sera perdue dans cette bataille.

    Ceux qui maîtrisent vraiment l’art de la guerre ne mobilisent pas leurs soldats pendant plusieurs années sans les faire combattre. Rien n’épuise plus une armée que l’inaction.

    Alors, abrégez vos campagnes !

    Vous devez toujours être prêt à mener bataille, ne laissez passer aucune occasion de gêner votre ennemi, de l’irriter pour le faire tomber dans votre piège, diminuez ses forces en prenant ses ressources.

    Traitez vos prisonniers comme s’ils étaient vos propres hommes. Faites en sorte qu’ils se sentent mieux dans votre campement qu’avec vos adversaires. Agissez avec eux, comme s’ils s’étaient enrôlés librement dans votre armée.

    « L’essentiel est la victoire, non les opérations prolongées »

    Article 3 : Des propositions de la victoire et de la défaite

    Restez sur vos territoires, ne déclarez la guerre qu’en dernier recours. Vous devez également conserver les territoires acquis de vos ennemis, les entretenir et non les détruire.

    La meilleure politique guerrière est de prendre un État intact.

    La meilleure bataille est celle qu’on ne livre pas : découvrez les artifices de votre ennemi, semez la discorde parmi ses partisans, empêchez le secours de l’extérieur.

    Il ne faut pas attaquer l’ennemi, mais sa stratégie : attaquez le plan de l’adversaire au moment où ses plans naissent, rompez ses alliances, ce n’est qu’ensuite que vous devrez livrer bataille.

    Le but est de saisir les territoires ennemis alors qu’ils sont intacts : vos troupes ne seront pas épuisées et vos gains complets.

    Les lecteurs de cet article ont également lu :  Le Principe 80/20

    Les cinq clés de la victoire sont :

    • Savoir choisir le bon moment pour combattre et le bon moment de ne pas combattre.
    • Savoir économiser ou déployer toutes ses forces selon les situations.
    • Savoir choisir ses hommes.
    • Savoir se préparer à affronter votre ennemi avant que celui-ci le devienne.
    • Être à l’abri des mauvais choix du prince qu’il ferait pour sa gloire.

    « Connais ton ennemi et connais-toi toi-même ; eussiez-vous cent guerres à soutenir, cent fois vous serez victorieux.

    Si tu ignores ton ennemi et que tu te connais toi-même, tes chances de perdre et de gagner seront égales.

    Si tu ignores à la fois ton ennemi et toi-même, tu ne compteras tes combats que par tes défaites. »

    Article 4 : De la mesure dans la disposition des moyens

    Les meilleurs guerriers ne trouvent pas de difficulté dans le combat, ils n’engagent la bataille qu’après avoir créé les conditions appropriées. Ils ont tout prévu, connaissent la situation de l’ennemi et leurs propres forces et faiblesses. Ils savent s’ils peuvent gagner ou s’ils vont perdre. Quand ils choisissent de s’engager, la victoire est une suite naturelle de leur prise de connaissance.

    Le commandant habile ne prend jamais le risque de subir une défaite, il ne manque jamais une chance de prendre l’avantage sur son ennemi.

     

    « Sachez attendre le bon moment avant de passer à l’attaque. »

    Article 5 : De la contenance

    Connaissez les noms de chacun des soldats de votre armée, quels sont leurs qualités et leurs talents ? Sachez les utiliser lorsqu’ils sont à leur avantage.

    Combinez l’utilisation de la force directe et indirecte :

    • Directe : Engagez la bataille de face.
    • Indirecte : Attaquez là où l’on ne vous attend pas.

    Votre force directe sera toujours limitée alors que votre force indirecte est illimitée : un commandant habile cherche la victoire dans la situation et ne l’exige pas de son armée.

    Vous devez maîtriser un art plus grand que celui de la guerre : l’art d’influencer vos ennemis. Poussez vos ennemis comme si vous poussiez un rocher du haut d’une montagne, cela demande peu d’effort, mais le rocher tombera tout en bas de la montagne.

    Article 6 : Du plein et du vide

    Une des choses essentielles dans l’art de la guerre est de bien choisir son campement. Si vous faites en sorte que votre ennemi vienne à vous, alors vous aurez l’avantage du terrain.

    Si vous voyez que votre ennemi ne sort pas de son camp, provoquez-le, obligez-le à sortir.

    Allez dans des lieux où l’ennemi ne vous attendra pas, attaquez-le quand il s’y attend le moins, à l’endroit où il est le moins protégé.

    L’objectif est de faire en sorte que l’ennemi ignore toujours le lieu où il aura à combattre. Il ne doit pas savoir quels sont vos moyens ni la manière dont vous allez l’attaquer. S’il se prépare au front, attaquez ses arrières, s’il se prépare à l’arrière, attaquez son front.

    Article 7 : De l’affrontement direct et indirect

    Ayez l’exacte connaissance de l’environnement de la bataille. Tenez l’ennemi éloigné du lieu que vous aurez choisi pour camper et tenez-le près des lieux dont vous pourrez tirer avantage.

    N’attaquez l’ennemi que lorsqu’il vous croit très loin de lui et la victoire sera assurée. Un ennemi surpris est un ennemi à demi vaincu.

    Pour communiquer avec votre armée, utilisez des tambours. Le bruit d’un grand nombre de tambours servira à redonner du courage à vos soldats, mais aussi à épouvanter vos ennemis. Ces bruits attireront l’attention de l’ennemi sur ce que vous voulez.

    Si vous voyez que vos soldats ont de l’ardeur, c’est le moment de se lancer dans la bataille. Si, au contraire, ce sont vos ennemis qui ont de l’ardeur, alors il faut attendre un moment plus propice.

    Article 8 : Des neuf changements

    L’auteur considère neuf changements qui doivent influer directement sur votre position : est-ce que vous attaquez ? Est-ce que vous reculez ? Est-ce que vous vous tenez en repos ?

    1. Évitez les lieux dans lesquels aucun renfort ne pourrait vous porter secours : lieux marécageux, forêts épaisses.
    2. Évitez de poser votre campement dans des lieux isolés.
    3. Évitez les endroits loin des sources d’eau et de nourriture.
    4. Si vous vous trouvez dans un lieu où l’on risque de dépérir à cause de l’air, des maladies, hâtez-vous de combattre l’ennemi sinon vous perdrez bon nombre de soldats.
    5. Dans les lieux où l’on peut vous tendre des embuscades, où il ne vous sera pas aisé de fuir, n’attaquez pas l’ennemi. Mais s’il vous attaque, combattez-le jusqu’à la mort.
    6. Évitez de faire le siège de villes trop bien fortifiées ou remplies de nourriture sinon vous risquez de devoir abandonner rapidement.
    7. Ne négligez aucun avantage, si vous pouvez l’obtenir sans courir la moindre perte.
    8. Avant de vous procurer un avantage, pensez à ce qu’il va vous coûter : le travail, les pertes humaines…
    9. Si vous avez une opportunité, n’attendez pas les ordres du prince et agissez.

    « Un bon général ne doit jamais se dire : quoi qu’il arrive, je ferai telle chose, j’irai là, j’attaquerai l’ennemi, j’assiégerai telle place. Seule la circonstance doit le déterminer. »

    Article 9 : De la distribution des moyens

    Avant de choisir votre campement, sachez exactement où se trouvent vos ennemis, maîtrisez l’environnement qui vous entoure et choisissez l’endroit qui est le plus avantageux :

    • Si vous campez dans un vallon, placez des sentinelles dans le haut de la montagne pour observer vos ennemis.
    • Si vous campez près d’une rivière, maîtrisez-en les gués.
    • Si vous êtes contraint de camper dans des marécages, restez le plus au bord possible.
    • Si vous campez en plaine, ménagez des hauteurs pour pouvoir observer les ennemis.
    Les lecteurs de cet article ont également lu :  Stratégie Océan Bleu

    Les meilleurs campements sont les hauteurs.

    Si vous venez à traverser un bois, restez sur vos gardes, ces lieux sont propices aux embuscades, l’ennemi peut sortir à chaque instant et vous tendre une embuscade.

    Quel que soit votre emplacement, ayez toujours des sentinelles pour repérer les environs et détecter la présence de votre ennemi.

    De cette observation précise, vous pourrez tirer des conclusions sur vos ennemis :

    • S’ils marchent rapidement, c’est qu’ils sont sûrs de leur victoire.
    • S’ils font de multiples camps, c’est qu’ils ne maîtrisent pas le terrain.
    • S’ils font continuellement la fête, c’est que les généraux n’ont pas d’autorité.

    Surveillez vos ennemis, mais également vos troupes : empêchez les mauvais comportements, veillez sur vos troupes, ayez un œil sur tout.

    • Si vos soldats font des messes basses, c’est que la peur s’est installée dans vos rangs.
    • Si vos soldats vous demandent congé, c’est qu’ils n’ont plus envie de combattre.
    • Si vos soldats les plus valeureux deviennent craintifs, c’est qu’il se passe quelque chose dans la tête de vos soldats, peut-être commencent-ils à douter.

    Le nombre seul de soldats ne suffit pas à faire une grande armée. Une armée conduite par un général pourrait perdre toutes ses batailles alors que, conduite par un autre, elle pourrait être invincible.

    Article 10 : De la topographie

    Le lieu idéal pour se battre est un lieu où il y a des montagnes assez hautes pour ne jamais vous faire surprendre, où les vivres seraient en abondance. Vos ennemis seront, tout comme vous, attirés par ce type d’endroit, il faudra donc y arriver avant eux.

    Méfiez-vous des lieux qui peuvent paraître faciles d’accès, mais d’où l’on peut sortir difficilement. En général, ces endroits sont laissés exprès par vos ennemis pour vous tendre un piège.

    Méfiez-vous des ennemis que vous avez déjà combattus et contre qui vous avez échoué. Si vous le pouvez, retirez-vous. Si votre rival a pris campement à l’endroit qui est le plus avantageux, n’essayez pas de le déloger.

    Pour gagner la bataille, si votre armée et celle que vous combattez sont de force égale, vous devez maîtriser au moins neuf des dix avantages qu’offre le terrain si vous voulez l’emporter.

    Avec une excellente connaissance du terrain, vous pourrez vous tirer de toutes les situations, même les plus critiques.

    Un bon général considère ses troupes comme ses enfants. Il faut les guider, les conduire vous-même. Lorsqu’il s’agit d’affronter le hasard, affrontez-le avec eux. Lorsqu’il s’agit de mourir, mourrez avec eux.

    « Connais-toi toi-même, connais ton ennemi, ta victoire ne sera jamais mise en danger. Connais le terrain, connais ton temps, ta victoire sera alors totale. »

    Article 11 : Des neuf sortes de terrains

    Il y a 9 sortes de lieux qui peuvent être à l’avantage ou au désavantage de l’une des deux armées :

    1. Lieux de dispersion : Ce sont les lieux situés à la frontière de notre territoire, si vos hommes restent dans ces lieux, c’est qu’ils n’ont pas envie de combattre. À la première occasion, ils retourneront dans leur territoire.
    2. Lieux légers : Ce sont les lieux qui sont près des frontières de notre territoire, mais qui permettent d’atteindre le territoire ennemi par une brèche. Le retour en arrière peut sembler tentant pour vos troupes en cas d’attaque de votre ennemi.
    3. Lieux disputés : Vous ne vous trouverez pas à votre avantage dans ces lieux ni votre adversaire d’ailleurs.
    4. Lieux de réunion : Ce sont des lieux où l’on se retrouve forcément nez à nez avec l’ennemi, où l’on est amené à aller un jour ou l’autre.
    5. Lieux pleins et unis : Ce sont des espaces très grands sur lesquels peuvent combattre les deux armées, mais qui sont situés sur le territoire ennemi. Ne combattez en ces lieux que si vous y êtes forcés.
    6. Lieux à plusieurs issues : Lieux situés en plein milieu de plusieurs territoires, qui peuvent voir arriver des renforts de tous côtés.
    7. Lieux graves et importants : Placés en territoire ennemi, sont situés au milieu de tout : la ville, la montagne, la mer.
    8. Lieux gâtés et détruits : Lieux à l’étroit où une partie de votre armée ne pourrait voir l’autre, où l’on ne peut se déplacer que par peloton.
    9. Lieux de mort : Ce sont des petites surfaces sur lesquelles le danger est permanent : le risque de mourir si l’on combat ou le risque de mourir de faim si l’on ne combat pas.

    Dans les lieux de dispersion, ne menez jamais bataille, même si elle vous semble gagnée d’avance, vous risquez de vous retrouver avec des déserteurs dans votre armée.

    N’établissez jamais de campement dans les lieux légers.

    Emparez-vous à tout prix des lieux disputés. Si l’ennemi s’y trouve déjà, essayez de le déloger.

    Concernant les lieux de réunion, soyez le premier à arriver sur les lieux, essayez d’en maîtriser toutes les issues.

    Les lecteurs de cet article ont également lu :  8 études de cas en Vidéo : La semaine de 4 heures, c'est possible !

    Dans les lieux pleins et unis, étendez votre campement, sécurisez-le et attendez le moment venu pour lancer l’offensive.

    Prenez connaissance de tous les chemins des lieux à plusieurs issues, efforcez-vous d’en prendre le contrôle.

    Pour les lieux graves et importants, prenez le contrôle de votre environnement, emparez-vous de tout ce qui peut être pris.

    Une fois arrivé dans les lieux gâtés et détruits, arrêtez-vous et rebroussez chemin le plus rapidement possible.

    Enfin, si vous êtes dans un lieu de mort, lancez-vous dans la bataille, attaquez l’ennemi rapidement, le plus tôt sera le mieux.

     

    « Maintenant, vous comprenez ce qu’est un lieu de mort ? »

    Article 12 : De l’art d’attaquer par le feu

    Il n’y a que 5 façons de combattre par le feu : la première consiste à brûler les hommes ; la deuxième, à brûler les provisions ; la troisième, à brûler les bagages ; la quatrième, à brûler les arsenaux et les magasins ; et la cinquième, à utiliser des projectiles incendiaires.

    Si une fois que vous avez mis le feu dans le camp ennemi, rien ne se passe, alors restez vous-même tranquille. Si vous voyez qu’il s’élève, envoyez des hommes pour l’attiser.

    N’oubliez jamais de récompenser vos hommes.

    Article 13 : De la concorde et de la discorde

    Apprenez tout ce que vous pouvez savoir sur votre ennemi, ses relations, ses intérêts. N’hésitez pas à envoyer des espions, soyez au courant de tout, ne négligez aucune information.

    Le secret pour gagner toutes les guerres est l’art de la division :

    • Diviser dans les villes et les villages les personnes qui sont sous la domination de votre ennemi de manière à pouvoir s’en servir contre lui.
    • Diviser par l’extérieur, c’est-à-dire enrôler dans votre armée les soldats ennemis.
    • Diviser entre les inférieurs et les supérieurs, c’est-à-dire profiter de la mésintelligence des officiers de divers grades de l’armée ennemie.
    • La division de mort est celle par laquelle on fait courir de fausses rumeurs sur la mauvaise position dans laquelle nous nous trouverions.
    • La division de vie est celle par laquelle on répand l’argent envers tous les anciens soldats ennemis qui nous ont rejoints.

    « Une armée sans agents secrets est un homme sans yeux ni oreilles. »

    Conclusion sur « L’art de la guerre » par Nicolas Bazard de _aa79b803_

    Ce livre montre comment la réflexion peut mener à la victoire, comment l’analyse des faiblesses de l’ennemi peut fonder une tactique, si l’on sait les exploiter, et même les aggraver ; il met l’accent sur la dimension psy­cho­logique du combat, sur le rôle de la ruse et de la fuite.

    Au-delà d’un simple livre sur l’art de faire la guerre, je considère ce livre comme un véritable livre de philosophie. Ces principes stratégiques peuvent être appliqués au domaine militaire, mais peuvent l’être aussi à celui des affaires, de la politique ou de la société.

    Ce livre, qui a traversé les âges, est étonnant de modernité !

    En tant qu’expert-comptable, je rencontre quotidiennement des entrepreneurs qui pensent, à tort, que pour réussir son entreprise, il faut vendre un meilleur produit que ses concurrents ! Erreur, Sun Tzu l’explique très bien dans son livre : « L’art de la guerre, c’est de soumettre l’ennemi sans combat». Il faut donc vendre un produit différent, du moins, aux yeux de vos concurrents. Si vous attaquez directement vos concurrents, alors ils se défendront et vous entrerez en guerre. S’ils ne se sentent pas attaqués, alors c’est que vous avez déjà gagné la guerre.

    À côté de mon métier d’expert-comptable, je suis également l’auteur d’un blog. J’y applique les principes que j’ai découverts maintenant il y a quelques années dans le livre de Sun Tzu. Il m’arrive régulièrement de relire ce livre qui a changé ma vie. Je me rends compte, jour après jour, que toute guerre (qu’elle soit commerciale ou non) ne se gagne pas par la force, mais par la ruse et la tromperie. Apprenez à vous connaître, à connaître votre ennemi, à choisir le moment pour attaquer, le lieu pour attaquer et jamais plus vous ne perdrez une bataille.

     

    « La meilleure façon pour gagner la guerre à coup sûr. »

    Points forts :

    • Livre qui a plusieurs milliers d’années et qui a traversé les âges : ce n’est pas pour rien.
    • Une véritable philosophie de vie basée sur la surprise et sur la recherche d’information.
    • Peut s’appliquer à tous les domaines et notamment l’entreprise !
    • Une très belle source d’inspiration.

    Points faibles :

    • Théorique, pas vraiment d’exemples concrets.
    • Approche « philosophique » qui peut en rebuter certains.
    • Le thème originel du livre : la guerre.
    • Assez dense.

    La note de Nicolas Bazard du blog Se former sur internet

    imageimageimageimageimageimageimageimageimage

    Avez-vous lu le livre ? Combien le notez-vous ?

    Médiocre - Aucun intérêtPassable - Un ou deux passages intéressantsMoyen - Quelques bonnes idéesBon - A changé ma vie sur un aspect bien précis !Très bon - A complètement changé ma vie ! (7 votes, moyenne: 3,57 out of 5)

    Lire plus de commentaires sur « L’art de la guerre » sur Amazon

    Acheter « L’art de la guerre » sur Amazon :

    Recherches utilisées pour trouver cet article :

    lart de la guerre, lart de la guerre, lart de la guerre résumé, l art de la guerre, art de la guerre, lart de la guerre résumé, sun tzu lart de la guerre résumé, résumé du livre lart de la guerre de sun tzu

    Cet article vous a plu ?
    Allez encore plus loin en téléchargeant gratuitement mon livre numérique "Vivez la vie de vos rêves grâce à votre blog" qui détaille :
    c4144f8979801472679118-3d-200-300.png
    - Comment créer ou développer votre entreprise rentable sur Internet
    - Les deux méthodes BEAUCOUP plus efficaces que la publicité ou le placement de produits pour gagner de l'argent sur le web
    - Comment avoir une entreprise qui est au service de votre vie, plutôt que votre vie soit au service de votre entreprise
    - Tout en pratiquant une de vos passions !

    Je hais les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. En vous inscrivant ici, vous recevrez des articles, vidéos, offres commerciales, podcasts et autres conseils pour vous aider à créer et développer votre entreprise et tout ce qui peut vous y aider directement ou indirectement. Voir mentions légales complètes en bas de page. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.

    8 Commentaires pour :

    L’art de la guerre

    • Jérôme

      16 Jan 2014 à 17:42

      Bonjour
      L’art de la guerre est un livre impressionnant… parce qu’il ne s’applique pas seulement à la guerre (même si Sun Tsu l’a écrit pour la guerre).
      En le lisant aujourd’hui, il faut prendre ces principes comme des principes pour abattre un obstacle et réussir. On peut s’en servir aussi bien dans sa vie professionnelle que privée.

      Répondre
       
    • Victor

      16 Jan 2014 à 20:26

      Excellente chronique qui mérite sa place sur ce blog incontournable!
      L’art de la guerre est un livre de stratégie indispensable.
      Il a inspiré les plus grands leaders et dirigeants d’entreprises.
      Ses enseignements sont intemporels et peuvent littéralement changer la donne dans tout type de business !

      Répondre
       
    • Phil

      17 Jan 2014 à 08:40

      “Toute guerre (qu’elle soit commerciale ou non) ne se gagne pas par la force, mais par la ruse et la tromperie”…

      A priori un livre anti-spiritualité par excellence, dont la philosophie anti-visionnaire “perdant/gagnant” s’exerce au détriment d’autrui, et dont je ne doute pas qu’elle inspire nos peu nobles élites dirigeantes.

      Par conséquent, ne figurera pas dans ma bibliothèque.

      Répondre

    • Michel

      17 Jan 2014 à 11:45

      Du fait de son universalité, le thème(la guerre) n’est pas pour moi un point faible. Ce thème est inscrit au plus profond de l’humanité. C’est une réalité regrettable, certes, mais c’est une réalité. D’autre part, sachant que notre plus grand ennemi, c’est nous-même, “l’art de la guerre” peut être aussi un guide spirituel pour qui emprunte la “voie du guerrier”.

      Répondre
       
    • jerome

      17 Jan 2014 à 18:15

      bonjour olivier,
      l’art de la guerre est un livre indémodable.
      c’est un livre de stratégie indispensable

      Répondre
       
    • Gizèle Anne

      18 Jan 2014 à 17:59

      L’art de la guerre résume le combat que chacun doit affronter au cours de ses cycles de croissance spirituelle.
      Mon attitude envers un combat donne le signal de ma réussite ou de mon échec.
      Merci

      Répondre
       
    • amadou

      7 Nov 2016 à 19:53

      très bon livre. il s’applique aussi bien pour la guerre que pour la vie privée. il faut l’avoir à tout prix comme livre de chevet. quiconque veut réussir dans sa quete permanente du bonheur doit avoir lu ce livre et tenter

      Répondre
       
    • Adrien Moyaux

      27 Mar 2018 à 16:52

      Très bon résumé du livre, bravo. Il y a également quelques autres conseils très intéressants à relever qui sont :

      1) Diviser les forces de l’ennemi pour n’en attaquer qu’une partie. Sun Tzu l’illustre avec la traversée d’une rivière par une armée, conseillant de l’attaquer quand la moitié de ses hommes l’auront déjà franchie.

      2) Être imprévisible et dépasser les attentes. L’ennemi prévoira que l’on mettra une telle durée pour faire une certaine action, il faudra le faire en beaucoup moins de temps afin de prendre l’avantage sur lui. Par exemple faire marcher ses soldats la nuit, quitte à les fatiguer.

      3) Manipuler son ennemi en lui offrant des « opportunités ». Pensant gagner tel avantage, il ne verra pas que ce n’est pas lui qui décide mais nous.

      4) Accorder le droit à certains de ses hommes de déserter, mais le faire sous des conditions très honteuses pour eux.

      Ce livre est très intéressant et contient de nombreuses perles, même si je trouve que les développements sur l’importance du terrain sont bien trop longues et relativement peu utiles.

    Qualité n°6 : l’adaptation

    Lorsque vous créez une entreprise, vous vous fixez des objectifs. Vous avez aussi un objectif majeur que vous cherchez à atteindre sur le long terme. C’est exactement comme un plan de guerre ! Mais attention, vous n’avez pas encore engagé le combat. Il s’agit de vous adapter, d’être agile et de tirer profit de la situation ! N’appliquez surtout pas vos tactiques mécaniquement, attendez le que le vent tourne en votre faveur …

    Un koob pour vous y aider : Qui a piqué mon fromage ? (On est sur de la métaphore culinaire, mais rien à voir avec roquefort.)

    Qualité n°7 : l’humilité

    Rappelez-vous bien que le courage ou la lâcheté sont des effets du potentiel de situation, cela signifie qu’ils n’existent pas hors des situations données. C’est à dire qu’on est courageux que si une situation dangereuse se présente, et non dans l’absolu. Selon cette conception, le courage n’est plus une vertue et la lâcheté n’est plus une faiblesse.

    Si il faut fuir ou vous rétracter, n’ayez pas honte de le faire, si c’est nécessaire, ce sera pour le bien de votre entreprise. Ne faites JAMAIS quelque chose au nom de l’honneur ou de la gloire si cela vous mène à l’échec. Vous devez adopter la pensée chinoise qui précise bien que le hasard n’a pas sa place dans la stratégie et donc, que vous n’aurez pas d’action héroïque à accomplir in extremis. Vous préférez être un inconnu efficace qui réussit ou un héro qui a échoué ? Ce schéma vous aidera à orienter votre pensée à la chinoise :

    Pensée européenne : moyen → fin (des moyens sont mis en oeuvre pour arriver à une fin déterminée.)

    Pensée chinoise : condition → conséquence (il s’agit de réunir des conditions en amont pour que l’effet découle de lui-même en aval.)

    Parfois, tout a été dit par le passé. “L’art de la guerre” date du VIe siècle avant J.C mais il n’en est pas pour autant poussiéreux. À vous d’actualiser la méthode de Sun Tzu et de l’appliquer à votre domaine sans plus tarder !

     Mais… vous êtes encore là !? 

    Arma psihologica,

    Ideile generalului chinez Sun Tzu, părinte al ştiinţei militare (sec. IV î. Hr.)

     Arta supremă a războiului este înfrângerea inamicului, prin înşelătorie,fără luptă, astfel:

    1. Discreditaţi tot ceea ce merge bine în ţara inamicului;

    2. Implicaţi reprezentanţii claselor conducătoare ai ţării inamice în afaceri dubioase. Distrugeţi-le reputaţia şi, la momentul potrivitsupuneţi-i dispreţului propriilor concetăţeni;

    3. Utilizaţi creaturile cele mai ticăloase şi mai abjecte;

    4. Răspândiţi discordia şi conflictele între cetăţenii ţărilor ostile. Întărâtaţi-i pe tineri contra bătrânilor;

    5. Ridiculizaţi tradiţiile adversarilor. Discreditaţi-le luminătorii de conştiinţă;

    6. Induceţi în eroare inamicul, spre a-l conduce la temporizare şi neglijenţă, apoi avansaţi cu repeziciune;

    7. Perturbaţi, prin orice mijloace, intendenţa, aprovizionarea şi funcţionarea armatei inamicului;

    8. Slăbiţi voinţa luptătorilor inamici prin cântece şi melodii senzuale;

    9. Daţi inamicului fete şi băieţi tineri pentru a-i lua minţile, dar şi jad şi mătase pentru a-i zgândări ambiţiile;

    10. Fiţi generoşi în promisiuni şi recompense pentru informaţii;

    11. Infiltraţi-vă peste tot spionii. Bazaţi-vă pe trădătorii care se găsesc în rândurile inamice;

    12. Faceţi-l pe adversar să creadă că mai există o posibilitate de a se salva. ApoiLOVIŢI !

         Scopul vostru trebuie să fie preluarea intactă a tot ceea ce se află pe pământ. În acest fel trupele vă vor rămâne odihnite, iar victoria va fi totală.


    0 0

    megaphone-clip-art-9cp4KXRcE.jpeg"Oui, des perspectives révolutionnaires sont possibles",Venez nous rejoindre. C’est encore plus facile ensemble !Agir pour transformer la société,L'importance de l'action collective, S'organiser ensemble, passer du Je au Nous, Tous Président avec Nous

    siturencontresunhome.png“La vérité est comme le soleil. Elle fait tout voir et ne se laisse pas regarder.”

    “Savoir, penser, rêver. Tout est là.”

    La presse, meilleure caution du capitalisme [1]

    En 2016, l’ex-directrice adjointe de Marianne et de L’Obs faisait sensation avec Le Monde libre. Dans cet essai écrit après son renvoi idéologique – car jugée “trop radicale” pour ces soc-dem convertis au libéralisme –, la journaliste faisait état d’une presse, principalement de gauche, très mal en point. Un récit bien écrit et percutant qui lui a permis d’obtenir le Prix Renaudot essai. Un an après, elle remet le couvert avec l’excellent La pensée en otage.

    Aude Lancelin, qui accuse les journalistes de compromission volontaire ou non avec le système, s’attaque à sept fausses vérités répandues sur les médias :« les actionnaires de médias “n’interviennent” pas » ; « on ne peut pas se passer de ces grands capitaux privés » ; « critiquer les médias, c’est attaquer les personnes » ; « il y a de la diversité, “les médias” ça n’existe pas » ; « les journalistes doivent être neutres » ; « les journalistes sont par définition des forces démocratiques, à défendre quoi qu’il arrive » ; « les médias ne peuvent pas grand-chose ».

    De quoi à la fois tordre le cou à des clichés trop répandus sur les médias, mais aussi tracer les contours d’une presse qui serait un vrai contre-pouvoir. La journaliste perçoit néanmoins un conformisme de classe chez les journalistes, déjà pointé par François Ruffin dans Les petits soldats du journalisme en 2003, et la capitulation vis-à-vis du Capital. À travers ce livre, Lancelin nous montre à la fois pourquoi la presse est aujourd’hui la meilleure garante du système et pourquoi elle va si mal.

    Kévin Boucaud-Victoire

    Littérature du ghetto [2]

    Jehan-Rictus, Louis-Ferdinand Céline ou Renaud, dans des styles très différents ont donné à l’argot ses lettres de noblesses. Bien qu’il ne semble en aucun cas s’être inspiré d’eux, Zarca est leur digne successeur. Ayant commencé à partagé ses textes en 2014 via son blog Le Mec de l’Underground puis avec son premier roman Le boss de Boulogne, paru aux éditions Don Quichotte, Zarca est aujourd’hui un écrivain reconnu. Fin 2017, il publie Paname underground, qui réussit à « fister » le prix de Flore, en compagnie de Pierre Ducrozet.

    Alors qu’il veut rédiger un guide de l’underground parisien, Zarca perd sa “sœur” de cœur, Dina – à laquelle est dédié le roman –, et est victime d’une tentative d’assassinat. Des événements qui l’emmènent dans des aventures palpitantes entre Belleville, Stalingrad, Châtelet, Bezbar, etc. À la fois trash – la violence, le sexe et la drogue sont omniprésents – et écrit dans un argot toujours bien maîtrisé et jamais relou, ce roman, où il est très difficile de dire où s’arrête l’autobiographie et où commence la fiction, nous captive du début à la fin.

    K.B.V.

    Le programme commun de Natacha Polony [3]

    « Le révolutionnaire a la volonté de “transformer le monde” (Marx) alors que le révolté veut “changer la vie” (Rimbaud) », explique Albert Camus dans L’Homme révolté. Pour André Breton, « ces deux mots d’ordre […] n’en font qu’un ». Natacha Polony a choisi de réutiliser le mot d’ordre rimbaldien repris par Mitterrand en 1981 pour défendre une « alternative »à notre société, minée par la progression du capitalisme et de l’individualisme libéral.

    La chroniqueuse s’attache à redonner un sens à des mots de moins en moins compris, comme “aliénation”, “démocratie”, “république”, “autonomie”, “bien commun”, “socialisme”, “lutte des classes”, ”laïcité” ou “globalisation”, afin de défendre une « société vivable ». Pour « reconquérir nos vies », elle nous recommande d’“aimer”, de “combattre”, d’“habiter le monde”, de “s’enraciner” ou encore de “vieillir”. À travers ce livre, Polony essaie donc de tracer une alternative au capitalisme mondialisé, qui passe par la république, la démocratie, la décroissance et le socialisme, le tout avec des références qui sont chères au Comptoir (Orwell, Michéa, Ellul et Castoriadis pour ne citer qu’eux). Alors certes, on pourra toujours, et à juste titre, reprocher à la journaliste de participer au système qu’elle dénonce. On peut néanmoins lui accorder le mérite d’avoir une grande cohérence dans les idées qu’elle défend.

    K.B.V.

    Quand le rap rencontre la poésie populaire [4]

    C’est l’histoire d’une rencontre improbable. À ma gauche, Jehan-Rictus, poète populaire, qui écrit en argot parisien, disparu en 1933. À ma droite, Vîrus, rappeur de Rouen, connu dans le milieu underground depuis une dizaine d’années et reconnu pour la qualité de ses textes et son personnage asocial. Le résultat est un véritable ovni, oscillant entre musique et poésie.

    « Au hasard – auquel je ne crois pas – d’une itinérance, parmi de semblables, sans but, quelques mots m’interpellent à plus d’un titre. […] Et… je remarque que le Pauvre se présente fier, digne, majusculé », écrit le MC normand. Voilà comment il décide de reprendre le recueil le plus célèbre de Jehan-Rictus, Les soliloques du Pauvre, et d’adapter huit de ses textes en rap, avec l’aide du comédien Jean-Claude Dreyfus. Les morceaux sont repris dans ce livre préfacé par Benoît Dufau, spécialiste du poète, accompagné d’un texte du rappeur, de notes, d’un glossaire et de la lettre de Rictus à Léon Bloy. Vîrus trace un joli trait d’union entre un certain rap et une certaine poésie populaire, et remet au goût du jour un grand artiste trop méconnu.

    « Plus vrai qu’nature/ À chacun sa littérature/ Y a rien d’plus naturel que de vouloir voir l’bout du tunnel/ Quand on n’touche la fortune qu’avec nos prunelles… » Vîrus, Freestyle, 2000

    K.B.V.

    Le premier conte de fée moderne [5]

    William Morris est surtout connu de nos jours pour ses écrits politiques. Mais le socialiste de la fin du XIXe siècle fut aussi peintre, architecte, typographe, artisan et romancier. C’est cette dernière facette qui nous intéressera aujourd’hui, dans le sillage de la réédition de La Source au bout du monde paru chez Libretto en octobre 2017, un ouvrage souvent présenté comme le premier roman de fantasy de l’histoire de la littérature.

    Dans ce long texte – deux tomes pour plus de 800 pages – qui, dit-on, a inspiré les écrits de Tolkien, Morris narre les aventures de Rodolphe, fils cadet du roi des Haults-Prés, un royaume imaginaire dont il s’enfuit pour croiser le fer avec de nombreux ennemis et gagner le cœur des jouvencelles qui croisent son chemin. Sur son chemin, il rencontre inévitablement de nombreux dangers, de vrais ennemis, de faux amis mais aussi des compagnons qui l’aideront à mener sa quête de la Source au bout du monde, dont l’eau miraculeuse est réputée régénérer les corps.

    Si ce roman n’est peut-être pas, comme l’insinue la maison d’édition, le premier roman de fantasy jamais écrit, nul doute qu’il a posé un certain nombre de motifs littéraires pour la postérité du genre : un chevalier errant, une quête, des éléments fantastiques dans un décor médiéval. Cependant, on sent que William Morris n’a pas voulu faire fi de toute réalité dans sa fiction : le christianisme y existe bel et bien, régissant les âmes et les consciences, et l’auteur se positionne dans le même registre moral que celui d’un Voltaire avec son Candide. Au fur et à mesure des épreuves, le héros grandit, et sa force ne décuple qu’à mesure où il progresse dans la connaissance de ses semblables.

    Malgré quelques longueurs et répétitions, La Source au bout du monde a dû passer par bien des mains et inspirer nombre d’auteurs. En cela, il est peut-être, à tout le moins, l’un des contes de fée modernes les plus achevés pour son époque de publication. Du Seigneur des Anneauxà la franchise de jeux vidéos Zelda, en passant par les manga shônen, les bases narratives que William Morris y a construit sont désormais immortelles.

    Noé Roland

    Construire une alternative démocratique [6]

    Et si la ville était le lieu où pouvait se jouer la contestation au capitalisme ? C’est la question que pose Jonathan Durand Folco, philosophe et professeur à l’Université Saint-Paul d’Ottawa. Certes, il n’ignore pas qu’avec la métropolisation, la ville est un lieu de flux capitalistes, où la lutte de classes s’accompagne d’une lutte pour l’espace qui relègue les classes subalternes à la périphérie. Pourtant, après une analyse rigoureuse de notre système économique, qui repose sur cinq piliers, à savoir « les classes, le marché, l’accumulation, l’appropriation et l’accélération », il en conclut à la nécessité de renouer avec le municipalisme.

    Le livre est presque entièrement tourné vers cette idée de créer une opposition politique québécoise qui reposerait sur l’idée d’auto-gouvernement des villes par les citoyens. S’il ne plaide pas pour un parti, mais pour une plateforme citoyenne – le Réseau d’action municipal (RAM) qui regrouperait des Groupes d’action municipale (GAM) –, il défend également la participation aux élections… municipales. Une manière originale de sortir du capitalisme, qui diffère des méthodes traditionnelles. Ainsi, l’objectif de Folco, défenseur d’un patriotisme républicain et communal, est de créer une République universelle, qui s’inspirerait autant de l’Athènes antique, des communes du Moyen Âge, des cités italiennes de la Renaissance que de la Commune de Paris de 1871.

    Pour l’auteur, le municipalisme devrait également s’appuyer sur les communs, afin de sortir à la fois de la propriété privée et de la propriété étatique. Folco mobilise l’exemple kurde du Rojava et les mairies rebelles espagnoles pour montrer que le municipalisme peut effectivement constituer une alternative à l’ordre néolibéral. On regrettera néanmoins que la souveraineté nationale, pourtant très importante au Québec, reste un angle mort de la réflexion, que la fausse bonne idée du revenu de base — meilleur allié de l’ubérisation de la société — soit reprise, et un peu de naïveté sur les mouvements d’occupation des places. Un très bon livre néanmoins, agrémenté de belles références à Antonio Gramsci, Murray Bookchin, ou encore Walter Benjamin.

    K. B. V.

    Heavy metal : vers la fin du mythe ? [7]

    Les musiques extrêmes en tant que phénomène culturel ont depuis toujours dépassé les bornes de la seule mélomanie. En effet, l’artiste heavy metal a pendant longtemps représenté une figure quasi divine pour nombre de fans de tous les sous-genres de cette musique.

    C’est sur cette thématique de la mythification de l’artiste metal que nous invite à réfléchir Nicolas Bénard dans son nouvel ouvrage publié chez Camion Blanc. En s’appuyant sur un large corpus de magazines francophones des années 1980 à aujourd’hui et sur des exemples célèbres (Motörhead, Iron Maiden, Motley Crüe ou encore Black Sabbath), l’historien démontre que les musiciens metal les plus célèbres font l’objet d’un véritable culte de la part de leurs fans, culte qu’ils ont pendant longtemps entretenu avec la complaisance des journalistes. L’importance de l’image de l’artiste et de la mise en scène de la musique dans les scènes extrêmes est pointée dans cette perspective. Cependant, Bénard insiste sur le fait que ce culte s’est étiolé au fil du temps, témoignant d’une progressive pipolisation des musiques extrêmes et de la représentation de leurs acteurs dans les médias spécialisés. Désormais, les légendes d’hier s’exhibent dans leur quotidien et redeviennent des individus comme les autres lorsqu’elles laissent tomber leur masque scénique, à l’instar d’Ozzy Osbourne qui a été l’acteur d’une téléréalité centrée sur sa vie familiale. La conséquence principale de ce constat concerne l’artiste lui-même, dont le rôle semble muter au sein de nos sociétés post-modernes.

    Rupture avec l’imaginaire du héros musicien ou prolongement logique de l’héroïsation par un narcissisme exacerbé et un marketing du quotidien? Si Nicolas Bénard refuse de répondre clairement, il soulève en tout cas la question, qui mériterait d’être étendue à tous les autres genres musicaux, ainsi qu’à d’autres sphères culturelles comme le cinéma.

    N. R.

    Le transhumanisme n’est pas un humanisme [8]

    « La coexistence entre des gens extrêmement intelligents grâce à la technologie et des gens qui ont les capacités intellectuelles moyennes d’aujourd’hui ne peut pas être harmonieuse. Y a-t-il une cohabitation harmonieuse entre les chimpanzés et les hommes ? Non, nous les mettons dans des zoos. » prévenait le (futur)urologue Laurent Alexandre le 13 février 2017 sur Arte. Annonçant la couleur et sans autre forme de procès, le transhumanisme se porte à merveille. C’est sans compter le travail d’enquête et de critique que mène Pièces et Main d’œuvre (PMO) depuis 2002. Le collectif grenoblois a auto-édité (comme nous au Comptoir !) et signé à l’automne 2017, son Manifeste des chimpanzés du futur contre le transhumanisme. Cités dans le texte, les technolâtres et leur haine de l’humain sont mis au pilori. Exemples à l’appui, PMO nous démontre que Le meilleur des mondes est déjà largement sur les rails. La plume trempée dans l’acide, le verbe haut, les détectives de PMO mordent (avec des dents non prothétiques) et nous offrent ainsi l’encyclopédie des arguments contre les inhumains.

    L’une des principales pierres d’achoppement de cette somme est l’affirmation que la technologie n’est pas neutre. Contre ceux qui pensent encore que le ver n’est pas dans le fruit et qu’il ne tient qu’à nous de le manger ou pas, ils rappellent entre milles autres piques qu’il suffit d’imaginer un instant la vie sans téléphone portable pour en douter (et la difficulté d’être en société pour celui qui choisit de ne pas en avoir).

     

    Véritables promoteurs de l’émancipation, ils rappellent avec un bon sens constant que s’émanciper de son pauvre corps, ou des contraintes biologiques pour le soumettreà la technoscience et ses machines est une contradiction dans les termes. À dessein, ils citent Michael Chorost, un homme implanté pour recouvrer l’ouïe : « Lorsqu’un de nos sens devient programmable, peut-on encore avoir confiance dans les informations qu’il nous communique sur le monde extérieur ? Un sens artificiel nous dépossède en partie de notre propre corps. […] Je serai lié à vie à cette compagnie et à sa conception des produits. Toute résistance s’avérerait futile, à moins que je ne veuille redevenir sourd. » Faisant leur l’idée que l’humain est un animal politique, c’est-à-dire un animal qui grandit en se socialisant, il nous font voir à quel point le transhumanisme n’est qu’une négation de l’autre.

    Partisans de l’autonomie, jetez vous sur cette nécessaire mise au point pour ouvrir les yeux aux autres membres de notre espèce et ne plus vous laisser enfumer par ceux qui refusent de rester humains. C’est un appel à l’humanité contre l’anthropocide déjà à l’œuvre que scandent les chimpanzés du futur.

    Alizé Lacoste Jeanson

    Faire revenir la question sociale à l’Assemblée nationale [9]

    Depuis que le journaliste François Ruffin a été élu député de sa circonscription dans la Somme, il s’est inventé un nouveau métier : celui de député-reporter. Paru en décembre 2017 aux éditions Fakir, son ouvrage Un député à l’hôpital psychiatrique propose une enquête sérieuse sur le milieu de la santé psychiatrique, assortie de quelques propositions concrètes pour améliorer le quotidien des soignants et des soignés.

    Dans ce petit livre conçu pour aller droit au but, François Ruffin dresse un constat sans appel à partir de divers témoignages (soignants, membres d’associations de familles de malades…) : les hôpitaux psychiatriques, institutions d’utilité publique, sont actuellement maltraités, à l’image de tout le reste du secteur de la santé en France. Le personnel y est très investi mais se démotive de jour en jour à cause du manque flagrant de moyens financiers et humains. Les burn-out sont fréquents et la résignation est à son comble dans les différents services. Les malades, quant à eux, vivent dans une solitude toujours plus grande, et progressent difficilement. Les inégalités d’accès aux soins selon les régions et les profils socio-économiques n’ont jamais été aussi grandes pour les patients et leurs familles. En guise de conclusion, le député annonce ses propositions : une loi sur le financement de l’hôpital psychiatrique et une loi sur le financement du médico-social, afin de rendre à l’État ses prérogatives dans le domaine et obtenir davantage de moyens pour restaurer la dignité des malades et améliorer le quotidien des personnels.

    Pédagogique et donnant la parole à tous les acteurs de terrain, Un député à l’hôpital psychiatrique est autant un livre-témoignage qu’un document de combat. Armé d’une méthode éprouvée, François Ruffin donne tout son sens à la fonction de député en la combinant à celle de l’enquêteur. En effet, grâce à un travail journalistique soutenu, il est l’un des seuls à éclabousser l’Assemblée nationale de ce qu’il appelle des « tranches de réel ». Nul doute que d’autres livres-enquêtes de ce genre suivront bientôt.

    N. R.

    Chronique du désenchantement contemporain [10]

    Le 15 janvier 2018, j’achevais ainsi un article sur le rappeur Orelsan : « Car, si Michel Houellebecq a révélé la détresse sentimentale et spirituelle des pères de la génération Y, Kyan Khojandi et Orelsan ont, eux, dévoilé celle des gosses nés entre les années 1980 et 1990. Il ne manque plus que des alter egos féminins pour compléter le tableau. » Le lendemain, un lecteur commentait alors : « C’est chose faite depuis Faux Départ de Marion Messina (éditions Le Dilettante), un Voyage au bout de la nuit au féminin assaisonné de Plateforme. » Curieux, je me suis aussitôt procuré le roman en question.

    Publié le 23 août 2017, Faux départ est le premier roman de la jeune Marion Messina. Il raconte l’histoire d’Aurélie, fille de prolos vivant dans la banlieue grenobloise. Septembre 2008, alors que la crise économique pointe le bout de son nez, la jeune fille, bercée par le mythe de la méritocratie et rêvant d’ascension sociale, entame des études de droit à l’Université de Grenoble. Appartenant « au camp des éléments neutres, les petits blancs aux yeux baissés et aux bras croisés qui transpirait le malaise », Aurélie va très vite déchanter.

    Timide et peu sûre d’elle, elle va se retrouver coincée dans un univers qui ne voulait visiblement pas d’elle, entre les cours sans intérêt, les jobs d’étudiants pour survivre financièrement, « les enfants de bourgeois intégrés à la société de consommation », les garçons élevés aux pornos et les filles superficielles. Un petit rayon de soleil quand même : Alejandro, Colombien à l’âme de poète maudit, arrivé en France pour suivre un M2 de Lettres modernes, dont elle tombe éperdument amoureuse, pour le meilleur et pour le pire. Avec ce roman, Marion Messina nous décrit la précarisation sur tous les plans – économique, intellectuel et affectif – de notre jeunesse et les problèmes que peut rencontrer une jeune femme aujourd’hui, dans un monde où des hommes adulescents veulent jouir, mais plus s’attacher. Un beau début par celle à qui l’on souhaite maintenant le succès d’Orelsan et Houellebecq !

    K.B.V.

    Nos Desserts :

    Catégories :Culture, Shots et pop-corns

    Tagué:


    0 0

    "Oui, des perspectives révolutionnaires sont possibles",Venez nous rejoindre. C’est encore plus facile ensemble !Agir pour transformer la société,L'importance de l'action collective, S'organiser ensemble, passer du Je au Nous, Tous Président avec Nous

    “Ayez pitié. Voyez des âmes dans les choses.”

    “Il faut des monuments aux cités de l'homme, autrement où serait la différence entre la ville et la fourmilière ?”

    megaphone-clip-art-9cp4KXRcE.jpegLa politique autrement : et si on changeait tout ?

    Venez nous rejoindre

    Agir pour transformer la société

    L'importance de l'action collective

    S'organiser ensemble

    Vers une symphonie collective... passer du Je au Nous

    Parlons et faisons l'EXERCICE DU POUVOIR AUTREMENT

    "Oui, des perspectives révolutionnaires sont possibles"

    “Bien lire l’univers, c’est bien lire la vie.”

    “La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées.”

    Invitation

    UTILISATEURS, FOURNISSEURS, BUSINESS, TECHNOLOGIES, UNIVERSITAIRES, RÉSEAUX,  SOCIÉTAL,..

    FranceWebAsso, des espaces numériques ouverts à tous. Société du Savoir> Choisissez l'Excellence,

    Dynamiser notre engagement

    La société en réseau ne se fera sans Vous!

    Connectons nos savoirs sur votre avenir

    Pourquoi France Web.pdf

    Tous les jours, connaître, comprendre, découvrir et partager

    PLUS POUR  VOUS ACCOMPAGNER

    Evénement - Edition - Médias - Web

    Une journée riche en réflexion. Votre vie intérieure s'en voit fortement sollicitée. Vous observez ce qui a lieu autour de vous sans tout à fait y prendre part. Les ambitions des autres vous amusent aujourd'hui. Chacun croit fermement à son rôle et vous trouverez peut-être cela proche de la caricature. Ce mouvement de repli vous sera bénéfique. Vous devriez le pratiquer plus souvent...

    Nous avons tous une façon propre d'approcher les choses qui nous environnent, le monde qui nous entoure, et qui nous vient de l'enfance. Votre manière à vous consiste à réfléchir sur le sens de ce que vous avez sous les yeux. C'est spontané. Vous sortez de chez vous et presque immédiatement, vous vous mettez à penser. Essayez de retrouver cet instinct pur.

    Tous Président avec FranceWebAsso @ PoissyWebCitoyen>Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>3 idées pour vraiment réformer l’éducation, Universités,

    A la rencontre d’initiatives positives au niveau humain, économique, culturel, technologique… FWmultilingue.jpg

    e-Collaboration , le travail en réseau et l’efficacité collective : modèle de développement pour la réussite

    FRANCEWEB et le Développement Durable. L’engagement de chacun, condition d’une stratégie pour tous.

    "Un Réseau conçu dans la Logique du Partenariat "

       « La meilleure façon de prédire l’avenir, c’est de le créer »

    LA FRANCE  dans l'économie du savoir :Tous, entrepreneurs de la connaissance

    Avec le n°1 mondial de la collaboration en ligne

    «La terre est notre Communauté virtuelle»

    ASSOCIATION  FRANCOPHONE  DES UTILISATEURS  DU  WEB, POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE  DE LA SOCIÉTÉ EN RÉSEAU ET DE L’ÉCONOMIE DE LA CONNAISSANCE

    FRANCEWEB propose des services grand public, communautaires et personnalisés.

    Trois fonctions : repérer, sélectionner, partager.

    Venez nous rejoindre. C’est encore plus facile ensemble !

    Ensemble créons de la valeur

     

    FranceWeb:C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

     C'est notre capital !

    Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir

    “Au fond, Dieu veut que l’homme désobéisse. Désobéir, c’est chercher.”

    “La mélancolie, c’est le bonheur d’être triste.”

    “Les guerres ont toutes sortes de prétextes, mais n’ont jamais qu’une cause : l’armée. Otez l’armée, vous ôtez la guerre.”


    siturencontresunhome.png 

    Confucius

    Vie

    Citations de philosophe

     

    Confucius

    Quelques mots sur l'auteur :

    Éducateur et philosophe chinois né le 28 septembre 551 av. J.-C. à Zou, Confucius est mort le 11 mai 479 av. J.-C. à Qufu dans l'actuelle province du Shandong. Son enseignement repose sur six livres : le Livre des Odes, le Livre des documents historiques, le Livre des Mutations, le Livre des Rites, les Annales des Printemps et des Automnes, et le Canon de la musique.

    Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.
     
     Les 75 citations et proverbes de Confucius :

    Il en coûte bien plus pour nourrir un vice que dix malheureux.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    La raison est un miroir qu'on a reçu du ciel ; il se ternit, il faut l'essuyer. Il faut commencer par se corriger soi-même avant de vouloir corriger les hommes.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Le sage craint quand le ciel est serein ; dans la tempête, il marcherait sur les flots et sur les vents.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    La plus chétive cabane renferme plus de vertus que les palais des rois.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Ce que nous gagnons en richesses nous le perdons du côté du repos et du bonheur.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Qui veut apprendre à bien mourir doit apprendre auparavant à bien vivre.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Ne choisis tes amis que parmi tes égaux.
    Confucius ; Le livre des sentences - VIe s. av. J.-C.

    Qu'il est ou non du talent, chaque père reconnaît toujours son fils pour son fils.
    Confucius ; Le livre des sentences - VIe s. av. J.-C.

    Je n'ai pas encore vu un homme qui soit inflexible sur ses principes.
    Confucius ; Le livre des sentences - VIe s. av. J.-C.

    Lorsqu'on est en deuil de ses père et mère, on doit porter l'expression de sa douleur.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    La conduite du sage est sans saveur, comme l'eau.
    Confucius ; L'invariabilité dans le milieu - VIe s. av. J.-C.

    Une impatience capricieuse ruine les plus grands projets.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Laissez à la jeune fleur le temps de s'épanouir.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    L'arrogance est pire que l'avarice.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    L'homme supérieur fait de l'équité et de la justice la base de toutes ses actions.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Dépasser le but, ce n'est pas l'atteindre.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Tous les hommes ne peuvent pas être grands, tous peuvent être bons.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Occupe-toi du soin de prévenir les crimes, pour diminuer le soin de les punir.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    L'homme sans vertu ne trouve dans les richesses que les moyens de satisfaire ses vices.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    On triomphe des mauvaises habitudes plus aisément aujourd'hui que demain.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Qui ne progresse pas chaque jour, recule chaque jour.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Qui sait obéir saura ensuite commander.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    L'homme supérieur regrette de voir sa vie s'écouler sans laisser après lui des actions dignes d'éloges.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    La modestie dirige l'homme supérieur ; la sincérité et la fidélité lui servent d'accomplissements.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Hélas ! je n'ai encore vu personne qui aimât la vertu comme on aime la beauté corporelle.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Confucius (2) 

    Les citations célèbres de Confucius :

    L'homme qui ne médite ou ne prévoit pas les choses éloignées, doit éprouver un chagrin prochain.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Que vos paroles soient sincères et fidèles ; que vos actions soient honorables et dignes.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Soyez sévères envers vous-mêmes et indulgents envers les autres.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Si les expressions dont on se sert sont nettes et intelligibles, cela suffit.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Les principes de conduite étant différents, on ne peut s'aider mutuellement par des conseils.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Ayez des enseignements pour tout le monde, sans distinction de classes ou de rangs.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    L'homme supérieur se conduit toujours conformément à la droiture et à la vérité.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Faites-vous un devoir de pratiquer la vertu de l'humanité, et ne l'abandonnez pas.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    La vertu de l'humanité est plus salutaire aux hommes que l'eau et le feu.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Si la foule déteste quelqu'un, examinez avant de juger.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    On s'égare rarement en s'imposant soi-même des règles sévères.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Qui est sévère envers lui-même et indulgent envers les autres évite les mécontentements.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C

    Ne cherchez pas à vous immiscer dans les affaires dont vous n'avez pas la charge.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Il faut satisfaire aux désirs de son cœur, sans toutefois dépasser la mesure.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Les fautes des hommes sont relatives à l'état de chacun.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    L'homme supérieur aime à être lent dans ses paroles, mais rapide dans ses actions.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    L'âge de votre père et de votre mère ne doit pas être ignoré de vous ; il doit faire naître en vous, tantôt de la joie, tantôt de la crainte.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Un homme dépourvu de sincérité et de fidélité est un être incompréhensible à mes yeux.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Pendant la vie de ses père et mère, il faut leur rendre les devoirs qui leur sont dus.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Pendant le vivant de votre père, observez avec soin sa volonté ; après sa mort, ayez toujours les yeux fixés sur ses actions.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Celui dont la crainte et le respect sont conformes aux lois de la politesse, éloigne de lui la honte.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Qui ne connaît pas la valeur des paroles des hommes, ne les connaît pas eux-mêmes.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Les hommes vicieux déguisent leurs fautes sous un certain dehors d'honnêteté.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Donnez beaucoup d'étendue à vos études, et portez-y une volonté ferme et constante.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Si, à l'âge de quarante ans on s'attire encore la réprobation, il n'y a plus rien à espérer.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Confucius (3)

      Les meilleures citations de Confucius :

    Qui montre un air grave et austère, est à comparer aux hommes les plus vulgaires.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    L'amour de la sincérité et de la fidélité, sans l'amour de l'étude, a pour défaut la duperie.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Qui se livre à l'étude de la sagesse a en vue les émoluments qu'il en peut retirer.
    Confucius ; Le livre des sentences - VIe s. av. J.-C.

    L'herbe, si le vent vient à passer, s'incline nécessairement.
    Confucius ; Le livre des sentences - VIe s. av. J.-C.

    Il y a une communication intime entre le ciel et le peuple ; que ceux qui gouvernent les peuples soient donc attentifs et réservés.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Un père ne connaît pas les défauts de son fils.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Examine si ce que tu promets est juste et possible, car la promesse est une dette.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Quand on peut accomplir sa promesse sans manquer à la justice, il faut tenir sa parole.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    C'est un tort égal de pécher par excès ou par défaut.
    Confucius ; Le livre des sentences - VIe s. av. J.-C.

    Un homme de bien qui a la bravoure mais qui ignore la justice sera un rebelle.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    La prodigalité conduit à l'arrogance, et la parcimonie à l'avarice.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Un homme heureux est un homme qui se contente de peu.
    Confucius ; Le livre des sentences - VIe s. av. J.-C.

    La conscience est la lumière de l'intelligence pour distinguer le bien du mal.
    Confucius ; L'invariabilité dans le milieu - VIe s. av. J.-C.

    Le père cache les fautes de son fils, le fils cache les fautes de son père.
    Confucius ; Le livre des sentences - VIe s. av. J.-C.

    L'homme supérieur tient son fils éloigné de lui.
    Confucius ; Le livre des sentences - VIe s. av. J.-C.

    Écouter et choisir entre les avis, voilà le premier pas de la connaissance.
    Confucius ; Le livre des sentences - VIe s. av. J.-C.

    Il est difficile pour le pauvre de n'éprouver aucun ressentiment ; il est facile pour le riche de ne pas s'enorgueillir.
    Confucius ; Le livre des sentences - VIe s. av. J.-C.

    Rendez le bien pour le bien, et la justice pour le mal.
    Confucius ; Le livre des sentences - VIe s. av. J.-C.

    L'homme supérieur ne demande qu'à soi-même ; l'homme sans mérite demande tout aux autres.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    L'homme supérieur est amical sans être familier ; l'homme vulgaire est familier sans être amical.
    Confucius ; Le livre des sentences - VIe s. av. J.-C

    Entre le métier de voiturier et celui d'archer, prends le métier d'archer.
    Confucius ; Le livre des sentences - VIe s. av. J.-C.

    Le silence est un ami qui ne trahit jamais.
    Confucius ; Le livre des sentences - VIe s. av. J.-C.

    Apprendre sans réfléchir est vain ; réfléchir sans apprendre est dangereux.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    Le sage est calme et serein ; l'homme de peu est toujours accablé de soucis.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    On peut connaître la vertu d'un homme en observant ses défauts.
    Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.

    La liste des auteurs populaires :

    Tandarica Tandarica  06 juin 2016
    Les doctrines positives, qu'elles soient religieuses, philosophiques, de droit ou d'état, ne sont qu'autant de plaidoiries ingénieuses de l'esprit, de cet advocatus diaboli forcé par le vouloir de les argumenter. Ce misérable avocat est forcé de tout mettre sous une lumière étincelante, et, l'existence étant elle-même misérable, est obligé d'orner de fleurs et d'un semblant de sagesse impénétrable la misère de l'existence, pour leurrer à l'école et à l'église ces petits toucans qui entrent à peine en scène sur la valeur de la vie réelle. Pour les travailleurs de l'état l'honneur, pour les soldats la gloire, pour les princes la magnificence, pour les savants le renom, pour les sots le ciel, et de la sorte une génération trompe celle qui suit par cet advocatus diaboli légué, par cet esclave contraint à la malice et aux sophismes, qui ici se lamente comme un pope, là prend une mine sérieuse de professeur, là-bas parlemente comme un avocat ou prend les traits misérables d'un mendiant ; le dernier pour un verre de vin dont il rêve in petto, les autres pour un titre, de l'argent, une couronne, mais tous au fond dans un moment d'ivresse.
    Voilà ce que j'apprends de mes maîtres les abeilles: dans leur école, je prends conscience que nous sommes des ombres sans volonté, des automates qui faisons ce qu'il faut que nous fassions, et que, pour que le jouet ne nous lasse pas, nous avons cette poignée de cervelle qui voudrait nous prouver qu'en vérité nous faisons ce que nous voulons, que nous pouvons faire une chose ou pas… […]
    La vie intérieure de l'histoire est instinctive; la vie extérieure, les rois, les popes, les savants, ne sont que lustre et que phrase; et, comme d'après l'habit de soie posé sur un cadavre on ne peut savoir en quel état se trouve celui-ci, de même d'après ces vêtements trompeurs on ne peut connaître le fin mot de l'histoire elle-même.

    0 0

    Just wanted to see what you thought of the below. Hope you are well!

    P.O. Box 135, Whitianga 3510, New Zealand | To unsubscribe please reply with 'Unsubscribe' in the header


    On Friday, April 6, 2018 at 9:12 AM, Jen Miller <jen@jenreviews.email> wrote:
    Dear Editor,
     
    My name is Jen and I’m a writer at Jen Reviews. I was doing research on classroom technology and just finished reading your wonderful blog post: http://bonheur.20minutes-blogs.fr/archive/2017/05/16/locarchive-l-archivage-a-valeur-ajoutee-sru-electronics-myne-936630.html
     
    In that article, I noticed that you cited a solid post that I’ve read in the past: https://www.nytimes.com/2017/05/13/technology/google-education-chromebooks-schools.html?_r=0
     
    I just finished writing a guide that is even more detailed, updated and comprehensive on 9 amazing benefits of technology in the classroom, and includes suggestions on 15 best ways to incorporate technology in the classroom. It is packed with practical tips and advice and completely free. You can find it here: https://www.jenreviews.com/classroom-technology/
     
    If you like the guide we’d be humbled if you cited us in your article. Of course, we will also share your article with our 50k newsletter subscribers and followers across our social platforms. 
     
    Either way, keep up the great work!
     
    Warmly,
    Jen
     
    P.O. Box 135, Whitianga 3510, New Zealand. You may unsubscribe to stop receiving our emails.

    Have you ever wondered if technology improves learning? Educational technology supporters and researchers tout the amazing benefits of incorporating technology in the classroom. Those who are on the fence about how useful technology is in the modern classroom provide several counterarguments that warrant further discussion about how to find a happy medium between using technology and traditional teaching strategies.

    Technology has its place. The trick is using it to enhance learning instead of doing the same thing in a different way. This article presents a balanced perspective on the advantages of using technology in the classroom. Each benefit provides actionable tips you can use to put on your technology A-game in your classroom.

    Creates a Better Learning Environment

    Think about your primary to tertiary level learning experiences. You probably were educated in an era when technology wasn’t as ubiquitous and the chalk-and-talk approach to teaching was all teachers knew. Ah, the good ol’ days when you were fighting the urge to sleep every five minutes. 

    Educase indicates that the world has so drastically changed that Maslow’s hierarchy of needs has been updated to include access to Wifi as a fundamental human need. The 21st century student desires to be connected with the world. Finding ways to help your students create this connection in the classroom is necessary. A study conducted by Justin Tosco, a Masters student at Saint Catherine University, shows that students prefer lessons that use technology.

    Effectively engaging your students throughout a lesson helps you win half the battle of getting them to learn the content.  In fact, a classroom environment that promotes learning engages students by:

    • Encouraging them to ask meaningful questions
    • Helping them develop the ability to solve real problems
    • Promoting an environment of inclusion where each learner’s needs are met and each learner’s thoughts are valued
    • Using a variety of learning models
    • Providing them with assessments that are done to promote learning instead of meet administrative requirements
    • Having clear standards for excellence

    It is true that such an environment can be created without technology. Some teachers have no choice but to find ways to do this because technological resources are limited. This article emphasises the numerous benefits technology offers to rural school but also discusses the limitations access to technology poses on teachers and students.

    Nevertheless, innovative teachers find ways to use technology to create a vibrant learning environment. Two such strategies are described below.

    How To Create a Vibrant Learning Environment

    1. Appeal to a Variety of Modalities

    A home theatre projector is a worthwhile investment that either a teacher or school administrator can make  for a classroom. Projectors allow you to add audio-visual stimuli to a lesson, even if there is no Wifi access at your school. A study conducted by Rasul, Bukhsh and Batool showed that audio-visual aids make the teaching and learning process more effective.

    A variety of apps are available that have audio-visual and kinesthetic elements. For instance, graphs are a common problem for high school students. You can encourage your school’s administration to purchase a class set of graphing calculators if your school is in an area with limited or no internet access. However, if your school is in an area that has internet access and digital tablets, you can consider incorporating the Free Calculator-Pocket CAS lite app in your lessons.

    You can also recommend that parents purchase an Osmo Pro Genius Kit for their children. This kit allows children to extend their learning outside of class in a practical way.This review explains how the kit can be used to create tangrams, help children learn new words and develop Physics skills.

    2. Develop Problem Solving Skills

    One of the arguments against the use of technology in the classroom is that it perpetuates a growing problem amongst generation Y and Z students. They spend so many hours engaging with devices that they lose the ability to think critically and develop motor and social skills.

    You, therefore, have a responsibility to ensure that the technological tools you use are meaningful. All technology used in your lesson should help students develop essential skills such as problem solving and team work. They shouldn’t be mindless activities.

    Epistemic games offer a solution to this problem. These games essentially help players model real-world skills required to excel in particular professions. A plethora of epistemic games can be found here.

    Improves Knowledge Retention

    You think you’ve done a good job comprehensively explaining a concept to your students. They’re answering the questions correctly in class and, therefore, should be ready for a test.  However, after administering the test you discover that something went terribly wrong. 

    Students’ poor performance is closely linked to their ability to retain information. A study conducted by Kamuche and Ledman showed a non-linear relationship between length of time and knowledge retention. Their study explained that the amount that was initially learned plays the most important role in long-term retention.

    Technology in the classroom can facilitate an increase in the amount of information retained. However, this can only be effectively accomplished when you carefully plan how technology will be incorporated in your lesson.

    Teachers have experienced vast improvements in their students’ performances when they incorporate technology in their lessons. One of the most profound success stories is that of the engineering-technology program at Rochester Institute of Technology.

    A study was conducted over a 6 year period. The focus was identifying how to decrease the amount of students who either failed or left the engineering-technology program. Lecturers began using multiple types of technology, such as tablets, collaborative software, and projection screens. The result was an improvement of the retention rate to 71 percent. Students indicated that this success resulted from them being able to retain more information using the technology available.

    Another study conducted by Justin Tusco ina Montessori elementary classroom showed a 16 percent increase in test scores when technology was used in instruction. Both sets of results provide substantial evidence in support of the use of technology in the classroom.

    How To Promote Knowledge Retention

    1. Utilize the Features of Blended Learning

    Blended learning merges the best of both worlds. It combines the benefits of technology with face-to-face instruction. Technology should be used to enhance traditional instruction, not replace it. As futureready.org puts it, “Blended learning models intentionally integrate technology to boost learning and leverage talent; they don’t just layer technology on top of business as usual.”

    Key features of blended learning are listed below:

    • Students must be given some control over the content and instruction. This control includes monitoring the pace and timing of instruction. Think of it like an e-learning course on Udemy
    • The online and face-to-face components must work in harmony. They must connect in a way that makes sense
    • The technology used should adapt to each students’ abilities and unique needs
    • The ability to record and report student data. You must be able to track the progress of each student.
    • Appropriate follow-up actions should be recommended based on the data received
    • Online results should be used to inform in-class instruction

    2. Use Games to Increase Practice

    Consistent practice outside the classroom is important. Many students don’t develop the intrinsic motivation needed to get additional practice and support. For them, it’s more exciting to find ways to have fun.

    Feed that excitement by introducing your students to gamification.Top Hat explains four interesting ways to include gamification in your instruction.

    Encourages Individual Learning

    Teaching for the average student is easier than differentiating instruction. A one-size-fits-all strategy, however, can’t work when your classroom is filled with diverse learners. Some students are slower than others, some process information quicker than others, and some fall somewhere in between. 

    Differentiated instruction is a useful concept in theory. You would ideally love to create a personalized learning plan for each student. The demands placed on you, however, often make it impossible for you to plan such ideal lessons all the time.

    Technology provides solutions that make planning differentiated lessons easier. Activities can be created to match each learner's unique needs and pace. This is particularly evident in the Math classroom where consistent practice is necessary for mastery. As Kelly Tenkley, a technology teacher, states technology enables struggling students to interact with material suitable for their level and progress at their own pace.

    How to Plan a Differentiated Technology Lesson

    1. Differentiate the content.

    You can plan tiered lessons. In tiered lessons, learners are divided into 3 groups: upper, middle and lower. The content of the lesson can be adjusted to suit each level of students. Upper-tiered students can handle more advanced content than lower-tiered students. Students can be provided with the opportunity to move from one tier to the other once they have mastered the content of their current tier.

    1. Differentiate the process

    The upper-tiered group can work collaboratively on higher-ended tasks related to the content. The middle-tiered group can use videos from websites such as Moby Max, Khan Academy and IXL to guide their activities. The lower-tiered group can receive individual attention from you supported by technology games and resources.

    3. Differentiate the product.

    Upper-tiered students can be challenged to create presentations using websites such as Prezi, Powtoon and EduBlogs. After you’ve vetted these presentations, these students can be asked to use their presentations to teach the class.  Lower-tiered students can use collaborative tools, such as Google Docs, to share what they learned from the presentations.

    Students in each group can also prepare written work for presentation. This written work can be projected for the class to view during the presentation using a document camera. This article highlights some of the best document cameras for your classroom.

    Project-based learning can also be differentiated. The students can be placed in homogenous groups and asked to choose a topic. Each group would use some type of technology to make their presentations. For instance, you could provide each group with a camcorder to create a music video depicting the topic. A discussion can be facilitated at the end of each presentation to see how much the students have learned.

    4. Provide resources that can be used outside the classroom.

    Students should be provided with additional resources that they can access outside of the classroom. This is what truly allows them to work at their own pace. Make videos and practice assignments available to students outside the classroom.

    Encourages Collaboration

    Students must be provided with opportunities to work together.Working in isolation isn’t the way the world works. Collaborative learning is student-centered and allows students to work together to solve real-world problems.

    Carefully planned collaborative instruction allows students to develop crucial skills. These skills include:

    • Critical-thinking
    • Self-management
    • Leadership
    • Learning to work with diverse people

    Collaborative learning isn’t merely placing students in groups and giving them practice questions to complete. It is a discussion-rich environment that challenges students to think outside the box. Focusing on recall and lower-level tasks has no place in the collaborative learning environment.

    How To Use Technology in Collaborative Learning

    1. Connect with classrooms around the world

    Technology allows teachers around the world to provide opportunities for their students to collaborate on projects. Rockingham Middle School in North Carolina collaborated with a classroom in Sweden on a science project. The collaboration made the project more interesting since students were able to share their results and learn more about each other.

    2. Create a Google Classroom

    Google classroom allows you to create a collaborative online environment for your students.  There are over 50 apps that integrate with Google classroom. You can use a combination of apps that meet the unique needs of your students.

    3. Utilize other online learning platforms and digital tools

    Other online learning platforms and digital tools also exist. Each platform offers various combinations of features that you can adapt to suit your classroom. Some of these platforms and digital tools include:

    • Blackboard Collaborate
    • Learn Boost
    • Moodle
    • Class Dojo
    • Pixton
    • Voice Thread
    • Socrative
    • Engrade
    • Top Hat
    • Trello
    • Kahoot
    • ReadWriteThink

    Creates a System for Managing Learning (a LMS)

    A Learning Management System (LMS) is an internet-based software application that allows users to create eLearning courses, monitor these courses, track students’ progress, and provide relevant student-related reports. A LMS is used in a variety of industries to make training more accessible.Some of the software previously mentioned, such as Moodle, are examples of LMSs. 

    Tertiary-level institutions in particular depend heavily on a LMS for course delivery. The University of Buffalo indicates that approximately 99 percent of tertiary-level institutions use a LMS. Such prominent use of the software can be attributed to the following benefits:

    • The ability to access content anywhere, anytime
    • Reliable tools for monitoring student progress
    • Closer monitoring of assignment submission
    • The creation of a communication pathway between teachers and students

    One of the strongest benefits of a LMS is the ability for students to collaborate. However, Steven Lonn, in his research on the use of a LMS for collaboration and knowledge construction, discovered that although the students effectively interacted using the system, there was little knowledge construction. Therefore, you must be very deliberate about helping students acquire new knowledge through critical thinking if you plan to use a LMS.

    How to Use a LMS to Develop Critical Thinking

    1. Create student-centered activities

    Student-centered teaching is commonly discussed amongst educators. Teachers are often encouraged to become facilitators of learning instead of deliverers of content. The reality, however, is that it’s often difficult to create such an environment.

    A question that may be running through your mind is, “How can I ensure that all my students learn the correct concepts if I’m not telling them what to do?” A well-planned lesson that allows you to ask the right questions that guide learning, and effectively incorporates a LMS, is the answer.

    Remember that you’re using blended learning as previously discussed. Consequently, there’ll be elements of your lesson that use technology and others that don’t. Both instructional media should incorporate opportunities for collaborative learning, research, and informal assessments.

    Collaborative learning helps students learn from enriched discussions. A LMS typically provides opportunities to create group forums and allows participants to leave comments on other’s posts. Some LMSs also allow users to collaborate on documents. Pose the right discussion questions and allow your students to collaborate to find the answers.

    Independent research is important for self-paced learning. The video tutorials and material you create for your LMS should encourage students to do further research. It is through extending their learning that they will make the necessary connections to learn new concepts.

    Students dread assessments. Watch the reactions on your students’ faces the next time you tell them that they have a graded assessment to complete. A LMS allows you to create fun, interactive informal assessments that students will appreciate. These assessments also help both you and your students have a clear picture of what has been learned.

    Prepares Students for the Future

    The world has changed. Traditional jobs are gradually becoming obsolete as technology gains prominence. The World Economic Forum states that about 65 percent of primary-school aged children will eventually get jobs that don’t exist today. They further state that there will be about 1.5 million new technology-related jobs by 2020.

    Students must be prepared to meet the demands of this changing world. Consequently, the way students are taught must help them develop the skills needed to meet the demands of the IT world.

    Technology is improving at a faster rate than our education system. Improvements have been made to the education system over the past decade, but students still don’t have the requisite skills and knowledge they need to truly succeed in this digital world. Dr. William Daggett states supports this point by saying that “society demands a higher level and different skill sets than schools were ever designed to teach.”

    He further highlights that although money has been spent to include technology in the classrooms, many teachers aren’t using it effectively. This points to a lack of training about integrating technology into instruction.

    This growing need has encouraged discussions about the characteristics of a future-ready school. Such robust discussions resulted in the creation of the futureready.org website. This website provides a plethora of digital resources to help you plan lessons that prepare your students for the future. The organization also offers micro-courses to train teachers, school administrators and district leaders in strategies for creating a future-ready school framework.

    How To Create a Future-Ready School

    1. Provide ubiquitous access to technology.

    Future-ready schools have internet access and technological resources for all students. You won’t be able to create technologically- enriched lessons without access to the right technology.     

    The benefits of technology highlighted in this article are based on the assumption that all teachers and students have equal access to technology resources. Sadly, this isn’t the case. There is a huge gap between technology access for low and high income communities.A report published by the Stanford Center for Opportunity Policy in Education states that computer ownership, the quality of devices, and internet access is lower for lower-income teens and teens of color than it is for high-income and white teens.

    This presents a grave cause for concern since there are more low-income students and students of color in the U.S. education system than there are high-income and white students. Lower-income students often aren’t provided with the quality of technology instruction they need since resources are limited, teachers aren’t adequately trained, and they don’t have access to technology at home. Teachers, school administrators, and other key education stakeholders must find ways to bridge the gap so that these students can experience the enhanced learning experience technology provides.  

    Adapting technology to suit the context of low income communities is another concern. Michael Trucano, in an article published on the World Bank’s blog, says that “most products, services, usage models, expertise, and research related to ICT use in education come from high-income contexts and environments.” This leads to the conclusion that ICT use in low-income classrooms is useless because the results achieved in high income environments aren’t the same in the more challenging, low-income environments.

    These points emphasise the need for careful consideration about the integration of technology in low-income communities and classrooms. Educators and policy-makers must pay attention to the type of technology being implemented and how accessible it is to all stakeholders.

    2. Provide training to both school leaders and teachers.

    People can’t be thrown into the deep without learning to swim. Dr. Tim Ham cites a source in this article that states that any program that prepares school leaders and teachers to embrace technology in education “should be an adaptive and open system which is dynamic, differentiated and a continued renewal process that leads to continuous learning.” Technology will always be advancing. Training programs must, therefore, offer continuous learning opportunities.

    An approach that school districts can use to train teachers is to link technology training with incentives. Madison School District developed 3 types of training initiatives that rewarded teachers with technological resources upon successful completion of each course.

    One was differentiated and allowed teachers to choose specific courses that met their teaching needs. The other involved selecting a teacher from each school in the district to be trained on using technology to improve teacher achievement.This teacher was then charge with using what was learned to train others. The final program included coursework that teachers took at their own pace. Successful completion of the coursework resulted in each teacher being rewarded with a laptop.

    The program has received resounding success. Teachers have voluntarily participated and received SmartBoards, document cameras, and response pads for their classrooms. A continuous training program that offers such incentives could be useful for encouraging teachers to willingly participate in training opportunities.

    However, it must be noted that creating a classroom transformed by technology doesn’t happen overnight. The Shelby County School District encouraged school leaders to make technology integration a mandatory part of their teacher assessments. They also created a series of training sessions on the effective use of technology. True change didn’t occur until 2 years later.

    Helps Teachers Reach Students

    Technology helps you reach students outside the classroom. It also helps you appeal to students’ interests. Both elements are important in the teaching and learning process.

    Students must view themselves as lifelong learners. They must see learning as an extension of what they do in the classroom, not a separate experience.  An article published by the University of Washington states that students have greater autonomy of the learning process when they have access to course material outside of class, do additional reading, watch pre-recorded video lectures, and complete research assignments.

    A teacher who gets students excited about learning has won half the battle of having them retain information. You want to be this teacher. Jake Spanberger cites a study in which 70 percent of the students who participated stated that they learn best in a blended learning environment.  Fifty percent of the respondents also stated that they are more engaged in classes that use technology.

    How to Use Technology to Reach Students

    1. Plan technology related activities for students to complete outside of class.

     

    Some of the ways technology can be used outside the classroom were mentioned earlier in the article. Some additional strategies that can be used are a webquest, a class webpage, an email exchange, or a class blog.

    This article highlights the numerous benefits of WebQuests. A WebQuest is a discovery learning tool that provides students with step-by-step online resources to complete a task. The resources act as the map for the quest.  The quest begins with a challenge question related to a real-world problem.

    For instance, the students could be given the following scenario, “Mrs. Lilly wants to build a rectangular garden plot that has an area of 120 ft2 . How many tomato seeds can she plant in this plot? How would she have to plant them?” The students will then be taken through a list of online resources that provide information about how to plant tomato seeds and how to create a garden plot. You could then require the students to collaborate and make presentations that demonstrate their findings.

    There are several free website creator tools that can be used to create a class website. The most popular tools are WordPress, Wix, and Weebly. The website  can be used to feature students’ work and classroom activities, provide access to assignments and syllabuses, and communicate with parents.

    An email exchange allows students to see themselves as global citizens, develop email writing skills and interact with other students outside of their school. It’s a modern take on the penpal system of the 90s. The email exchange can be further extended to cross-boundary class projects.

    A class blog can be a good tool for helping your students develop their writing skills. It’s also good for extending learning outside the classroom. Two of the most popular classroom blog creators are Kidblog.com and Edublog.com.

    2.  Provide choices.

    Provide students with choices of the technology media to use in the classroom. Larry Ferlazzo states that students can be happier and more willing to learn and accept challenges if they are given choices. Choices can include video creation, animations, 3D printing, creating comics, creating simple apps, online games, app games, or augmented reality. The options you provide depend on the resources available.

    Helps Teachers Better Prepare Lessons

    Teaching requires constant creativity. It can be extremely difficult and time-consuming to come up with engaging activities to teach concepts. Thankfully, there are numerous online resources available to help you plan creative lessons. 

    Planning creative lessons isn’t your only task as a teacher. You must become a lifelong learner willing to hone your skills to become the best possible educator. This requires a lot of reading, interaction with other colleagues, and actively pursuing professional development opportunities. 

    How to Use Technology to Better Prepare Lessons

    1. Collaborate with other teachers.

    Technology provides more than just an opportunity to get sample lesson plans. Teachers can collaborate with other teachers from around the world to get ideas for effectively reaching their students. 

    2. Keep Up-to-Date With Recent Education Developments

    Research is ongoing in the education industry. New developments can help you better tailor your lessons to suit your students. There are also a variety of education conferences held throughout the year that can help you keep current. 

    Helps School Leaders Keep Track of a School’s Progress

    School leaders must carefully monitor the progress of their students. Each district sets annual targets which school leaders must either meet or exceed. Achieving such success is only possible if school leaders effectively communicate these goals and expectations to teachers and consistently monitor students’ progress.

    How To Keep Track of Students’ Progress as an Administrator

    1. Implement and monitor the effective use of a student data system.

    A report published by the U.S. Department of Education underscores the importance of data-driven educational decisions. The report states that these decisions center on “a set of expectations and practices around the ongoing examination of student data to ascertain the effectiveness of educational activities and subsequently refine programs and practices to improve outcomes for students.” Therefore, school administrators must not only find the right student data system for their schools. They must also train teachers on how to use the data obtained from this system to improve results.

    Effective use of the data obtained from a student data system makes the possibility of no child being left behind a greater reality. 

    A student data system can only work if:

    • teachers regularly upload grades, attendance records, and disciplinary data
    • all assessments  are meaningful and free of discrepancies
    • strategies are implemented to address the challenges identified in the data

    Encourage your school’s administrator to make this a reality if it isn’t already happening at your school.

    Putting It All Together

    Our children are a part of the third industrial revolution. The skills they need to succeed in today’s digital world surpass those you needed for your career. Technology must be effectively implemented in instruction so that all students can develop the skills needed to excel in this new era.

    Effective use of technology in the classroom focuses on student-centered learning. Students are active participants who develop the critical thinking skills needed to solve real-world problems. It’s more than just piquing their interest.

    As an educator, it’s important for you to embrace blended instruction. Technology and teacher facilitated instruction must come together in your classroom. You can only make this happen if you:

    • Take the time to deliberately plan your lessons
    • Plan activities that provide students with the appropriate challenge
    • Provide opportunities for students to collaborate
    • Use technology for individual learning
    • Differentiate instruction
    • Encourage and guide students through the use of various technology media.

    The task seems challenging, but the results are ultimately worth every ounce of effort.

     
     

older | 1 | .... | 13 | 14 | (Page 15) | 16 | 17 | .... | 20 | newer